Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

2017 commence bien mal (3/3) : Que faire face au second tour Sarkozy/Le Pen ?

Résumons :

Nicolas Sarkozy tenant les républicains, et organisant lui-même les primaires, devient le candidat de la droite.

L’UDI devrait sans doute se rallier.

Donc en réalité, Nicolas Sarkozy devient le candidat de la droite et du centre.

 

Les Français voulant sanctionner François Hollande, ils votent massivement Nicolas Sarkozy ou Marine Le Pen.

On a donc un second tour Nicolas Sarkozy/Le Pen au bout duquel Nicolas Sarkozy est élu président.

 

Néanmoins, François Bayrou (plus malin que l’UDI) y va. Au mieux, il fait entre 10% et 15% des voix.

En étant plus réaliste, il fait entre 5% et 10%.

De toute façon, pas assez pour peser et surtout, empêcher l’ignoble second tour Nicolas Sarkozy/Le Pen.

Se pose une question : Face à ce scénario assez probable, que faire concrètement.

 

Il y a trois possibilités.

La première est de voter François Bayrou.

Au moins, même si en ce moment, les partis centristes c’est du Grand n’importe quoi, je voterai pour mes convictions.

Je resterai dans la logique du premier tour.

Au premier tour, on exprime ses convictions.

 

Le problème, c’est que je ne veux pas être dans une situation où face à Marine le Pen, je vote Nicolas Sarkozy.

En fait, j’aimerais bien que l’on commence à s’intéresser aux problèmes de la France (économie, dette, chômage …).

Et je n’ai vraiment pas envie de prendre à nouveau 5 ans de sarkozysme.

En dehors du fait qu’il est en train de rouler les centristes dans la farine et de les faires frire, il y a un moment où l’intérêt général prime.

 

En fait, ce n’est pas tant le destin des centristes qui est en jeu, mais bien d’abord l’intérêt général.

Et l’intérêt général prime d’éliminé la triple impasse Le Pen, Sarkozy et Hollande.

Ça fait beaucoup.

 

Et si on pouvait en éliminer un, dès le premier tour…

 

Ce qui fait que la seconde solution est d’aller voter aux primaires des républicains (si celle-ci est suffisamment ouverte).

Et dans ce contexte d’aller voter Alain Juppé.

Mais en ce qui me concerne, je n’aime pas cette solution.

Je n’aime pas cette solution pour deux raisons.

La première est que j’estime que ce n’est pas à moi de faire le ménage dans les républicains.

C’est aux républicains de faire le ménage et de faire le bilan du sarkozysme, chose qui pour l’instant n’est pas faite.

Au contraire, c’est l’inverse qui est fait.

De plus, si je fais ça, c’est comme si je donnais corps à l’expression « La droite et le Centre », c’est nié mon combat, c’est-à-dire un centre indépendant et de détacher le centre de la droite et de la gauche.

Par ailleurs, si par aventure il y avait un second tour Manuels Valls/Nicolas Sarkozy, il est évident que je voterais Manuels Valls dans le secret de l’isoloir.

Cela veut dire qu’il y a une forme de malhonnêteté de ma part. La primaire est faite pour désigner le candidat de la droite. Et par extension, participer à la primaire, c’est accepter de voter le candidat de la droite, surtout au second tour.

 

Autre possibilité, plus improbable mais pas forcément impossible : François Hollande ne se représentera pas, et c’est un social-démocrate ou un social libéral qui y va.

C’est Manuels Valls, ou mieux Emmanuel Macron qui représentent le PS en 2017.

Le but est dans ce cas-là d’éliminer Marine le Pen au premier tour en permettant au PS d’être au second tour.

Dans ce cas-là, je vote Manuels Valls ou Emmanuel Macron. On est en plein dans le vote utile.

Evidemment, je n’aime pas aussi cette solution, et ceci pour deux raisons.

La première, c’est que ce n’est pas un vote de conviction. C’est la négation de mes convictions et de ma conception de la démocratie, et en particulier du premier tour.

Ensuite, même si je reconnais à Manuels Valls et à Emmanuel Macron la volonté de changer le logiciel du PS, je considère que le PS, ce n’est ni Manuels Valls, ni Emmanuel Macron.

Le PS est tenu par son noyau dur, c’est-à-dire les amis de Martine Aubry.

Or, le noyau dur du PS est contre le centre, totalement dans une logique dépassé et croit encore au mur de Berlin.

Là où l’ensemble des PS en Europe s’est social-démocratisé, le PS Français a fait de l’union de la Gauche un sacro-saint sujet et un tabou.

Même si Mélenchon et EELV chient sur le PS, le PS préfèrera toujours le PCF et EELV au centre.

Le PS refusera de se réformer et d’avoir une vision en adéquation avec le 21ème siècle.

 

Bref, face au plus que probable second tour Sarkozy/Le Pen, je n’ai que des mauvaises solutions.

19 octobre 2015 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Docteur centriste et Mister centriste ou la schizophrénie du Centre (Blog du centrisme)

Pas mieux…

Je reproduis encore honteusement cet article du blog du centrisme

Récapitulons.

Les centristes sont contre Sarkozy mais alliés avec lui.

Ils renvoient Gauche et Droite à leurs échecs communs mais sont alliés avec la Droite et ne critiquent que la Gauche.

Ils prétendent être indépendants mais refusent de se présenter sous leur bannière.

Ils parlent d’unité pour la France mais ne sont même pas capables d’être unis entre chapelles centristes et même, pour l’UDI, à l’intérieur même de leur formation.

Les leaders centristes manient décidément le paradoxe sans états d’âme, croyant sans doute que les Français sont aveugles et sourds.

Ainsi, le Mouvement démocrate s’apprête à faire liste commune partout avec Les républicains aux prochaines régionales alors même que François Bayrou n’a pas de mots assez durs envers Nicolas Sarkozy, souhaitant à voix haute sa défaite à la prochaine élection présidentielle.

Or, il faudra nous expliquer comment le président du MoDem peut s’en prendre avec une telle violence au président d’un parti avec qui il fait liste commune, sachant que ce dernier a été démocratiquement élu par une majorité importante des militants de LR, donc qu’il a, non seulement, la légitimité pour occuper ce poste, mais également la confiance de ses troupes et que c’est lui qui définit la ligne politique.

De même, l’UDI fera liste commune partout avec LR pour ces mêmes régionales alors même que Jean-Christophe Lagarde accuse sans cesse la Droite et la Gauche d’être responsables, depuis 1981 de tous les échecs de la France.

Bizarrement, après avoir dit cela, ses seules critiques vont à la Gauche…

Idem pour un François Bayrou qui fait tout pour être considéré comme un homme de droite, en critiquant François Hollande de manière quasiment compulsive.

L’UDI a décidé de mettre le mot «indépendants» dans son appellation tandis que le Mouvement démocrate se targue d’être le plus indépendant des partis.

Mais voilà que lorsque des élections comme les régionales se font à la proportionnelle aucune des deux formations n’a le courage de se présenter sous sa propre bannière alors même que c’est l’élection, avec la présidentielle et les européennes, où l’on peut être le plus soi-même.

Les centristes rêvent d’unir le pays dans un climat apaisé et François Bayrou n’arrête pas de parler d’union nationale, de large rassemblement politique allant du centre-gauche à la droite modérée et autres réunions consensuelles mais ils ne sont même pas capables de s’unir entre centristes.

Pire, ils se tirent dans les pattes et ont réussi ce tour de force de s’allier à LR pour les régionales sans même s’allier ensemble préalablement.

Sans parler des haines entre chefs de l’UDI qui font penser à certains à une prochaine implosion avec, dernier épisode en date, le refus des têtes de listes du parti aux régionales de soumettre leur liste à la commission interne et ce malgré les statuts qui les y obligent.

On pourrait continuer ainsi mais le lecteur a déjà compris que c’est d’une pitoyable schizophrénie dont sont atteints la plupart des leaders centristes.

Exister sans exister, s’affirmer sans s’affirmer, se déclarer indépendant tout en redoutant l’indépendance, s’allier avec d’autres pour ne pas avoir à se compter, voilà les partis centristes de 2015 en France.

Ce n’est guère l’image d’un courant politique dynamique et conquérant.

Et c’est sans doute ce que penseront les électeurs en 2017.

18 octobre 2015 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le référendum du PS sur l’unité de la gauche.

Ça passerait presque inaperçu, mais le PS organise un référendum sur l’unité de la gauche du 16 au 18 Octobre.

Je n’y participerais évidemment pas. Mais rien ne m’empêche d’avoir une opinion sur la question.

 

En ce qui me concerne, je trouve l’initiative scélérate et antidémocratique.

 

Sur la forme déjà.

Il est étonnant qu’EELV, le Front de Gauche et le PCF ne participent pas. Soit une bonne partie de la gauche…

Y participe principalement l’UDE, soit le nouveau parti satellite du PS…

 

Mais le fond est pire.

 

Déjà, c’est anti démocratique.

Le premier tour sert à ce que les gens s’expriment. EELV, le Front de Gauche et le PCF ont une vision différente du PS sur la politique de la France.

Je ne partage évidemment pas cette vision, mais il est normal qu’elle s’exprime au premier tour. Ça s’appelle la démocratie.

 

Personnellement, j’aimerais bien voter une alternative centriste au premier tour. Ça ne sera pas le cas. Je ne pourrais donc pas exprimer ma conviction au premier tour. Et faire entendre ma voix.

C’est une des raisons pourquoi cette initiative du PS me touche.

 

Par ailleurs, cette initiative a pour objectif de tuer toute concurrence du PS au premier tour. Ça permet au PS de se présenter sans projet, sans vision et sans programme.

Il est intéressant de noter que cette stratégie est utilisée par un certain Nicolas Sarkozy. Et que les primaires en est l’outil principal. D’ailleurs, les centristes sont les principales victimes des manœuvres sarkozystes.

 

Mais cette manœuvre a pour objectif de continuer le bipartisme.

Le « Nous c’est les gentils, eux c’est les méchants ».

Ça empêche la formation de l’axe central et la mise en place d’une politique efficace qui pourrait vraiment stopper la spirale infernale de déclin dans laquelle est rentrée la France depuis 1974, soit exactement 41 ans…

 

Au lieu de faire des manœuvres politiciennes, le PS ferait mieux de travailler la qualité de son offre électorale.

Cette remarque vaut aussi pour l’ensemble des partis politiques français.

14 octobre 2015 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , | Laisser un commentaire

L’axe central est-il une réalité ? Peut-il se matérialiser ?

Le blog du centrisme revient sur l’axe central.

Pour rappel, il s’agit d’une potentielle union entre les modérés de la droite (Alain Juppé, François Fillon), de la gauche (Manuels Valls, Emmanuel Macron) et évidement les centristes.

 

Le blog du centrisme commente un sondage, et en déduit qu’à défaut d’être une réalité dans les urnes, l’axe central est une réalité dans l’opinion.

 

Effectivement, ce sondage mesure l’opinion que les français ont de leurs politiques.

Et les trois premiers sont Alain Juppé (48% de positives, 37 de négatives), Emmanuel Macron (37% de positives, 43% de négatives) et François Bayrou (35% de positives et 47% de négatives).

Notons que le suivant est François Fillon (32% de positives, 51% de négatives).

 

Il est à noter que l’on voit que les politiques ne sont pas appréciés des Français.

A part Alain Juppé, ils ont tous un pourcentage de mauvaise opinion plus important que de bonne opinion.

 

Mais en regardant plus en détail, les suivants sont Laurent Fabius (5ème, 31/51), Martine Aubry (7ème, 29/54), Anne Higalgo (9ème, 28/47), …

Bref, majoritairement des personnes clivantes et anti axe central.

Le centriste suivant est Jean Christophe Lagarde, en dernière position, avec 9% d’opinions positives, 42% de négatives.

 

Mais le sondage va plus loin. On a une partition suivant les sympathisants.

 

Pour les sympathisants de la droite et du centre, Alain Juppé est en tête (74/42), suivit de François Fillon (62/34) et de Nicolas Sarkozy (59/38).

On a un bon score de François Bayrou (42/49) et d’Emmanuel Macron (58/33)

Pour ma part, je pense que ce sondage fausse l’analyse. On devrait séparer la droite du centre.

Sur ce critère, je pense qu’il est fort probable que Nicolas Sarkozy soit en tête.

 

Par ailleurs, du côté de la gauche, on a Anne Hidalgo (67/15), Martine Aubry (67/25) et Christiane Taubira (66/22).

Certes, l’axe central fait un bon score avec Alain Juppé (47/41), François Bayrou (40/46) et Emmanuel Macron (42/40), mais c’est surtout la gauche décomplexé qui domine.

C’est ce que l’on aurait vu sur la droite si on s’était limité aux sympathisants de droite.

 

Or, ce sondage pose une question : peut-on voir l’axe central se constituer, comme ce fut le cas en Allemagne.

 

En ce qui me concerne, je ne pense pas.

Et il y a deux raison à cela.

La première, c’est le mode de scrutin aux législatives (voir ici et ici).

Ce système force le bipartisme et empêche le sain éclatement du PS et de l’UMP.

Du coup, on a deux blogs, le PS et l’UMP (aujourd’hui les républicains) ou cohabite, pour des intérêts seulement électoraux, des modérés et des dures.

Qu’ont en commun Nicolas Sarkozy et Alain Juppé ?

Qu’ont en commun Manuels Valls et Martine Aubry ?

 

Le problème, c’est que c’est le noyau dur qui fait l’identité d’un mouvement, qu’il s’agisse de Martine Aubry au PS, ou de Nicolas Sarkozy à l’UMP.

 

Mais ce même noyau dur n’a pas intérêt qu’il y ait un axe central. Au contraire, ils ont intérêt à ce qu’il y ait le bipartisme, le bien et le mal, la gauche et la droite.

Ça leur permet d’être élus sur ce principe sans avoir une vision sérieuse du pays et sans avoir d’idées.

« Votez pour moi, car nous sommes les gentils et eux, c’est les méchants ».

 

Ce dernier point étant particulièrement vrai pour un certain Nicolas Sarkozy et un certain François Hollande.

 

Le problème, c’est que le monde n’est pas noir, il n’est pas blanc, il est gris…

13 octobre 2015 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les 5 meilleurs westerns selon Phil (1/5) : Le Bon, la brute et le truand

Un ami s’est amusé à noter sa collection de films en DVD, et il a descendu un de mes westerns préférés en le sous notant.

Allez, je vais être royal, c’est parce qu’il ne connait pas bien ce genre populaire, qui regroupe un nombre important de chef d’œuvre. Il est du coup difficile d’en faire rentrer que cinq.

Je me suis donc décidé à donner mes 5 meilleurs westerns.

 

Et mon préféré est « Le Bon, la Brute et le Truand » du grand Sergio Leone.

 

De quoi parle le film ?

De trois voyous.

Le Bon (Clint Eastwood), la brute (Lee Van Cleef), appelé Sentenza (la sentence) et le truand (Eli Wallach),Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez.

Trois voyous qui durant la guerre de sécession sont à la recherche d’un convoi d’or sudiste qui a disparu.

 

L’or est caché dans un cimetière.

Le truand a le nom du cimetière.

Le bon a le nom de la tombe.

La brute n’a rien, mais après avoir torturé le truand, il obtient le nom du cimetière.

Il ne torture pas le bon, car il sait que le bon est trop intelligent : il dirait n’importe quoi.

 

Que dire de ce film…

La musique déjà, elle est magnifique. Normal, elle est signée d’Ennio Morricone.

Les plans sont sublimes.

 

Le film est aussi bien populaire qu’intellectuel.

Populaire par ses répliques cultes.

  • Et toi, tu sais que ta la tête de quelqu’un qui vaut 2000$.
  • Oui, mais toi t’a pas la tête de celui qui les empocheras.


Mais ce film est aussi une dénonciation de l’absurdité de la guerre, surtout si elle est civile.

 

Certes, les héros sont des crapules, mais leurs crimes sont insignifiants face à la tuerie d’une guerre.

La scène du pont, où les nordistes et les sudistes se livrent une bataille emblématique est symboliques.

Ça massacre pour « une chiure sur la carte de l’Etat-major ».

Et comme le dit le bon : Je n’ai jamais vu autant de monde mourir ».

 

Par ailleurs, Sergio Leone, qui a vécu sous le fascisme, démystifie la guerre. Il montre les camps de prisonniers nordistes où les dit-prisonniers sont torturés et volés.

 

Et puis, on ne compte pas le nombre de scènes cultes.

On a le pont, grand moment d’émotions où le Bon et le truand le font sauter, sauvant des milliers de vies (même si c’est pour un intérêt immédiat) et évidement la célèbre scène de fin du duel à trois, la mythique scène avec la magnifique musique d’Ennio Morricone.

 

Difficile de décrire ce monument.

Si vous ne l’avez toujours pas vu (ce qui n’est pas concevable), foncez, allez le voir.

 

Un regret quand même. Certaines scènes n’étaient pas dans la version française ou dans la version anglaise. Elles ont été redoublées pour être réintégrées. Franchement, ça se voit et ça nuit à la qualité du film.

Ce dernier point est un crime…

9 octobre 2015 Posted by | Cinéma | , , , , , , , , | Laisser un commentaire

CA 2014 de Malakoff (10/10): La dette de Malakoff

ca_2014_dette

Le moment d’aborder le second sujet qui fâche, même si le CA 2014 montre une amélioration sur le sujet, comme on va le voir.

 

Pourquoi le sujet fâche ?

Parce qu’entre 2001 et 2008, la municipalité a lourdement investi.

Je tiens à rappeler que je n’ai rien contre cette politique d’investissement.

Or, pour ce faire, elle a augmenté lourdement l’endettement qui durant cette période a été multiplié par presque 10.

Pour ma part, j’aurais préféré une stratégie d’investissement basé sur l’épargne/l’autofinancement.

 

Le problème, c’est le remboursement de la dette de la ville.

La ville est tellement endettée qu’elle ne peut plus investir, de l’aveu même de l’ancien maire.

Et jusque-là, la ville, à mon plus grand regret, ne remboursait pas assez vite sa dette.

Sur les calculs à partir du CA 2013, on arrivait à une dette remboursée en 2066.

 

Le moment de refaire le calcul.

Soit D(t) la fonction dette de la ville à une date t.

On appelle v(t) la vitesse d’endettement de la ville à une date t.

La fonction v(t) est la dérivée de D(t). La fonction v(t) nous donne une indication sur la variation de la dette de la ville.

Par ailleurs, comme on rembourse de la dette, v(t) < 0.

 

Reste à déterminer pour les années suivantes v(t), chose que je ne sais évidemment pas faire.

 

On va donc faire une approximation : on remboursera chaque année la même somme.

De fait, v(t) est une constante (négative), indépendante de t, notée v0.

Par intégration, on a v(t) = v0.(t-t0) + D0.

La date t0 est la date initiale et D0 est la dette de la ville à la date t0.

On a les billes pour faire le calcul.

En 2013, la dette était de 39 131 530,04€.

En 2014, la dette est de 36 973 234,76€.

Donc, v0 = -2 158 295,28€/an.

Avec Excel, on arrive à :

Année Dette
2013 39131530,04
2014 36973234,76
2015 34814939,48
2016 32656644,2
2017 30498348,92
2018 28340053,64
2019 26181758,36
2020 24023463,08
2021 21865167,8
2022 19706872,52
2023 17548577,24
2024 15390281,96
2025 13231986,68
2026 11073691,4
2027 8915396,12
2028 6757100,84
2029 4598805,56
2030 2440510,28
2031 282215
2032 -1876080,28

 

Evidemment, une dette négative n’est pas concevable.

Cela veut dire qu’en 2032, on aura remboursé entièrement notre dette.

On a donc une nette amélioration par rapport à la dernière fois.

Cela est dû au fait que la pente de la droite est, cette fois ci, plus grande.

Concrètement, on a remboursé plus de dette cette fois-ci.

Je ne peux que encourager la municipalité à aller dans ce sens, voir à accentuer l’effort.

7 octobre 2015 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

CA 2014 de Malakoff (9/10): Dotations et compensations

Sujet qui fâche, et oh combien politique.

C’est un sujet de désaccord majeur entre la municipalité et moi-même.

 

On va parler gros sous et plus exactement des gros sous donné par l’Etat.

Il convient de différentier les dotations des compensations.

 

Les dotations, c’est ce que l’Etat nous donne pour fonctionner.

 

Les compensations, c’est l’Etat (encore lui) qui nous empêche d’avoir des recettes propres.

Mais dans sa grande générosité, l’Etat compense…

 

On va évidemment parler des dotations, c’est-à-dire de ce que l’Etat donne à la commune de Malakoff pour fonctionner.

Pourquoi le sujet fâche ?

L’Etat baisse ses dotations.

En ce qui me concerne, je trouve ça normal.

Effectivement, l’Etat est surendetté et il doit faire un effort de désendettement.

Je ne tiens pas à voir la France devenir une Grèce bis…

 

Donc, pour moi, tout le monde doit faire des efforts pour le désendettement de l’Etat.

Ça implique l’Etat lui-même, mais pas que.

Les collectivités doivent faire aussi des Efforts.

Elles ne sont d’ailleurs pas toujours vertueuses, comme le soulignes divers rapports (dernier en date ici).

 

Et puis il y a la municipalité qui défend une valeur constante des dotations, y compris par les pétitions. J’ai eu l’occasion de m’exprimer sur le sujet.

 

Pour le CA 2014, on a :

Libelle Montant (€) Provenance Type %
Dotation forfaitaire 6 226 271,00 Etat Dotation 57,6943471
Dotation solidarité urbaine 270 069,00 Etat Dotation 2,50253396
Dotation spéciale Instituteur 11 232,00 Etat Dotation 0,10407881
Dotation générale de décentralisation 262 357,00 Etat Dotation 2,43107244
Emploi d’avenir 65 547,72 Etat Emploi aidé 0,60738328
Participation autres 6 750,00 Etat Dotation 0,06254736
Subvention participation région 24 000,00  Région Subvention 0,22239063
Subvention participation département 339 951,17 Département Subvention 3,15008145
Participation autres communes 161 561,75 Autres communes Dotation 1,49707581
Participation groupe collectivité
GFP rattachement
785 514,93 Autres communes Dotation 7,27879834
Participation autres organismes 1 919 728,35 Autres organismes Dotation 17,7887332
Compensation Taxe additionnelle
Droit de mutation
1 795,00 Etat Compensation 0,01663297
Attribution Fond départemental TP 162 729,95 Département Attribution 1,50790067
Etat compensation au titre de la TP 184 146,00 Etat Compensation 1,70634771
Etat compensation au titre
d’exonération de la TF
53 674,00 Etat Compensation 0,49735811
Etat compensation au titre
d’exonération de la TH
247 165,00 Etat Compensation 2,29029917
Dotation de recensement 7 046,00 Etat Dotation 0,06529018
Dotation pour les titres sécurisés 10 060,00 Etat Dotation 0,09321874
Autres Attributions subvention et
participations
52 222,71 0,48391006
Total dotation état 6 793 785,00 62,9530886
total 10 791 821,58 100

 

Le total des dotations d’Etat représentent 62,95%.

Or, les dotations représentent 23,35% des recettes de fonctionnement.

Les dotations d’Etat représentent donc 14,70% des recettes de fonctionnement.

Dans le CA 2013, les dotations d’Etat représentaient 15,2% des recettes de fonctionnement.

5 octobre 2015 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Taxe d’habitation 2015 à Malakoff

J’ai reçu mon avis d’imposition 2015.

Je paye 530€ de taxe d’habitation et 136€ de redevance télévision.

 

Je n’ai pas retrouvé les chiffres 2014, donc je ferai la comparaison avec les chiffres 2013.

J’habite toujours le même logement.

 

Pour mémoire, en 2013, j’avais payé une taxe d’habitation de 556€ et une redevance télé de 131€.

 

Il y a déjà une augmentation de 3,8% de la redevance télé.

Notons que je ne la regarde pas (excepté Murdoch sur F3), que je ne vais pas m’abonner à Canal+ juste pour voir les guignols.

En résumé, la redevance télé a augmenté, mais pas la qualité des programmes.

De plus, je n’ai pas vraiment le temps de la regarder (en fait, elle me sert surtout d’écran d’ordinateur…)

 

Pour les impôts locaux, je rappelle qu’en 2014, on avait :

  • Taxe d’habitation : 13,76%
  • Taxe foncière sur le bâti : 17,37%
  • Taxe foncière sur le non bâti : 12,35%

En 2015, on a :

  • Taxe d’habitation : 13,76%
  • Taxe foncière sur le bâti : 24,91%
  • Taxe foncière sur le non bâti : 12,35%

On retrouve notre augmentation des taux de la taxe foncière sur le bâti de 43,4% entre 2014 et 2015.

 

En 2013, on avait les même taux qu’en 2014.

 

Pour en revenir donc aux taux de la taxe d’habitation, ils n’ont pas changé entre 2014 et 2015.

Comme j’ai une baise, on a donc une baisse des bases de l’ordre de 4,6%.

Que cette baisse de mes bases ne donne pas de mauvaises idées à notre nouveau maire.

Il est temps que les collectivités locales, et Malakoff en particulier, fasse des économies…

5 octobre 2015 Posted by | Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | 2 commentaires