Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Aux européennes, je voterai la liste « La république en marche »

Ce n’est pas une surprise, mais je me permets donc de le confirmer ici, et d’apporter, comme d’habitude, ma pierre à l’édifice.

 

Pour plusieurs raisons, je voterai la liste LREM (La république en marche) aux prochaines européennes.

 

Il y a plusieurs raisons à cela.

 

La première est que l’on est dans une élection européenne. Je pense que l’Europe est un bien précieux, malgré ses imperfections.

L’Europe a permis la paix.

Déjà en mettant fin à trois guerre Franco-allemande entre 1870 et 1945, les deux dernières ayant eu un bilan humain sévère.

L’Europe a également été primordiale pour la paix en Irlande du Nord. Avec le Brexit, les anglais s’en mordent les doigts.

 

Ensuite, l’Europe est nécessaire pour que la France puisse peser, aussi bien politiquement qu’économiquement.

Beaucoup de problèmes économiques se posent au niveau européen.

Il faut consolider une entité politique qui puisse régler des problèmes au niveau européen.

C’est au niveau européen que l’on luttera contre le dumping des chinois ou contre le protectionnisme de Donald Trump.

 

Enfin, la France ne peut pas peser seule. Elle ne peut peser qu’au sein de l’Europe.

De plus, certains problèmes mondiaux ne peuvent se régler qu’au niveau européen. Je pense entre-autre au terrorisme.

Et il serait souhaitable que quand la France se salisse les mains (car des fois, il faut se salir les mains), l’Europe mette la main au porte feuille (je pense au Mali, par exemple).

 

Bref, il faut solidifier l’Europe et Emmanuel Macron est un dirigeant pro-européen.

 

Par ailleurs, l’Europe est attaquée de toute part par des régimes poujadistes, réactionnaire ou conservateur.

Il faut donc défendre l’Europe face à ces régimes. Voter une liste pro-européenne est envoyer un signal fort.

 

Mais au-delà des raisons européennes (légitime pour une élection européenne), il y a aussi un tas de raisons nationales.

 

La première est que les deux premières places seront partagées entre la liste FN (de Marine Le Pen) et la liste LREM.

Il serait plus saint que la liste LREM soit en tête.

 

La seconde raison est que beaucoup trop de personnes n’ont toujours pas compris qu’Emmanuel Macron a gagné, qu’il est donc légitime jusqu’en 2022.

Je vais donc me permettre de le répéter une fois encore, notamment vis-à-vis de ce mouvement d’ânes bâtés que sont les gilets jaunes.

J’ai même l’espoir de voir Emmanuel Macron en tête pour qu’on leur montre qu’ils ne sont pas légitimes et surtout qu’ils ne sont pas majoritaires !

Je sais qu’on aura ces fachos et voyou jusqu’aux européennes en mai prochain (minimum).

Une victoire de Macron devrait les remettre à leur place, voir, soyons fou, les stopper.

 

J’en profite pour répondre à une critique que j’ai entendu il y a quelques mois.

On accuse Emmanuel Macron d’être en campagne.

Très franchement, c’est vrai.

Mais il faut replacer dans le contexte.

Sa légitimité, réelle car je le rappelle, elle est due à l’élection présidentielle 2017, est remise en cause aussi bien par les Gilets Jaunes (que je déteste) mais pire, également par une partie de l’opposition.

Personne n’a condamner la violence et les méthodes des Gilets Jaunes fermement. Pire, certains mettent de l’huile sur le feu (Hollande, Wauquiez…).

J’espère rappeler qu’il y a des gens qui sont pour Macron, qui sont pour les réformes, qui ont envie d’être dirigé sérieusement.

Je profiterai donc des européennes pour le rappeler.

 

Enfin, l’opposition républicaine, en l’occurrence LR et PS, ont perdu en 2017.

J’ajouterai que c’est mérité. Il y a eu le mandat de Nicolas Sarkozy, qui a été une catastrophe, et le mandat de François Hollande, qui a été également une catastrophe.

Je ne me réjouis pas de l’état actuel de l’opposition.

Déjà parce que ça implique un débat démocratique de faible qualité, que ça empêche la majorité, de fait, de s’amélioré, vu que l’opposition maintien un débat de faible qualité.

Mais surtout, s’il faut une alternative à Emmanuel Macron, je ne sais pas où elle est.

Pire, LR et PS pourrait être au pouvoir ! Et donc empirer la situation de la France qui est déjà critique.

Ou pire, on pourrait penser que c’est le FN ou la France Insoumise qui sont les alternatives à Macron.

 

Le problème de fond, c’est que l’opposition ne se remet pas en cause, et ne tire pas le bilan de leurs années de pouvoir.

Le problème, c’est qu’ils sont encore dans cette logique binaire, moi je suis le gentil, eux c’est les méchants.

J’espère donc favoriser un score faible (traduction : moins de 10%) pour leur permettre une claque méritée afin qu’ils se remettent enfin en cause.

 

Pour toutes ces raisons, je revoterai la liste LREM aux européennes.

Publicités

30 mars 2019 Posted by | Européenne 2019, Européennes 2019, Politique, Politique nationale | , , , | Laisser un commentaire

Non, les Gilets Jaunes ne sont pas les « Gentils de l’histoire »

En manifestant hier, j’ai compris que je devais absolument écrire cette note.

 

Effectivement, hier, je tiens à signaler deux incidents, liés aux gilets jaunes et à leurs supporteurs, qui ont émaillé la manifestation d’hier.

 

Le premier est la banderole polémique.

On pouvait lire, dans le devant du cortège, « Bellana, Castaner » avec des cœurs, laissant penser que les foulards rouges soutenaient l’odieux Bellana.

En réalité, il ne s’agissait pas de la banderole de l’avant du cortège, mais de pro-Gilets Jaunes, qui vers la fin de la manifestation, se sont mis devant pour la décrédibiliser.

 

Dans ces pro-gilets jaunes, il y avait une élue « soi-disant centriste », mais qui en réalité est une élue de droite, qui n’a pas digéré la défaite de Sarkozy à la primaire, puis la défaite de Fillon à la présidentielle, et qui soutien les Gilets Jaunes car elle espère faire dégager Macron.

Très démocratique cette façon d’accepter le verdict des urnes.

 

Mais on voit surtout une méthode « Gilet Jaune » pour décrédibiliser les opposants des « Gilets Jaunes ».

 

Après, la manifestation s’est déroulée dans le calme.

Et il y avait peu de forces de l’ordre, sauf à Bastille, qui était le lieu de fin de manifestation.

Effectivement, des Gilets Jaunes s’étaient donnés rendez-vous à Bastille, comme par hasard le jour de la manifestation des opposants aux Gilets Jaunes histoire de les attendre.

Et là, il y avait beaucoup de force de l’ordre, histoire que ça ne dégénère pas.

 

Heureusement que je me suis éclipsé discret vers le métro L1…

 

Mais ces deux anecdotes sont à mon avis révélateurs des méthodes des gilets jaunes.

 

Ce qui m’a amené à la réflexion suivante : Pourquoi passent-ils pour les « Gentils de l’Histoire » ?

 

La réponse est que ça fait de l’audience, ou bien qu’ils arrangent des partis qui ont perdu la présidentielle et qui refusent de se remettre en cause.

 

C’est pour ça qu’il est urgent de rappeler qu’en réalité, les Giles Jaunes sont les « Méchants de l’Histoire ».

 

Ce sont des gens frustrés, qui n’acceptent pas les réformes, qui n’acceptent pas l’effort et qui n’acceptent pas le résultat des urnes et la démocratie.

 

Ce sont des gens qui sont noyauté par les extrêmes, aussi bien l’extrême gauche que l’extrême droite.

 

Et surtout, c’est des gens qui n’acceptent pas le débat, qui n’acceptent pas la négociation, la discussion, la contradiction, et qui vont utiliser des méthodes de voyou pour imposer leur point de vue à la majorité des gens.

 

Les Gilets Jaunes, c’est la voyoucratie et l’inverse de la Démocratie.

 

Des petits rappels s’imposent.

 

Quand Edouard Philippe a accepté de recevoir des Gilets Jaunes, ceux-ci ont refusé. Pourquoi ?

Car ils étaient menacés par d’autres Gilets Jaunes.

Je trouve ça délirant. Et après, on explique que Macron et Philippe ne veulent pas discuter.

 

Un peu avant la Mi-Décembre, Macron a fait un geste (que j’avais critiqué d’ailleurs).

On est fin Janvier et le mouvement continu.

 

Il y a l’épisode avec la vielle dame dont le père est mort à Auswitch (voir blog du centrisme).

 

Il y un chef étoilé, qui a critiqué les Gilets Jaunes et qui a retrouvé son restaurant brulé après être tagué (voir ici et ici).

 

Une des leaders des Foulards Rouges menacée chaque matin sur Facebook (ici et ici)

 

Et évidement le leader es Gilets Jaunes qui appelle à l’insurrection et à prendre d’assaut l’Elysée…

 

Et j’en oublie (commerce vandalisé, biens publics dégradé…).

 

En ce qui me concerne, je n’oublie pas, je n’ai jamais oublié et je n’oublierai jamais que le but des Gilets Jaunes est de faire la peau de Macron, élu démocratiquement.

 

C’est pour ça qu’ils emploient des méthodes de voyous et de fachistes.

 

Et c’est pour ça que l’on ne doit pas l’accepter et les présenter tels qu’ils sont : comme les « Méchants de l’Histoire ».

28 janvier 2019 Posted by | Politique nationale | , , | Laisser un commentaire

J’appelle le 27/01/2019 à participer à « La Marche Républicaine des Libertés »

La blague pas drôle des Gilets Jaunes continue. Ils ont fait assez de dégât comme ça, notamment dans l’économie du pays.

 

Je les hais, et depuis le début, je m’efforce d’expliquer en quoi je les hais, aussi bien pour des raisons idéologiques que personnelles.

 

Il est temps de montrer à ces gens, qui sous couvert de grandes causes (Pouvoir d’Achat …) sont en réalité des fachos, des terroristes et des voyous qui bloquent le pays et n’ont comme seule ambition de virer Emmanuel Macron, démocratiquement élu, qu’ils ne sont pas, comme ils le prétendent, majoritaires.

 

Comme j’aime à le dire, Macron, ce n’est pas le président que l’on mérite, mais celui dont on a besoin.

 

Je mettrai donc mes paroles en accords avec mes actes, et j’irai donc manifester le 27/01/2019.

 

Et j’appelle tous les lecteurs de mon blog, tous les sympathisants centristes, tous ceux qui aiment la démocratie et tous ceux qui savent qu’il faut faire des réformes économiques à venir manifester le 27/01/2019.

 

J’avais un engagement le 27/01/2019 où je me suis empressé de ne pas confirmer ma présence.

J’aurais préféré être à cet évènement, mais j’estime que j’ai le devoir (moral) d’être présent à la manifestation du 27/01/2019.

 

Nous devons être le plus nombreux possible. La chienlit doit stopper. Et la farce des gilets jaunes doit s’arrêter maintenant. Stop, ça suffit !

 

Il est impératif que l’on soit le plus nombreux.

 

Nombreux pour montrer aux soutiens directs (Jean Luc Mélenchon, Florian Philippot, Nicolas Dupont Aignan) qu’il n’y a des français qui n’apprécient pas les méthodes des gilets jaunes.

 

Nombreux pour montrer aux soutiens indirects, comme Laurent Wauquiez, qu’ils feraient mieux de travailler plutôt que de jeter de l’huile sur le feu.

 

C’est le moment de montrer aux médias, en quête d’audience, qu’il y a autre chose que les gilets jaunes.

 

J’appelle à manifester le 27/01/2019 pour deux raisons.

 

La première, c’est qu’il faut défendre la démocratie mise à mal par les gilets jaunes. Emmanuel Macron est légitime. Il a été élu démocratiquement et il est urgent de le rappeler.

Emmanuel Macron est légitime jusqu’en 2022, date de la prochaine élection présidentielle.

 

Enfin, il est également urgent de dire à l’exécutif qu’il ne faut pas baisser son froc fasse à des fachos, et qu’il est nécessaire de tenir bon, qu’il y a des gens qui veulent que ça change et qui veulent des réformes économiques pour vivre enfin dans un pays qui marche sur des bases saines.

 

Pour toutes ces raisons, j’invite les gens qui croient que la démocratie est un bien précieux, et les gens qui pensent qu’il faut des réformes économiques en France, à venir manifester le 27/01/2019.

 

Il faut que nous soyons nombreux pour faire passer un message fort aux gilets jaunes, à leurs soutiens, aux médias et à l’exécutif.

 

Ne pas venir serait irresponsable.

4 janvier 2019 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , | Laisser un commentaire

Conseil du 19/12/2018 : Pour moi, le bureau de poste Henri Barbusse est déjà fermé.

Le sujet est revenu sur la place public. Il y a même une pétition sur le sujet.

 

La fermeture a déjà été évité sous François Hollande, sans doute pour qu’il puisse être réélu.

Ça n’a visiblement pas marché.

 

J’ai déjà parlé de ce problème précédemment.

Pas directement, mais je l’ai évoqué dans le contexte global de la réhabilitation du Sud de la ville.

 

En ce qui me concerne, je considère le bureau de Poste du Rond-Point Henri Barbusse déjà fermé.

 

Je considère que ce n’est plus qu’une question de temps.

 

Je pense d’ailleurs la même chose du bureau de Poste Rue Jean Jaurès à Vanves.

 

Je tiens à préciser que certaines rumeurs sur la fénéantise, sur la gauchisation et sur la mauvaise volonté de ce bureau de poste est remonté à mes oreilles, notamment de la part de mes proches habitant dans le Sud de la ville, proches qui attendent avec impatience sa fermeture.

 

En plus d’être peu ouvert, et jamais en dehors des heures de travail ou seulement le Samedi Matin, certaines personnes (de mon entourage) se plaignent de l’inefficacité de ce bureau, et de la mauvaise volonté de son personnel.

 

Néanmoins, dans mon opinion, cet aspect ne rentre pas en ligne de compte.

De plus, je ne fréquente pas ce bureau.

 

C’est totalement pour d’autres raisons que je suis persuadé que ce bureau de poste va et doit fermer.

 

En ce qui me concerne, contrairement aux trente-glorieuses, on est aujourd’hui dans une réduction des ressources, et en particulier des ressources financières.

 

On doit faire de mieux en mieux, avec de moins en moins de ressources.

 

On doit optimiser les ressources financières.

 

Entretenir un bâtiment (et son personnel), c’est des dépenses de fonctionnement. Et la société actuelle va vers la nécessité de réduire les dépenses courantes, les dépenses de fonctionnement.

 

Les ressources sont limitées, il faut donc les utiliser à bon escient.

 

Intégrer cette idée, c’est ce que l’on appelle faire du développement durable.

 

Les ressources de la Poste étant limitées, ça ne me choque pas qu’ils cherchent à dépenser moins.

Car derrière se pose la question de qui paye.

 

D’après ce que j’ai compris, la poste est une Société anonyme dont l’actionnaire majoritaire est l’Etat.

La Poste doit donc réduire ses dépenses de fonctionnement (comme tout le monde d’ailleurs), déjà parce que l’Etat est surendetté, et ne peut pas financer exagérément des services publics.

En ce qui me concerne, ce n’est pas le service public qui est en cause. C’est le fait de le financer 100€ là où l’on peut le financer 50€ en rendant le même service.

Il faut rappeler que derrière, c’est le contribuable qui paye.

 

Mais aussi parce qu’en tant que société anonyme, la Poste doit être compétitive. Elle doit faire face à une concurrence acharnée, et elle doit rendre les meilleurs services possibles aux usagers, et à coût le plus bas possible.

 

Dans cette logique, je considère qu’une petite ville comme Malakoff n’a pas besoin de deux bureaux de Poste.

Pour rappel, la superficie de Malakoff est de 2,47 km2.

 

On a un changement des modes de consommation.

Internet a changé la vie des utilisateurs. Le réseau de transport à Malakoff est largement plus que correct. En plus, il est même compétitif.

Et faire 2 km (en 30 min selon Mappy) pour aller à la Poste n’est pas une fin en soi.

Je pense même que c’est quelque part égoïste de demander le maintien de la Poste Henri Barbusse.

 

Vu les problèmes de ressources financières que tout le monde rencontre (Poste compris), je préfère que l’on mette les moyens pour maintenir les bureaux de postes dans les très petits villages ruraux.

 

Après, l’un des arguments du maire pour maintenir le bureau de poste Barbusse est que sa fermeture va accélérer la désertification du quartier, désertification du quartier dont je parle sur ce blog depuis presque le début.

 

Très franchement, l’argument du maire est tout à fait pertinent, et d’une certaine façon, je le partage.

 

Ce qu’il fait que je dois revenir sur le projet de réhabilitation du Rond-Point Henri Barbusse.

 

Pour rappel, je suis en désaccord avec le projet présenté par la municipalité.

 

La principale raison étant le manque de réflexion économique.

 

A partir de là, il y a une véritable différence d’appréciation entre la municipalité et moi-même.

 

Je pense que le développement économique est une question primordiale.

Faire venir des entreprises, donc des gens qui travaillent, c’est fabriquer un cœur de ville.

Je pense que la Poste n’a pas à être un cœur de ville. C’est aux entreprises et en particulier aux gens qui travaillent de construire le cœur de ville.

 

En particulier, on investit dans le commerce de proximité pour créer du lien social, mais c’est les gens qui travaillent sur place qui font vivre le commerce de proximité.

 

C’est en particulier le cas dans le Centre-Ville.

 

Le Marché Boulevard Stalingrad, en particulier, a arrêté d’être un marché intéressant le jour où le Fort de Vanves (un autre sujet qui fâche) a arrêté d’être un cœur de ville.

 

Se battre pour la Poste Henri Barbusse ne sert à rien pour moi. Il faut se battre pour un cœur de ville.

Ce n’est pas au bureau de Poste Barbusse de devenir un cœur de ville. Mais aux entreprises qui vont travailler sur place.

 

C’est pour ça, et je me permets de le répéter, qu’il faut avoir une vraie réflexion pour faire venir des entreprises dans le Sud de la ville.

 

Peut-être, d’ailleurs, que si on faisait venir des entreprises dans le Sud de la ville, la Poste verrait un intérêt à rester dans le coin.

3 janvier 2019 Posted by | Malakoff, politique locale | , , , , | Laisser un commentaire

Conseil municipal du 19/12/2018 : Je suis opposé au vœu relatif aux mouvements sociaux

Lors du conseil municipal du 19/12/2018, il y a eu un vœu relatif aux mouvements sociaux.

C’était un vœu de soutien aux gilets jaunes.

En ce qui me concerne, c’est d’abord une déclaration de guerre en bonne et due forme à Emmanuel Macron.

 

Et comme indiqué par Malakoff 21, les forces de l’ordre ont été stigmatisé.

 

Je regrette que l’opposition, dans son ensemble, se soit abstenu face à ce vœu.

Et je regrette que Malakoff Plurielle, soi-disant proche de « En Marche », se soit aussi abstenu.

 

En ce qui me concerne, si j’avais été conseiller municipal, j’aurais, sans hésiter, voté contre ce vœu.

 

Et il y a quatre raisons, à mon sens, pour lequel il fallait voter contre ce vœu.

 

La première, c’est qu’Emmanuel Macron a été élu, et il a été élu démocratiquement.

J’en ai marre de voir sa légitimité remise en cause, surtout que les gilets jaunes sont noyautés par l’extrême gauche et l’extrême droite.

Emmanuel Macron a fait des gestes, et il y a eu un acte 5, voir 6.

 

On peut contester, comme moi d’ailleurs, le mode de scrutin.

Mais les règles du jeu sont néanmoins claires, et Emmanuel Macron les a respectés.

Il est donc légitime jusqu’en 2022, date de la prochaine élection présidentielle.

 

Que dirait la municipalité, élu avec 68,14% des voix dès le premier tour, si des Malakoffiots mécontents de la hausse de la taxe d’habitation, venaient casser les locaux de la mairie.

Là aussi, augmenter fortement la taxe foncière en 2015, ça joue contre le pouvoir d’achat. D’autant que la taxe foncière, c’est un impôt injuste, car physiocrate !

Et que derrière, la municipalité n’a aucune vision économique et n’a fait aucun investissement productif !

 

La seconde raison est que je trouve que c’est injuste de s’en prendre à Emmanuel Macron.

Certes, j’ai certains désaccords avec lui, notamment sur sa vision globale des impôts (bien que François Hollande, soi-disant grand fiscaliste soit pire), et sur sa réforme institutionnelle (j’y reviendrai un jour).

Certes, il a des problèmes de communication et comportementaux (trop direct, n’a pas forcement de tact, peut paraître méprisant…).

Mais il n’a pas démérité. Que ce soit sur sa politique économique (point 4) ou même sur le pouvoir d’achat.

C’est celui qui en a même fait le plus. Il a diminué les charges salariales, ce qui est une augmentation du pouvoir d’achat par le haut, où tous le monde en profite, et il a même supprimé la taxe d’habitation, impôt injuste et physiocrate, ce qui pose de réels problèmes d’autonomie fiscale.

 

Il a hérité d’une situation difficile, laissé par les mandats Chirac, Sarkozy et Hollande.

Il fait ce qu’il peut, et il n’est pas déméritant. Au contraire.

 

C’est celui qui a fait le plus pour la France.

 

En résumé, Macron, ce n’est pas le président que l’on mérite, mais c’est celui dont on a besoin.

 

Ce qui amène la troisième raison.

L’opposition a perdu en 2017.

L’opposition républicaine a perdu en 2017.

En particulier, LR a perdu une élection imperdable, alors que le président de l’époque, un certain François Hollande, était l’un des présidents les plus mauvais (égalité avec Nicolas Sarkozy) de la France.

 

En ce qui me concerne, je considère que la défaite du PS et de LR était méritée.

Ils devraient prendre leurs temps pour réfléchir. Se remettre en cause, analyser les raisons de leurs défaites, analyser la situation (économique, sociale …) de la France et construire un projet cohérent, pragmatique et sérieux qui marche en cas de retour au pouvoir.

 

Le problème, c’est que LR et le PS surfent sur le mouvement Gilets Jaunes et soufflent sur les braisent. C’est vraiment irresponsable, vu qu’ils sont responsables de la situation actuelle.

Et s’ils étaient au pouvoir, ils auraient eu aussi un mouvement Gilets Jaunes. Et ils n’auraient pas fait mieux !

 

Ce qui amène à la dernière raison.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, j’ai connu le chômage, et franchement, ce n’est pas rigolo.

C’est très humiliant, et pour survivre, on doit faire preuve de cynisme, de haine. On devient une bête sauvage.

Souvent, je sentais ma haine, je la touchais, je la palpais. Elle m’étouffait. Elle était physique.

 

Lorsque j’étais au chômage, on m’expliquait que j’étais une merde car j’étais au chômage.

Ça, je l’ai bien compris. Je l’ai même intégré.

 

Mais si je disais « OK, je prends n’importe quel boulot », on m’expliquait que « j’étais une merde car avec un DEA, j’osais postuler … pour la plonge ».

 

J’en étais même arrivé à payer … pour travailler.

 

De tout ça, j’en ai retenu une leçon fondamentale :

Le développement économique est une question clé.

 

Trouver un emploi, ce n’est qu’une question de chance. Tout ce que l’on peut faire, c’est optimiser la fonction probabilité qui dépend du domaine de recherche, de l’expérience, du réseau, de la formation …

 

Le chômage (et un moment, Emmanuel Macron l’a très bien dit), ce n’est qu’une question d’inadéquation entre l’offre et la demande.

 

Le problème, c’est que l’on est dans une économie ouverte et que la France n’est pas capable de tirer son épingle du jeu.

 

Le problème, c’est que l’on se tire une balle dans le pied.

 

Le problème, c’est que l’on a plein de gens narcissiques, qui se croient beaux, magnifiques et intelligents, qui ne connaissent rien à l’économie, et qui ont mis des règles dogmatiques, bibliques, stupides et contre-productives que l’économie français doit suivre.

Il est vrai que le capitalisme est un mauvais système et qu’il produit de la misère.

Sauf que l’on n’a pas d’alternative au capitalisme, le socialisme ayant échoué.

 

Et en France, on a mis des règles qui ne luttent pas efficacement contre les travers du capitalisme, mais qui aggravent les défauts du capitaliste français.

 

Il est donc urgent de remettre à plats touts ces dogmes qui pourrissent l’économie française, et qui fait que du coup, l’économie française n’est plus capable d’intégrer les gens.

 

En ce sens, le mérite d’Emmanuel Macron, c’est d’avoir essayé de remettre à plats toutes ces règles débiles et contre-productive qui empêche l’économie française de marcher convenablement, et d’intégrer les gens.

 

Le problème, c’est que face aux gilets jaunes, peu aidé, y compris au sein de « En Marche », Emmanuel Macron a dû baisser son froc de 15%.

 

 Je crains que les Gilets Jaunes aient mis un coup d’arrêt sérieux au programme de réforme dont la France a besoin.

En ce sens, pour moi, les Gilets Jaunes sont égoïstes.

Pour moi, la fin des réformes dont la France a besoin, c’est le plus grand crime des Gilets Jaunes.

22 décembre 2018 Posted by | Conseil Municipal, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Selon un sondage, si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, Emmanuel Macron serait au second tour face à Le Pen

Alors qu’Emmanuel Macron est de plus en plus impopulaire, un sondage donne des indications sur le premier tour (donc pas le second) si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui.

 

Selon un sondage récent, on aurait :

  • Macron à 24%.
  • Le Pen à 21,3%
  • Fillon à 20%
  • Mélenchon à 19,6%

L’hypothèse Wauquiez a été testé ce qui donne :

  • Macron à 27,5%
  • Le Pen à 27,5%
  • Mélenchon à 13%
  • Wauquiez à 10%

Pour mémoire, en 2017, on avait :

  • Macron à 24,01%
  • Le Pen à 21,3%
  • Fillon à 20,01%
  • Mélenchon à 19,58%

De ce sondage, j’en tire trois enseignements, en ce qui me concerne.

 

Le premier est que malgré son impopularité, Emmanuel Macron serait au second tour. Je pense que même s’il est impopulaire, les français comprennent qu’il faut réformer notre pays, que les problèmes sont d’abord économiques, et que malgré ses nombreux défauts, Emmanuel Macron a la volonté de remettre de l’ordre dans notre économie qui est grippé par des concepts idéologiques fait par des idéologues fous qui ne connaissent rien à l’économie.

En résumé, Macron n’est pas le président que l’on mérite mais celui dont on a besoin.

 

Le second enseignement est que la crise des gilets jaunes profite à Marine Le Pen, ce qui ne m’étonne pas, vu le profil type du Gilet Jaune.

 

Enfin, dernier enseignement, que j’ai déjà exprimé, c’est que non seulement la défaite de l’opposition républicaine (en résumé PS et LR) est méritée, mais en plus, ils ne l’on pas compris, aussi bien chez LR qu’au PS.

 

Ils étaient au pouvoir, et ils ont laissé la situation pourrir.

En 2002 (soit il y a exactement 16 ans), le PS a subi une sanction sévère.

Jean Marie Le Pen les a éliminés du second tour. Chirac s’est retrouvé face à Le Pen (Le père, bien évidement).

Au lieu de se remettre en cause, de réfléchir aux problèmes de la France, de remettre en cause les dogmes, et de construire un projet de gouvernance pragmatique, le PS s’est construit sur la nullité des autres, en l’occurrence de LR.

Ça a marché car l’UMP/LR était médiocre. Mais ils ont fini par être élu, élu en 2012. Ça a donné le mandat de François Hollande.

Entre temps, en tant que première secrétaire, Martine Aubry a confirmé les dogmes.

 

Bref, le PS n’est jamais rentré dans le 21ème siècle, aspect que j’ai déjà mentionné.

 

Pour LR, c’est pareil.

Ils ont subi une défaite méritée en 2012, suite au catastrophique mandat de Nicolas Sarkozy.

Il y avait d’ailleurs plein de bonnes raisons de virer Nicolas Sarkozy (Dette, enrichissement d’une oligarchie, affaires…).

 

Le problème, c’est que LR ne l’a jamais compris. LR ne l’a jamais accepté.

Au lieu de se remettre en cause, et d’avoir une analyse de la situation française en vue d’être prêt à exercer le pouvoir, ils se sont construits sur la nullité du PS.

Pire, ils ont élu à la tête de LR en 2014 Nicolas Sarkozy, le responsable de la défaite de 2012.

 

En ce sens, le mandat de Laurent Wauquiez est une catastrophe, car il donne des voix à Marine le Pen.

 

Ayant voté Macron, on pourrait penser que la faiblesse de l’opposition m’arrange.

En réalité, ce n’est pas le cas.

Déjà parce que ça induit un débat démocratique de faible qualité, mais aussi parce que s’il faut une alternance à Emmanuel Macron, elle n’est ni à LR, ni au PS.

 

Pire, si Emmanuel Macron était remplacé, ça serait par une politique débile et idéologue (LR ou PS), ou pire, par des extrêmes.

Je ne m’en réjoui pas.

16 décembre 2018 Posted by | Politique, politique locale | , , , | Laisser un commentaire

A cause de ces Fachos de Gilets Jaunes, le déficit public va augmenter !

C’est ce qui risque de se passer (voir ici, ici, ici et ici).

Alors, content, Gilets Jaunes ?

C’est ignoble, horrible et égoïste.

Mais les gilets jaunes, dans leur « faschitude » et leur égoïsme n’en ont rien à branler.

 

Je n’en veux pas à Emmanuel Macron. Il est seul face à tous, pas aidé, et il devait faire des concessions.

 

Par contre, j’en veux à l’opposition, qui met de l’huile sur le feu alors qu’ils sont responsables de cette situation et qu’ils ne feraient pas mieux s’ils étaient au pouvoir !

 

Et j’en veux également aux gilets jaunes.

 

En tout cas, les jeunes (et moi-même), on l’a bien dans le cul, et profond.

Aie, Aie, j’ai très mal.

Les gilets jaunes viennent de bien enculer les jeunes (et moi-même).

Et le problème, c’est que je suis très poli.

Car les jeunes (et moi-même), on ne va pas en profiter, mais par contre, on va rembourser.

Et comme d’habitude, on va rembourser pour d’autres !

 

Ça tombe bien, ça a un nom, ça s’appelle de l’égoïsme.

 

Ça ne me gêne pas de m’endetter pour payer un bien, c’est ce que l’on appelle une dette de d’investissement, mais là, ce n’est pas le cas.

 

On est dans de la dette de fonctionnement.

 

En résumé, on paye le chauffage des autres !

 

Reprenons.

La dette est une plaie. La dette est un poison. Elle est de fonctionnement. A faire trop de dette, on finit comme la Grèce.

 

Du coup, on hypothèque notre avenir, et c’est les enfants qui payent.

Rien que l’impôt sur le revenu, ça ne sert pas à faire marcher les services publics, mais à payer les intérêts de la dette !

 

Emmanuel Macron a fait beaucoup d’efforts sur ce point, effort réduit par des fachos/voyous/casseurs.

 

La dette est une question clé. Et on ne peut pas arrêter l’effort. C’est une épée de Damoclès dont il faut nous débarrasser. Et au passage, c’est aussi notre crédibilité internationale qui est en jeu.

 

Comment réformer l’Europe et être moteur en Europe si on n’est pas capable de se réformer chez nous ?

Les Allemands, eux, ils ont réformé.

Et pour faire bouger les lignes, il faut d’abord balayer devant sa porte.

 

Donc, on est reparti pour un tour, tout ça parce qu’officiellement 0,2% de la population casse tout.

 

On va encore rembourser de la dette, payer des impôts pour rien, car ils serviront pour rembourser de la dette et payer des intérêts.

Tout ça pour qu’une minorité en profite.

 

Sincèrement, je trouve ça particulièrement et foncièrement injuste.

Injuste pour moi, car excepté si mon responsable l’accepte, mon salaire, qui n’est pas au SMIC, ne va pas augmenter.

Et injuste car le jeune d’aujourd’hui ne va pas en profiter.

Par contre, je jeune d’aujourd’hui payera demain.

Et moi, je vais continuer à payer des impôts pour rembourser de la dette et ses intérêts.

Pas étonnant que le service public français soit de qualité médiocre. Avec tout ce que l’on met dans la dette et les intérêts de la dette…

 

Comme le disait naguère François Bayrou, la dette, c’est une perte du pouvoir d’achat demain.

 

Question à ses ignares de Gilets Jaunes : Que fera-ton en 2027 s’il y a un nouveau mouvement auto-prétendu populaire ?

 

En ce qui me concerne, je confirme que j’en ai plus que marre des gilets jaunes. J’ajoute même que j’en deviens malade et que j’ai des envies de meurtres.

J’ai encore l’impression d’être le dindon de la farce.

 

A cause d’eux, Samedi, j’ai mis plus de temps à rentrer chez moi des Halles à Malakoff.

Le Metro 4 s’arrêtait environ 5 min par station.

A Châtelet, j’ai voulu prendre un chemin alternatif pour rentrer chez moi.

Seulement, le Métro 1 était fermé pour la station Champs Elysée Clémenceau.

J’ai donc pris le Métro 1 jusqu’à Nation, le Métro 6 jusqu’à Montparnasse et le Metro 13.

Soit un bon détour.

Quand j’ai vu un Gilet Jaune dans le Métro, j’ai eu une envie de l’insulter violement.

J’ai dû faire un effort surhumain pour ne pas le faire.

 

Cette histoire, au fond, on s’en fout.

Là où ça devient vraiment grave, c’est que le programme de réforme, programme choisi démocratiquement, pour lequel j’ai voté (en connaissance de cause), et nécessaire pour que la France puisse enfin marcher sur des bases saines, risque d’être stopper.

 

En résumé, une bande de fachos, voyous, casseurs, qui officiellement représente 0,2% de la population, stoppe un programme de réforme nécessaire pour le plus grand nombre.

 

Je suis très pessimiste.

Car malgré que Macron ait lâché du lest, le mouvement va continuer.

Car je pense que le but du mouvement n’est pas l’amélioration d’une condition, mais la fin de Macron, pourtant élu démocratiquement.

Tout ça parce que la personnalité de Macron ne passe plus, alors que sur certains points, il est vraiment méritant, mais aussi parce que ce mouvement est noyauté par des extrémistes qui n’acceptent pas le jeu de la démocratie et qui n’ont aucun intérêt à ce que la situation du plus grand nombre de français s’améliore

 

Je crains que les Gilets Jaunes manifestent le 15/12/2017, le 22/12/2017, le 29/12/2017, le 5/01/2018, le 12/01/2018 …

11 décembre 2018 Posted by | Politique | , , | Laisser un commentaire

Signez la pétition de soutien à Emmanuel Macron

Je ne pensais pas que j’aurais à faire un truc comme ça.

Emmanuel Macron a été élu démocratiquement, mais sa légitimité est remise en cause par une minorité qui casse, aidé par un traitement de l’information fortement défavorable.

Ça fait vendre, mais ça ne fait pas avancer.

 

Le moment est grave, et c’est pour ça que j’invite mes lecteurs et les sympathisants centristes à signer la pétition suivante.

Et j’invite à le faire urgemment.

 

Certes, Emmanuel Macron a des défauts. J’ai moi-même des choses à critiquer à Emmanuel Macron. Mais, il fait le Job, et je suis personnellement, dans les grandes lignes, satisfait de l’action du président Macron.

 

Pour parodier ce film que j’adore, Macron, ce n’est pas le président que l’on mérite, mais c’est celui dont on a besoin.

 

C’est le président dont on a besoin car c’est le seul à avoir la volonté de mener les réformes dont la France à besoin, et de les mener pour le collectif et non pas juste pour une faible base électorale.

 

Si j’invite mes lecteurs à signer la pétition, c’est pour plusieurs raisons :

  1. Macron a été élu démocratiquement. Il applique son programme, et c’est juste normal. Il est inadmissible, et contraire à la démocratie, qu’une minorité, impose son point de vue par la force et la violence.
  2. S’en prendre à Macron est foncièrement injuste. Il a hérité d’une situation pourrie laissé par 43 ans d’inaction et de démagogie. Au contraire, en quelques mois, il a fait plus que Chirac, Sarkozy et Hollande, y compris sur le pouvoir d’achat où il a baissé les cotisations salariales et la taxe d’habitation (ce qui pose un problème d’autonomie fiscale au passage).
  3. L’opposition actuelle, que ce soit le PS ou LR, était au pouvoir avant Macron. Au lieu de mettre de manière irresponsable de l’huile sur le feu, ils feraient mieux de se remettre en cause. Ils sont responsables de la situation actuelle.
  4. Les revendications des gilets jaunes sont au mieux Bisounours, au pire dangereuses et démagogiques.
  5. Enfin, et c’est la raison la plus importante, il faut réformer la France. Le seul véritable problème de la France, c’est son économie qui n’est plus compétitive. Tout ça parce que notre économie est basée sur des principes débiles théorisés par des idéologues fous qui préfèrent le simplisme à la véritable analyse. Notre économie n’est plus compétitive, elle ne fonctionne plus, et elle n’intègre plus les gens. Contrairement à LR ou au PS qui ont une approche religieuse avec de sacro-saint principes à ne pas toucher, y compris, et surtout, si ça coule notre économie, Emmanuel Macron a le mérite d’avoir remis en cause tout ça et d’avoir une approche en phase avec la réalité économique. Il a compris que ce n’est pas les autres qui vont s’adapter à nous, mais que c’est nous qui devons nous adapter aux contraintes extérieures. Les réformes menée avec courage par Emmanuel Macron sont nécessaires pour permettre à notre économie de fonctionner normalement.

Le danger, c’est que les gilets jaunes remettent en causes les réformes nécessaires au pays, réformes qui ont enfin été choisies démocratiquement en 2017.

 

C’est pour ça qu’il est urgent et vital de signer cette pétition.

9 décembre 2018 Posted by | Politique nationale | , , | Un commentaire

J’ai honte d’être français (Gilet Jaune)

Aujourd’hui, je tiens à exprimer ma honte d’être français, et mon dégoût d’être français.

 

D’abord, je tiens à apporter ma sympathie à notre président Emmanuel Macron qui a essayé de tenir seul contre tous ces irresponsables et fachistes.

 

Selon le Canard Enchaîné, il aurait répété « Je ne suis pas François Hollande, j’ai vu comment ça s’est terminé ».

On touche le fond du problème. Finalement, Emmanuel Macron, qui je pense veut le bien du pays et a compris qu’il faut faire des réformes (comme je l’ai expliqué ici), a été poussé à reculer comme un vulgaire Hollande.

 

En ce qui me concerne, je tiens à rappeler que j’ai été longtemps au chômage et que contrairement à ce que l’on pourrait penser, je sais ce que c’est.

J’étais tellement frustrer que j’ai même écrit un livre.

Et franchement, c’était désagréable.

On m’expliquait que j’étais une merde parce que j’étais au chômage.

Mais quand j’expliquais que j’étais prêt à prendre n’importe quel boulot, y compris la plonge, car j’avais besoin d’un emploi et qu’en plus, j’étais en fin de droit, on m’expliquait que j’étais une merde qui osait vouloir faire la plonge car j’avais un Bac +5. Mais je restais une merde au chômage !

 

Il y a vraiment une hypocrisie. On critique le système américain, mais au fond, on est dans une forme de système américain, sans les avantages.

On peut dire ce que l’on veut du système américain, et c’est vrai qu’il a énormément de défaut. Mais au moins, quand un ingénieur est au chômage et qu’il accepte de faire la plonge faute de mieux, on l’accueil. On le dépanne et on accepte qu’il fasse la plonge en attendant qu’il trouve mieux.

 

Pour survivre, quand on est au chômage, on a deux choix, soit on devient fou, soit on laisse une forme de haine vous envahir.

 

Souvent, dans mon cœur, je sentais une forme de haine monter en moi. Elle était même palpable. Je la sentais vraiment.

 

Tout ça, c’est une blessure, qui pour moi ne guérira jamais. Avec laquelle je vivrai éternellement.

Aujourd’hui, j’ai un emploi stable, et grâce à mon expérience, je trouve (relativement) facilement un emploi. Donc on arrive à avoir un certain recul sur tout ça.

 

Mais à l’époque, c’était vraiment pénible.

 

De tout ça, j’en ai tiré une leçon importante : le développement économique est une question clé.

On est face à une contradiction.

D’un côté, le travail est un droit, car il permet aux individus de s’intégrer dans la société.

Mais d’un point de vue économique, le travail correspond à un besoin pour une entreprise.

 

Pour gérer cette contradiction, il faut s’assurer que les opportunités soient présentes. Que la probabilité de trouver un emploi soit élevé, et ceci pour toutes personnes.

 

Je le sais d’autant plus que je n’ai pas commencé en grande boite, mais en TPE/PME avant d’intégrer un grand groupe.

 

Le développement économique est une question clé, et la France est piéger par des idéologues fous, qui fait que son développement économique est ridicule et ne permet pas d’intégrer la majorité des français.

 

La nécessité aujourd’hui, c’est de muscler l’appareil productif, même si ça appauvrit les ménages, car en musclant l’appareil productif, on permet aux entreprises de rivaliser avec ses concurrentes à égalité. Ça créera des emplois, condition nécessaire à l’intégration des gens dans la société.

Sur ce point, j’approuve le principe d’Alain Dolium qui explique qu’une entreprise joue un rôle sociétal.

 

Et quand il y aura plus d’emploi que de candidats, alors, dans un second temps, on aura une augmentation des salaires. Le patron, il devra faire un effort pour pouvoir embaucher et/ou garder ses bons employés.

 

Par ailleurs, c’est pour ça qu’il faut lever les freins qui empêche notre économie de se développer, et faire en sorte que le travail soit la norme.

 

C’est pour ça que j’estime qu’il faut baisser les charges patronales et salariales et les faire supporter par le plus grand nombre.

C’est pour ça que je suis pour l’augmentation de la CSG pour diminuer les charges patronales et salariales.

C’est une question de justice et d’efficacité économique.

 

Et par ailleurs, c’est aussi pour ça que je suis en accord avec une mesure similaire qui était dans le programme de François Fillon : la baisse des charges patronales et salariales avec augmentation de la TVA.

 

Pour en revenir à ma honte, j’ai honte d’être français pour plusieurs raisons.

 

La première est que là, les gilets jaunes viennent de chier sur la démocratie.

Selon la préfecture de Police, ils étaient 136 000 (je n’ai pas trouvé le chiffre selon les gilets jaunes).

La population française est de 67 120 000.  Les gilets jaunes représentaient 0,2% de la population.

0,2% de la population ont imposé par la violence leurs revendications au plus grand nombre. Pour moi, c’est l’inverse de la démocratie.

Si ils sont 2 millions, ils représentent moins de 3% de la population.

 

Quand je pense que j’ai supporté dans l’opposition el mandat de Jacques Chirac (2002-2007), dans l’opposition le mandat de Nicolas Sarkozy (2007-2012) et dans l’opposition le mandat de François Hollande (2012-2017), mais je me sens humilier d’avoir attendu 15 ans dans l’opposition.

Là, la leçon est claire.

Un centriste n’a pas le droit de se présenter, et encore moins de gagner une élection.

Une conclusion s’impose :

J’aurais du tout casser, et dès 2002 !

 

Je propose de même rendre ça légal par une loi. Comme ça, je pourrais faire valoir à la municipalité de Malakoff mon point de vue en cassant la mairie. Après tout, elle a beau avoir fait 68,14%, elle est maintenant illégitime, vu qu’une élection, selon les gilets jaunes, est illégitime.

 

Quand je pense qu’un jour, on m’a expliqué qu’une élection est moins chère qu’une guerre civile…

 

Ce qui amène à la seconde raison, j’ai honte de l’opposition républicaine, à savoir le PS mais surtout LR.

Par exemple, et c’est symbolique, Laurent Wauquiez a oublié avoir porté le Gilet Jaune, et il taxe le carburant chez lui dans sa propre région.

Le problème, c’est que l’opposition républicaine a perdu en 2017, et que c’était mérité.

En particulier, LR a perdu en 2017 une élection imperdable.

 

Ceux qui sont dans l’opposition aujourd’hui était au pouvoir hier. Et on les a laissé faire leurs conneries pendant la durée de leurs mandats.

 

Ils n’ont jamais réformé, et aujourd’hui, on assiste à l’explosion qui est la conséquence de nombreuses années de Non-réforme.

 

Le mandat de Nicolas Sarkozy a été une catastrophe. Il n’a pas réformé l’économie, il a augmenté plus rapidement la dette que François Mitterrand (Dixit Thierry Breton, ancien ministre de droite), et il a enrichi une oligarchie.

Par ailleurs, il a fait un eldorado de terroristes en buttant Kadhafi.

 

Une anecdote résume Nicolas Sarkozy. En début de mandat, il a déplacé de l’économie au développement durable Jean Louis Borloo. Celui-ci avait proposé une TVA sociale (augmentation de la TVA pour diminuer les charges patronales)

Mais en 2012, il a proposé de faire une TVA sociale, histoire de faire un piège à con de centriste.

 

Nicolas Sarkozy a un mandat catastrophique.

Sa défaite en 2012 était méritée. Dans une entreprise, il aurait pris la porte un coup de pied dans le cul. La démocratie est telle que on laisse, généralement, le mandat aller au bout.

Pour ma part, au second tour 2012, j’avais voté blanc.

 

Le problème, c’est que LR n’a jamais compris, n’a jamais accepté, la défaite de Nicolas Sarkozy en 2012, et vit dans l’illusion que Nicolas Sarkozy était un grand homme.

 

C’est pour ça qu’ils ont perdu une élection imperdable, malgré que le président du moment, un certain François Hollande, était médiocre.

 

Le problème, c’est qu’ils continuent dans l’erreur. Ils ont élu à la tête de LR Laurent Wauquiez.

 

Quant à François Hollande, il n’a pas vraiment réformé. Pire, ses réformes territoriales sont une catastrophe. Elles amènent plus de technocratie, plus de strates au millefeuille français et moins de démocratie.

 

Ce n’est pas un hasard si Emmanuel Macron et Edouard Philippe n’arrivent pas à décider sur l’avenir du Grand Paris. François Hollande a laissé une véritable usine à gaz.

Au moins, il a été lucide.

Mieux, au PS, ils ont élu un frondeur pour les représenter aux présidentielles, un type qui a démoli la politique mise en place pendant 5 ans.

 

Au lieu de se faire oublier, François Hollande a été soutenir les Gilets Jaunes.

Heureusement qu’ils ont oubliés qu’il a traité les pauvres de « Sans dents ».

 

La raison suivante est que tout le monde s’écrase devant les revendications délirantes des Gilets Jaunes.

 

Que pense Laurent Wauquiez de la suppression de l’ISF ?

C’était pourtant dans le programme de François Fillon !

 

Mais le pire n’est pas là.

Comme je l’ai expliqué, la France doit être réformé.

Je le sais d’autant plus car j’ai été longtemps au chômage et essayant de m’en sortir, je sais que c’est le développement économique qui fait tout.

 

Il faut réconcilier les français avec l’économie, avec l’entreprise.

Il est urgent de permettre de réformer notre appareil productif afin que nos entreprises croissent et que l’on ait une économie qui puisse décemment intégrer les français, et en particulier les jeunes et les seniors.

 

Sur ce point, le programme d’Emmanuel Macron, qui partage d’ailleurs certaines similitudes avec celui de François Fillon, est le seul qui apporte quelque chose de nouveau.

 

C’est bien pour ça que j’en ai marre de ceux qui aujourd’hui n’accepte pas la démocratie, j’ai attendu 15 ans pour avoir un président qui me convienne.

 

Et c’est pour ça que j’en ai marre de l’opposition qui au lieu de se remettre en cause, joue la politique du pire, même si le plus grand monde doit perdre.

 

Je pense que les gilets jaunes viennent de mettre un coup sévère aux réformes nécessaire dont a besoin la France. Les lendemains vont être difficiles. Economiquement et politiquement.

 

A lire sur le Blog du Centrisme :

6 décembre 2018 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

J’en ai marre des Gilets Jaunes (2/3) : Le véritable problème de la France, c’est sa place dans la mondialisation

Emmanuel Macron a beaucoup de défaut, peut être plus de défaut que de qualités, mais il a une qualité que ses concurrents n’ont pas.

 

Il est l’un des seuls, l’un des rares, à avoir compris que le véritable enjeu est économique.

 

Et il est l’un des seuls, avec en son temp François Bayrou, et dans une certaine mesure François Fillon, à avoir expliqué que les problèmes de la France sont liés d’abord à la France. Que les problèmes de la France, ce n’est pas les autres. Les problèmes de la France sont Franco-français et que c’est son fonctionnement économique qui est le cœur de tous les maux de la France.

 

Les Le Pen, pire, accompagné des Wauquiez, expliquent que si la France va mal, c’est la faute aux immigrés. Ils ont beaux dos les immigrés, dont certains ne font que de fuir leurs pays dévastés par la guerre.

 

Laurent Wauquiez explique que les chômeurs sont des branleurs.

Là aussi, c’est méconnaitre la réalité. Beaucoup de chômeurs sont juste des gens qui n’ont pas les moyens de s’en sortir.

 

Jean Luc Mélenchon, relayé par Benoit Hamon, expliquent que s’il y a du chômage, c’est parce que les patrons sont des voyous.

Là aussi, c’est aussi mal connaître le travail des patrons.

Jean Luc Mélenchon et Benoit Hamon feraient bien de trouver un vrai travail !

Déjà, être patron, ce n’est pas la même chose que ce soit en TPE/PME et dans un grand groupe.

Mais un patron a un vrai job. C’est de faire survivre sont entreprise dans la mondialisation, qui implique une concurrence de plus en plus dure et de plus en plus sévère.

Et mine de rien, ce n’est pas facile.

 

Si on reste dans les patrons de grands groupes, Satya Nadella est un bon patron. Il a fait évoluer Microsoft, la culture d’entreprise de Microsoft pour qu’elle s’adapte à l’économie du 21ème siècle.

 

Par contre, ce n’est pas le cas de Larry Ellison. Bien qu’Oracle ait institutionnalisé la base de données relationnelle, Oracle a une politique de pressage du citron client.

Du coup, ils n’innovent plus, et ils se font rattraper dans leurs cœurs de métier par … Microsoft.

 

Pour en revenir aux opposants de Macron, ceux-ci ont une politique commune : la politique du Bouc-émissaire.

 

Mais le Bouc-émissaire n’est pas une solution, et encore moins une solution sur le long terme.

 

La réalité, c’est que notre économie est ouverte. C’est que l’on est en plein pied dans la mondialisation.

Et que la France est incapable de tirer son épingle du jeu dans la mondialisation.

 

En résumé, la mondialisation nous appauvri.

 

Commençons par un point. Une économie fermée, ça fonctionne.

J’ai même un exemple concret : La Corée du Nord !

 

Mais je ne suis pas sûr qu’en Corée du Nord, la population soit très heureuse.

En tout cas, attaché à la démocratie, je ne veux pas vivre dans une Corée du Nord.

 

Ensuite, les autres, le reste du monde, ce n’est pas des amis mais des concurrents en affaires.

Eux-aussi, les autres, ils ont une famille à nourrir et quand ils travaillent, ils veulent vivre une vie correcte.

C’est juste normal.

Ils ne feront pas d’effort pour nous nourrir, surtout si nous, on n’en fait aucun et que l’on est dans la fable de La cigale et la Fourmi.

 

Enfin, la mondialisation peut enrichir les gens. C’est le cas, par exemple, de l’Allemagne et de la Corée du Sud.

 

Sur ce point, François Bayrou a raison de prendre ces deux pays en exemple lors de la campagne 2012.

 

La Corée du Sud a investi dans l’éducation. Et elle a raison, l’éducation, c’est la première richesse d’un pays.

D’ailleurs, le Japon a fait de même.

 

Et surtout, ils ont fait l’inverse de la France et de Philippe Meirieu. De fait, la France est un pays pauvre.

 

Mais l’Allemagne aussi est un cas intéressant.

Déjà, ils sont dans l’Europe. Ils ont la même monnaie que nous : l’Euro.

 

La différence avec la France : c’est qu’ils ont réformé l’économie (marché du travail…).

Ils ont appauvri les ménages pour renforcer l’appareil productif.

De fait, ils tiennent beaucoup mieux les crises, et ils ont une balance commerciale excédentaire.

L’appareil productif permet d’enrichir l’ensemble de la population, et non pas une minorité.

En résumé, ils se sont appauvris sur le court-terme pour s’enrichir sur le long terme collectivement, et mieux tenir face aux crises.

 

Mais en France, on continue dans l’erreur. On n’a toujours pas compris que le mur de Berlin s’est effondré.

La France, elle est comme son emblème, le coq.

Le coq étant le seul animal qui continue à chanter quand il a les pied dans la merde.

 

Le véritable enjeu, c’est la place de la France dans la mondialisation.

 

On n’est pas capable de tirer notre épingle du jeu, car on n’est pas compétitive.

 

Et pour être compétitif, c’est un mixte entre deux points : le coût et la qualité.

 

Pour résumé, on n’est ni les meilleurs, et nous ne sommes pas les moins chers.

 

On est cher, c’est vrai. Mais on a une bonne excuse (pour une fois) : on finance un système de solidarité.

Contrairement aux libéraux pur et dur, je n’y suis pas défavorable. Au contraire. Je sais que lorsque l’on a un accident, il faut aider les gens à se relever.

 

Néanmoins, on n’est pas les meilleurs en termes de qualité. Et faire de la qualité, ça prend du temps.

Il faut investir, innover…

Le problème, c’est que l’on part avec un lourd handicap : l’éducation nationale de Philippe Meirieu.

 

Dans l’absolu, ce qu’il faut faire, c’est permettre à nos entreprises de s’adapter à un contexte concurrentiel dû à la mondialisation de plus en plus difficile.

 

Ce qu’il faut, c’est permettre à nos entreprises d’aller chercher des marchés. C’est ça qui créera des emplois.

 

Il faut aussi donner aux entreprises étrangères l’envie de s’installer chez nous.

Ça aussi, ça crée des emplois.

 

En résumé, il faut faire une politique économique qui permettent à nos entreprises de combattre à armes égales avec leurs concurrentes dans la mondialisation.

 

C’est ça qui créera des emplois, et qui à terme cassera la logique de chômage de masse, et qui inversera le rapport de force entre l’employé et le patron, et permettra d’augmenter dans un second temps les salaires.

 

Ça tombe bien, c’est, dans les grandes lignes, le programmes d’Emmanuel Macron.

2 décembre 2018 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , | 2 commentaires