Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Parlons de la Taxe d’Habitation (4/5) : Il n’est pas normal que les revenus d’une commune soient exclusivement sur les ménages (Exemple avec Malakoff)

Dans le DOB 2017 de Malakoff, un tableau mérite d’être commenté de fond en comble.

Et il tombe particulièrement bien quand on parle de la Taxe d’Habitation.

J’ai abordé l’aspect national, parlons maintenant de l’aspect local.

 

Ce tableau, c’est le suivant :

Désignation Base Commune EPT (Vallée Sud Grand Paris Département Région
Taux Produit Taux Produit Taux Produit Taux Produit
Taxe d’habitation 41 178 544€ 20,50% 8 441 602 € Pas concerné Pas concerné Pas concerné Pas concerné Pas concerné Pas concerné
Taxe Foncière bâtie 53 659 624 € 24,91% 13 366 612 € Pas concerné Pas concerné 7,08% 3 790 860 € Pas concerné Pas concerné
Taxe Foncière non bâtie 109 549 € 13,29% 14 559 € Pas concerné Pas concerné 7,08% 3 790 860€% Pas concerné Pas concerné
Cotisation foncière des entreprises (CFE) 15 571 169 € Pas concerné Pas concerné 21,88% 3 406 972 € Pas concerné Pas concerné Pas concerné Pas concerné
Contribution foncière sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) Pas concerné 2 727 444 € 4 988 727 € 2 571 589 €
Imposition forfaitaire des entreprises de réseaux (IFER) Pas concerné 42 540 € 18 856 € Pas concerné
Taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM) Pas concerné 170 064 € Pas concerné Pas concerné
Taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) 53 312 922 € Pas concerné Pas concerné 6,39% 3 406 696 € Pas concerné Pas concerné Pas concerné Pas concerné

 

Ce tableau liste différents impôts locaux, et fait une synthèse, pour Malakoff, de qui touche quoi.

Les services (de Malakoff) ont innové (dans le bon sens, il faut les en féliciter) en dressant ce tableau.

Il a été fait pour être une aide de prise à la décision.

 

Nous avons des spécificités propres à Malakoff.

Le fait que les revenus de la Taxe Foncière sur le Bâti soient supérieurs aux revenus de la Taxe d’habitation.

Je pense que c’est lié au fait que dernièrement, le taux de la taxe foncière sur le bâti a fortement augmenté.

 

Mais une remarque vaut pour l’ensemble des communes : elles ne touchent aucuns impôts sur les entreprises.

Cela pose plusieurs problèmes.

 

Le premier est que pour enrichir sa ville, il faut faire venir principalement des riches.

Ça joue contre la mixité sociale.

 

La seconde est qu’aujourd’hui, ça ne sert plus à rien de faire venir des entreprises (en dehors du fait que ça fait vivre le commerce de proximité, mais ça, c’est une autre histoire).

Effectivement, si on investit dans l’économique, on a plus le retour sur investissement.

 

Par ailleurs, le fait qu’une commune ne touche aucun impôt sur l’entreprise n’est pas normal.

Une entreprise profite des infrastructure d’une ville comme les parking, trottoir, commerces de bouches…

C’est normal qu’elle contribue au fonctionnement de la commune.

 

Personnellement, je préfère travailler près d’un centre-ville que dans un désert de commerces de proximité.

12 mars 2017 Posted by | Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , | Laisser un commentaire

Le DOB (Débat d’orientation budgétaire) 2017

Lors du conseil municipal du 25/01/2017, on a commencé le cycle budgétaire 2017.

Pour mémoire, il est en 3 étapes :

  1. Le DOB (Débat d’orientation budgétaire) : On débat de la politique économique et budgétaire de la ville. C’est sans vote.
  2. Le budget : On vote le prévisionnel.
  3. Le CA (Compte administratif) : On vote l’exécution du budget.

Lors du conseil municipal du 25/01/2017, c’était le DOB 2017.

Je vais déjà parler des éléments.

Premiers éléments, on a une baisse des dotations.

Elles sont passées de 6 632 418€ en 2013 à 4 216 107€ en 2016, soit -36,43%.

On devrait être à 3 615 000€ en 2017 ( -14,25%).

Commentaire : contrairement à la municipalité de Malakoff, je trouve ça normal. La dette et le déficit de l’Etat est une plaie sur notre économie, une plaie sociale également, et menace sur la durée notre service public auquel je tiens, tout comme la municipalité de Malakoff.

Lutter contre la dette de l’Etat est pour moi un devoir, sinon, on risque de devenir une Grèce Bis…

 

Par ailleurs, la ville de Malakoff touchera la Dotation de Solidarité Urbaine et de Cohésion Sociale (DSUCS), le Fond de solidarité de la région Ile de France (FSRIF) et le Fonds départemental de Péréquation de la Taxe Professionnelle (FDPTP).

Commentaire : C’est là qu’il y a une différence de fond entre moi et la municipalité de Malakoff. Elle se résume par cette maxime suivante : Malakoff fait une très bonne politique, mais elle le fait sur l’argent des autres !

Or, c’est contestable pour deux raisons. La première, c’est que les autres ont de moins en moins d’argents.

La seconde raison, c’est que Malakoff fait tout pour rester (relativement) pauvre, afin de continuer à recevoir ces subventions. En fait, la philosophie de Malakoff, c’est de faire une bonne politique, mais de rester pauvre pour vivre de l’argent des autres (Etat en tête) et de la charité publique.

Il n’y a aucune volonté de faire progresser Malakoff…

 

La dette est de 34 850 893,73€ au 31/12/2016 contre 34 865 184,28€ au 31/12/2015.

Commentaire : Une bonne surprise. Je m’attendais à pire. La dette est restée relativement stable. Néanmoins, je pense que c’est parce que les investissements prévus n’ont pas tous été faits.

 

L’effectif totale de la commune est de 804 agents. La majorité est dans le Technique (principalement) et l’Administratif.

On a 556 fonctionnaires et 210 agents non titulaires sur emplois permanents.

Ce que j’avais plus ou moins écrit ici.

On a des dépenses de fonctionnements de 38 823 165,94€ et 26 756 209,54€ de charges de personnels.

Commentaire : Un problème récurrents de Malakoff qui n’arrive pas à réduire sa masse salariale.

 

Parlons des choix politiques :

Dans les points positifs, la municipalité a l’intention de maintenir les taux.

Par ailleurs, elle espère rationaliser les activité (c’est écrit). Je l’en félicite.

On a aussi une entente avec la ville de Bagneux sur la restauration collective. Je ne suis pas contre. J’espère que on rationnalisera et que l’on fera des économies d’échelles.

 

La ville a écrit noir sur blanc qu’elle a l’intention de stabiliser en valeur les dépenses 2017 (Commentaire : ALLELOUIA !!!!), je l’en félicite de cette prise de position, et j’espère qu’elle parlera prochainement de réduction des dépenses.

 

En investissement, on a :

  • Extension et rénovation de l’école Paul Bert
  • La construction du garage
  • La réhabilitation de la trésorerie (projet tiers lieu)
  • La réalisation d’études dans le cadre de grands projets d’urbanisme

Commentaires : Un autre sujet qui fâche. Dans les bons points, on a la construction du garage qui devrait permettre de regrouper le centre technique et le garage. Je m’en félicite pour deux raisons. La première c’est que potentiellement, on peut réduire les dépenses de fonctionnement. La seconde raison c’est que l’on va occuper un nouveau terrain, mais on va en libérer deux (solde de +1).

Pour les études, rien à dire. Faire des études poussées est une condition indispensable pour définir au mieux un projet et faire des économies lors de sa réalisation.

Par contre, ça manque d’investissement productif.

Et en particulier, je suis opposé au projet de Tiers-lieu (sur lequel j’essaierai de revenir).

 

Conclusion :

Il y a des points positifs, comme la volonté de stabiliser les dépenses de fonctionnement en volume.

Par contre, la situation économique de Malakoff sera de plus en plus difficile.

C’est le contexte économique qui veut ça, et il faut s’y préparer.

De fait, il faut avoir une réflexion approfondie pour enrichir la ville de Malakoff, ou à minima, pour que les recettes liées aux autres soient propres à Malakoff.

Et comme d’habitude, je ne vois rien venir.

11 mars 2017 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire

Parlons de la Taxe d’Habitation (3/5) : C’est une réforme globale de la fiscalité qu’il faut faire

Ce n’est pas la première fois que j’aborde le sujet. C’est même sur ce sujet que j’ai vraiment des reproches à faire à François Hollande.

 

Je pense que la taxe d’habitation doit être abordée dans un sujet plus global, les impôts en général.

 

Emmanuel Macron a raison de dénoncer la Taxe d’Habitation, comme il a raison de remplacer l’ISF par un impôt sur la rente foncière.

 

Mais c’est insuffisant.

C’est vraiment la fiscalité française qui doit être repenser de fond en comble.

 

Sur quelles bases doit-on imposer ?

 

La question est vaste, et effectivement compliquée.

Mais il y a, je pense, quelques principes de bons sens.

Le premier, c’est que l’on paye à hauteur de ses moyens.

C’est débile de dire ça, mais ce n’est pas vraiment le cas en France.

En particulier, par rapport à ses revenus, c’est surtout les classes moyennes qui sont imposées, ce qui n’est pas juste.

 

Le second, c’est qu’il doit y avoir une logique économique.

Si l’Etat ou la collectivité dépense de l’argent (à plus ou moins juste titre, mais là, c’est une autre histoire, car c’est politique), on doit pouvoir avoir un retour sur investissement (par les impôts).

 

Or, le problème, c’est que les impôts ont été pensé en 1789 par les physiocrates.

Et selon les physiocrates, il est impensable de payer des impôts selon ses revenus. On paye des impôts selon ses biens (ou outil de travail) car, grâce à son outil de travail, on va s’enrichir.

 

Par exemple, si on possède un champ, on va s’enrichir grâce à lui, car on va le labourer.

Le problème, c’est que c’est dé-corrélé des revenus réels.

 

Par exemple, si on a de la grêle, on a moins de récoltes. On a donc une baisse des revenus. Mais on a les impôts quand même, et plein pot, car on possède toujours le dit-champs.

 

On voit bien que l’on a un impôt de fait, injuste.

Exemple concret, on peut habiter l’ile de Ré, être au SMIC, et payer l’ISF (un exemple d’impôt Physiocrate).

Ne rigolez pas, c’est véridique.

Une analyse de l’ISF est à lire ici

 

Et la logique économique est débile. Effectivement, on ne va pas, cyniquement parlant, chercher l’argent où il est.

Pour la petite histoire, en 1789, on a créé 4 impôts physiocrates : La Taxe d’Habitation, la Taxe Foncière sur le bâti, la Taxe foncière sur le non-bâti et la patente (qui est devenue la taxe professionnelle puis la CET).

 

Mais on est arrivé, vers 1840, à des situations où l’Etat dépensait beaucoup, mais avait un faible retour sur investissement.

On a donc passé les 4 vielles aux communes, et on a inventé de nouveaux impôts.

 

La logique économique est débile car on ne va pas chercher, cyniquement parlant, les sous où ils sont. On peut se retrouver à dépenser des fortunes, et avoir un faible retour en investissement.

 

Le problème, c’est qu’encore aujourd’hui, les impôts physiocrates sont légions.

 

Certains font sourire. Je pense à la redevance télé. Si on a une télévision que l’on ne regarde pas (ce qui est mon cas, je l’utilise comme écran d’ordinateur), on paye la redevance télé.

Mais si on n’a pas de télévision et que l’on la regarde sur un écran d’ordinateur, on ne la paye pas.

 

Mais d’autres impôts physiocrates font des dégâts économiques et sociaux terribles, surtout chez les personnes qui n’ont pas les moyens de se défendre.

Je pense en particuliers aux charges patronales.

 

Notons que comme notre système d’impôt est injuste, on a ajouté des injustices en créant les niches fiscales.

 

De plus, j’aurais aussi pu pointer (ce que j’ai fait précédemment) que les impôts physiocrates créent des inégalités territoriales.

 

A terme, surtout dans un pays surendetté, il faudra revoir la fiscalité en France.

 

C’est déjà une question d’efficacité. On doit pouvoir lever des fonds.

C’est aussi une question économique. La fiscalité ne doit pas jouer contre notre économie.

 

C’est aussi une question de justice.

Il faut faire des efforts, mais ceux-ci seront accepté s’ils sont justes, et que tout le monde s’y met. Il est évident qu’il faut élargir l’assiette.

 

Enfin, augmenter les impôts, ce n’est plus possible. François Hollande est passé par là.

La marge de manœuvre est dans la refonte du système fiscal français.

11 mars 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique nationale | , , , , , | Laisser un commentaire

Si Alain Juppé devient le candidat de la droite, je maintiendrai mon choix

On parle d’un Plan B et ce plan B pourrait être Alain Juppé.

 

J’estime l’homme, pour qui j’ai voté à la primaire de la droite, et j’ai de l’estime pour lui.

 

Je pense qu’il ferait un bon président, et il a été un bon premier ministre et un bon maire de Bordeaux.

 

Néanmoins, s’il devait devenir candidat à la place de François Fillon, je maintiendrais mon vote en faveur d’Emmanuel Macron, et ceci pour plusieurs raisons.

 

La première est que mon choix est murement réfléchi. Revenir dessus, ça ne serait pas très pro. J’ai donné « ma parole » et je n’ai pas l’intention de revenir dessus.

 

La seconde raison est qu’il faut casser la coupure Droite/Gauche, refonder la vie politique françaises, et autre chose entre le PS et les républicains, autre chose qui ne soit pas le FN.

Il faut recomposer la vie politique française et celui qui me semble le choix le pertinent pour le faire est Emmanuel Macron.

 

La troisième raison est que, la dynamique est en faveur d’Emmanuel Macron, et Alain Juppé apparaîtrait comme un choix par défaut.

 

Enfin, je pense qu’il y a un problème avec la Droite, et l’élire ne lui rendrait pas service.

Par ailleurs, la ligne politique de la droite a été désignées lors de la primaire de la Droite. Alain Juppé a été clairement battu. Pourrait-il appliquer sa ligne s’il est élu ?

Je ne crois pas.

4 mars 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , | Laisser un commentaire

Le Pénélope Gate sur quelques aspects (3/4) : En France, on a un problème avec la Droite républicaine

Finalement, François Fillon, ce n’est rien.

 

Le vrai problème, c’est que l’on a un problème avec la droite républicaine.

Sur ce point, cracher sur Bayrou, qui le dit à chaque présidentielle ne sert à rien.

Sur ce point, François Bayrou a raison.

 

Mon seul reproche est qu’il ne le dit pas sur la durée. Il ne faut pas se contenter de le dire en 2012 (en votant après Hollande contre Sarkozy) et en 2017 avec un François Fillon qui pose problème.

 

Il faut aussi le dire sur la durée, notamment en évitant de soutenir des Peltier, des Wauquiez et en lâchant Blanche Mühlmann, candidate Modem qui se battait contre un maire dur de l’UMP.

 

Le problème avec la droite républicaine, les républicains, tiens en deux points.

 

Le premier est sa capacité à confondre argent public avec argent privé, et donc à s’enrichir sur le dos du contribuable.

Pire, en plus de confondre argent public (d’un pays en faillite, je tiens à le rappeler) avec argent privé, et donc de s’enrichir sur le dos du contribuable, il est mal vu de voir la justice enquêter et demander des comptes.

 

Dans tous les membres qui s’enrichissent ou ont été condamné ou ont des noms associés à des affaires politico-judiciaire, on a Alain Juppé (certes, il a payé pour d’autres, mais il a été condamné), Patrick Balkany, Charles et Joëlle Ceccaldi-Raynaud, Manuel Aeschlimann, Charles Pasqua, Philippe Pemezec, et si je cherchais vraiment, je pourrais allonger la liste.

 

Je pense que le problème s’est accentué avec Jacques Chirac, qui a utilisé la présidence de la république pour ne pas rendre des comptes sur les affaires d’emplois fictifs à la mairie de Paris.

 

Certes, ça existait avant, sous Georges Pompidou, on a eu l’affaire des plombiers.

 

Mais avec Jacques Chirac, un pas a été franchi. Il a utilisé le poste de président comme immunité à vie, lui évitant de rendre des comptes et justifiant que finalement, il est normal de piocher dans la caisse mais il est anormal de rendre des comptes, aux électeurs et surtout aux juges.

Le fait que la droite fasse Dimanche une manifestation contre la Justice, bafouant la séparation des pouvoir, n’est pas si anodins.

 

Mais le deuxième problème, que l’on doit à Nicolas Sarkozy est pire.

La droite de gouvernement c’est droitisé, et a rendu la frontière poreuse entre la droite républicaine et le centre.

Elle a mis sur un pied d’égalité le PS et le FN, si ce n’est que pire, elle considère le FN plus fréquentable que le PS.

 

Le fait que ce soit la Manif pour Tous qui organise la manifestation de soutien à François Fillon n’est pas si étranger.

 

Pire, la droite réactionnaire, qui donc inspire les Républicains, veut diriger seule au détriment de l’ensemble des français.

Pire, elle est sur un modèle sociétal dépassé.

Savez-vous que beaucoup de familles sont recomposées ?

 

Évidemment, le fait que le centre soit faible et lâche, et que le scrutin électoral français soit stupide et débile n’aide pas.

 

Que la Droite soit de Droite, c’est normal, c’est la Droite.

Mais lors de la primaire ouverte, elle avait le choix entre être moins de Droite, mais de fédérer les français sur un projet de réformes audacieux où tout le monde s’y retrouve, et d’être dans une démarche de coalition, ou d’avoir une stratégie agressive et d’imposer à une majorité une vision très conservatrice et réactionnaire où seuls quelques individus sont gagnant.

 

Elle a choisi la seconde option, et très clairement.

 

C’est même une question tactique, elle avait le choix de construire un projet de droite de façon plus souple et consensuel, elle a choisi d’imposer par la force.

 

Finalement, François Fillon est dans la continuité de Nicolas Sarkozy.

4 mars 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Remplacer le Rond-Point Henri Barbusse par un carrefour, une bonne idée

Le projet de réhabilitation du Rond-Point Henri Barbusse ne se limite pas qu’à l’équipement public que j’ai plusieurs fois discuté (ici, ici et ici).

 

Il est aussi question de remplacer le Rond-Point Henri Barbusse par un carrefour.

Selon les calculs de l’architecte en charge du projet, le Rond-Point fait une surface de 5255m2.

 

A titre de comparaison, la place du 11 Novembre fait 5300m2.

 

Remplacer le Rond-Point par un carrefour permettrait de récupérer de la place.

Place utilisé pour faire un nouvel équipement culturel, et pour faire un lieu de vie comparable à la Place du 11 Novembre.

 

A titre d’information, la petite fontaine près du supermarché devrait être provisoirement remplacé par un mini équipement culturel provisoire (une estrade en bois si j’ai bien suivi).

 

Le remplacement du Rond-Point par un carrefour va dans le bon sens. Je soutiens cette initiative.

2 mars 2017 Posted by | Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire

Là, François Fillon dépasse les bornes !

Certes, mon choix de soutenir Emmanuel Macron s’est fait avant le Pénélope Gate.

Mais il est clair que le Pénélope Gate m’a conforté dans mon choix.

 

Bon, résumons :

 

François Fillon est un menteur, il a été pris la main dans le sac.

 

François Fillon veut être monsieur Propre, mais c’est juste un vulgaire Balkany.

 

François Fillon demande des efforts, mais ça ne l’a pas empêché de s’enrichir sur le dos de la France en faillite.

 

François Fillon a expliqué que l’on n’imaginait pas le général de Gaulle mis en examen, mais lui, il s’en branle et continue.

 

Il n’a pas d’honneur, pas de parole et j’en passe.

 

Mais là, trop c’est trop.

 

Il s’en prend à la justice, organisant une manifestation contre le coup d’Etat de la justice (alors qu’il est contre les manifestations), et le canard enchainé reçoit des menaces. Un comble d’ailleurs, car il ne fait juste que son job !

 

Là, c’est la démocratie qui est attaqué.

 

Le moment de rappeler deux principes indispensables dans le fonctionnement d’une démocratie.

 

Le premier est celui de séparation des pouvoirs, en l’occurrence du pouvoir judiciaire, législatif et exécutif. Ce principe repose sur le fait qu’en démocratie, aucun de ces pouvoirs ne doit être dans les mains d’une seule personne.

En France, nous devons ce principe à Montesquieu (1689-1755).

Il est apparu suite à la monarchie absolue, dont l’apogée est louis XIV (qui a régné de 1643 à 1715).

Effectivement, selon son bon plaisir, Louis XIV pouvait, si votre tête ne lui revenait pas, vous envoyer à la Bastille, et sans procès !

Y compris si vous étiez innocent !

 

Dans le cas de François Fillon, la justice ne fait que d’enquêté. Bref, elle ne fait que son travail. Et François Fillon peut se défendre. Il a des avocats pour ça. S’ils sont mauvais, il a qu’à les changer !

Jusqu’à preuve du contraire, François Fillon n’est pas enfermé à la Bastille selon le bon vouloir de François Hollande.

 

Et puis il y a la liberté de la presse.

Les menaces sur le canard enchaînés sont inadmissibles !

Je vais me permettre de rappeler un fait.

Un journal, que je n’aime pas (et que en général je n’achète pas) a publié des caricatures de Mohamed. La suite a été sanglante, avec de vrai mort, car certaines personnes n’approuvaient pas les caricatures.

 

Dire que François Fillon ose se dire candidat de la Droite et du Centre, alors qu’au Centre, la démocratie est un bien précieux.

 

En ce qui me concerne, je suis plus attaché à la démocratie qu’à la république, et je préfère vivre dans une monarchie parlementaire (comme en Espagne ou au Royaume Uni) que dans une république dictatoriale (comme en Russie).

 

François Hollande a certes beaucoup de défauts, mais au moins, les corrompus, il les a virés !

 

Ce qui fait que sauf menace Le Pen, il est hors de question que je vote François Fillon.

Y compris dans un second tour Hamon/Fillon où je voterai blanc !

 

Et s’il continue comme ça, il risque de faire sauter le « sauf menace Le Pen » …

 

A lire :

1 mars 2017 Posted by | Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

Parlons de la Taxe d’Habitation (2/5) : La Taxe d’Habitation est contre le droit au logement

Il y a une idée qui fait son chemin : c’est le droit au logement.

C’est d’ailleurs indirectement dans la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen (Article 25) :

  1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
  2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciale. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

 

Après, c’est certes un principe général, très difficile à mettre en œuvre.

C’est comme le droit au travail.

Le travail est un droit, mais permettre à chacun d’avoir un travail, c’est une autre histoire…

 

Le droit au logement, c’est un peu pareil.

C’est un principe, difficile à faire appliquer dans les faits.

Mais, comme le droit au travail, on doit tout faire pour essayer qu’il devienne réalité.

 

 

Or, la TH (Taxe d’Habitation) joue contre ce principe.

Certes, il est vrai que c’est surtout le prix de l’immobilier dans le parc privé qui pose problème.

 

Mais philosophiquement, la TH est contre ce principe de Droit au logement.

 

Pour rappel, on paye une TH si on loge dans un appartement ou une maison.

En fait, on paye une TH simplement parce que l’on habite.

De fait, si je ne veux pas payer une TH, il suffit de ne pas habiter, et sans doute d’aller dormir dans sa poubelle ou son carton en bas dans la rue, et en pleine hiver.

 

En fait, comme c’est souvent le cas avec un impôt physiocrate, on est puni par la TH car on ne fait simplement que d’habiter, alors que c’est pourtant un droit.

 

J’aurais aussi pu débattre sur le fait que si j’étais propriétaire, j’aurais été puni par une autre taxe, la taxe foncière (un autre impôt physiocrate), mais là, c’est une autre histoire.

28 février 2017 Posted by | Finances locales, Politique, politique locale, Politique nationale, Présidentielles 2017 | , , , , , | Laisser un commentaire

Parlons de la Taxe d’Habitation (1/5) : La Taxe d’Habitation est un impôt injuste

Puisque Emmanuel Macron parle de la Taxe d’Habitation (TH), de manière assez maladroite d’ailleurs, je me dis que c’est le moment d’aborder ce sujet qui fâche.

 

Et de commencer par la base : la TH est un impôt injuste !

 

C’est un impôt injuste car il est physiocrate.

Et comme il est physiocrate, il est donc injuste. CQFD.

 

Plus sérieusement, pour rappel, en 1789 (ça commence vraiment à dater), les physiocrates ont inspiré la politique fiscale de la France.

Selon-eux, il est impensable de payer des impôts sur ce que l’on gagne.

On paye des impôts sur son outil de travail.

 

Si par exemple on a un champ, on va payer des impôts dessus car grâce au champ que l’on laboure, on va s’enrichir.

Or, il se peut que l’on ait, certaines années, de la grêle, donc des récoltes moins bonnes, voir pas de récoltes pour s’enrichir.

Mais on a les impôts quand même, si on suit la logique physiocrate.

C’est d’ailleurs le premier problème des impôts physiocrates : ils sont dé-corrélé des revenus.

Exemple concret sur un autre impôt physiocrate : l’ISF.

On peut être SMICARD et se retrouver à payer l’ISF, car on habite l’Ile de Ré.

Ça c’est de l’impôt sur les grandes fortunes…

 

Mais cet impôt est également injuste car il crée une inégalité territoriale.

Pour mémoire, on paye Base * Taux.

Les Taux sont votés au conseil municipal, mais les Bases sont décidées en toute opacité par les services fiscaux.

 

Ce qui veut dire que des villes qui ont des Bases élevées auront plus de moyens que les villes qui auront des bases plus faibles.

De fait, les Taux seront faibles dans les villes avec des Bases élevées, et les Taux seront élevés dans les villes avec des Bases Fortes.

Et en général, les pauvres s’installent  dans les villes avec des Bases Faibles, ce qui génère des inégalités territoriales.

 

En gros, le Maire de Neuilly sera toujours plus compétent que celui de Malakoff, pas parce que les électeurs l’ont décidé, mais parce qu’un obscur fonctionnaire des services fiscaux l’a décidé.

 

Par ailleurs, j’en profite pour dénoncer une hypocrisie.   Pour éviter d’augmenter les Taux, les maires laissent les députés augmenter les bases. Comme ça, les maires cranent sur le fait qu’ils n’ont pas augmenté les impôts. Sauf que mathématiquement, l’augmentation des bases augmentent les impôts.

D’ailleurs, certains députés sont aussi maires. Une question qu’il serait intéressant à regarder…

 

Sur le même sujet : L’Hérétique.

27 février 2017 Posted by | Politique, politique locale | , , , , | Laisser un commentaire

Le Pénélope Gate sur quelques aspects (2/4) : Changer le candidat de la Droite, une question délicate…

Certes, cette fois-ci, François Fillon sera candidat, et il sera candidat jusqu’au bout.

 

Mais un moment, lorsque j’ai pensé cette série d’article, la question s’est posé.

C’est juste que je suis peu réactif et que je suis un peu lent.

 

Donc, un moment, la question de changer le candidat de la Droite, le plan B, s’est posée.

 

Or, je pense que changer le candidat de la Droite aurait été une question difficile.

 

Effectivement, il y a un point important : le candidat de la Droite a été légitimé par la primaire de la Droite.

 

François Fillon n’a pas été seulement autorisé à personnifier et représenter la Droite, il a aussi porté une ligne politique et c’est sa ligne politique qui a été choisie.

 

Et vu les scores, elle a été choisie clairement.

 

Remplacer François Fillon par Alain Juppé n’aurait pas été normal (même si je pense qu’Alain Juppé aurait été meilleur président, plus rassembleur et plus ouvert).

Alain Juppé a été sèchement battu à la primaire.

 

Dans le meilleur des mondes, la meilleure solution aurait été de refaire une primaire. Sauf que ce n’est pas possible, dans la pratique, dans le temps imparti.

 

Une autre solution aurait pu être de remplacer François Fillon par un membre de son équipe de campagne (comme Gérard Larcher), mais ça n’aurait pas régler les problèmes de fond de la droite, problèmes sur lequel je reviendrais.

 

Finalement, la solution la plus pragmatique, celle qui a été choisi, c’est de continuer avec François Fillon, prier pour un miracle, et régler les comptes après la présidentielle si (ce qui semble être le cas selon l’état « sondagier » du moment) la Droite perd la présidentielle, voir n’est pas qualifié pour le second tour.

 

En espérant que ce règlement de compte permettra de faire un Etat des lieux de la Droite et un bilan, et en particulier, un bilan du sarkozysme et un bilan des cinq années dans l’opposition.

27 février 2017 Posted by | Politique, Politique nationale, Présidentielles 2017 | , , , , , , , | Laisser un commentaire