Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Réaction aux européennes 2019 (3/4) : Que les britanniques sortent l’UE, et avec un Brexit dur

Comme je l’avais écrit précédemment, je suis pour un Brexit dur.

C’est peut-être le seul point avec lequel je suis en accord avec le camp du Brexit, et en particulier avec Boris Johnson, probable premier ministre, qui m’a fait hurler en déclarant ne pas vouloir payer la facture du Brexit. Brexit que le Royaume Uni a choisi, peut-être pas en connaissance de cause, mais choisi quand même.

 

Et le sieur Johnson s’y est investi, avec une véritable campagne de désinformation !

 

Soyons clair, les britanniques auraient pu se dire, suite aux turbulences politiques que traverse le pays qu’ils se sont trompés, et auraient pu profiter des élections européennes pour le faire savoir.

 

Sauf que le résultat est :

  • Parti du Brexit : 31,6%
  • Libdem (c’est les centristes, pro-européen) : 20,3%
  • Travaillistes : 14,1%
  • Verts (qui sont aussi pro-européen) : 12,1%
  • Parti conservateur : 9,1%
  • Parti national écossais : 3,6%.

Donc, le camps anti-Brexit représente 36%.

Je rappelle que Jeremy Corbyn, leader des travaillistes, et clone de Mélenchon, est anti européen lui-même.

 

Donc soyons clair, les britanniques ont confirmé leur envie de Brexit, pas en connaissance de cause, mais il l’on confirmé quand même, et démocratiquement.

 

Pour commencer, je n’ai rien contre Theressa May, qui je pense, sait que le Brexit va être une catastrophe, mais qui en tant que dirigeante responsable essaye d’éviter le pire.

En gros, Theressa May est une vraie dirigeante qui essaye de faire au mieux pour son pays.

 

Le problème, c’est l’ensemble de tous ces députés démagogiques qui votent comme des pieds. De ces députés démagogiques qui ont une vision démagogique et idéologique.

 

J’attribut également une mention spéciale à Jeremy Corbyn, qui n’est qu’un clone de Mélenchon. Rien de bon pour l’avenir.

Précédemment, j’avais expliqué qu’il y avait y trois raisons pour lesquelles j’étais pour un Brexit dur.

 

La première est que lors de la campagne du Brexit, les pro-Brexit ont craché sur l’Europe, ont pissé sur l’Europe et ont organisé une campagne de Fake-news.

Le « Je ne payerai pas la facture du Brexit » de Boris Johnson est le dernier mensonge démagogique en date.

Pourquoi aider des gens qui nous crachent dessus ?

 

La seconde raison est que non seulement les britanniques ont profité de l’Europe, ils avaient même un rabais, mais en plus, ils ont essayé de la détruire de l’intérieure.

 

Il convient d’ailleurs de répéter la célèbre phrase de Margaret Thatcher : « I want my money back ».

Tout est dit.

 

Pourquoi devrait-on faire un effort pour des gens comme ça ?

 

Mais je reconnais que la troisième raison est franco-française.

J’ai, en France, un problème de « Politiques incompétents ».

Ça se voit avec la décomposition de la Gauche, de la Droite, et la montée des extrêmes.

Mieux, aujourd’hui, on a les Gilets Jaunes.

 

Et en général, l’excuse de tous ces incompétents et des extrêmes, c’est : « C’est la faute à l’Europe ».

 

Et bien, j’espère un Brexit dur qui coulera le Royaume-Uni, notamment économiquement, comme ça, on verra que le problème, ce n’est pas l’Europe, malgré ces nombreuses imperfections.

 

Donc, soyons clair, les britanniques ont choisi un Brexit, et un Brexit dur.

Je ne vois pas pourquoi on ferait autrement.

 

C’est la moins pire des solutions et on ne donne pas à boire à un âne qui n’a pas soif.

 

Mais que les britanniques ne s’y trompent pas.

Un Brexit dur, ça implique :

  • La fermeture des frontières.
  • Des droits de douanes, de l’Europe vers le Royaume Uni, certes, mais aussi du Royaume Uni vers l’Europe.
  • Ça implique aussi une frontière entre l’Irlande du Nord et l’Irlande du Sud, qui a été la cause d’une guerre de 30 ans. Ça tombe bien, Boris Johnson ne veut pas d’exception irlandaise.

 

Mais du coup, c’est une série de conflits qui va s’annoncer.

 

En Irlande déjà, car la future frontière va vraiment rendre la vie en Irlande du Nord invivable.

 

Mais il se peut que l’Ecosse, dirigé par les indépendantistes, pro-européens, décident de faire un nouveau référendum, et que le « oui » à l’indépendance, l’emporte.

Effectivement, l’Ecosse est pro-européenne, et s’était prononcé majoritairement contre le Brexit.

Et lorsque l’Ecosse a du rallié le Royaume-Uni, ce n’était pas beau à voir.

 

Bref, si l’Ecosse organise un référendum pour l’Indépendance et que le oui l’emporte, Boris Johnson aura l’air malin.

A moins qu’il interdise le référendum, ce qui ne serait pas malin non plus.

 

Bref, le Brexit est la source de futures emmerdes, aussi bien économiques que territoriales.

 

Mais encore une fois, les britanniques l’ont choisi, démocratiquement. Qu’ils l’assument !

Publicités

10 juin 2019 Posted by | Européenne 2019, International, Politique | , , , | Laisser un commentaire

Réaction aux européennes 2019 (2/4) : La stratégie suicidaire de la droite confirmée

C’est vrai que je ne suis pas un bon client de la Droite.

Le premier tour étant le tour où l’on exprime son idéal, et étant Centre Gauche, je ne vote pas vraiment à Droite le premier tour.

 

Mais au second, on choisit l’exécutif. Et il se peut que je puisse, selon la situation, voter à Droite.

Ça a été le cas aux régionales, par exemple.

 

Le problème, c’est qu’avec l’état actuel de la Droite, je ne sais pas choisir entre le PS (dont je parlerai prochainement) et LR.

 

Je ne reproche pas à LR d’être de Droite, c’est le jeu.

Ce que je reproche à LR, c’est d’imposer une vision idéologique de la Droite, ce qui fait que quand elle arrive au pouvoir, elle fait une politique idéologique, clientéliste, contre les gens et qu’elle empire la situation déjà difficile de la France.

 

J’ai souvent écrit tout le mal que je pense de Laurent Wauquiez.

En particulier, encore adhérent au Modem, je me suis prononcé contre lui alors qu’il avait le soutien du Modem.

 

Néanmoins, je ne pense pas que le problème de la Droite soit Laurent Wauquiez.

Je pense que Laurent Wauquiez est la continuité, et surtout la continuité de ce qui se faisait avant.

Et ce qui se faisait avant, ça s’appelle Nicolas Sarkozy.

 

Je pense que le déclin de la droite, ou plus exactement le déclin de l’UMP/LR commence avec Nicolas Sarkozy.

 

Déjà parce que le bilan de son mandat est une catastrophe.

Le bilan économique est médiocre, et je ne peux que recommander le livre de Jean Peyrelevade sur le sujet.

Il a fait exploser la dette, il a enrichi une oligarchie, recommencé une centralisation excessive (en supprimant la taxe professionnelle, par exemple) …

L’exemple du Pentagone à la Française, en particulier, ou l’affaire Tapie, sont sidérants.

Mais en plus de ça, il a aussi droitisé la Droite.

Notamment en mettant le PS et RN au même niveau.

Car voter blanc, je rappelle que ça veut dire « Mettre au même niveau ».

 

Alors, certes, on peut expliquer qu’il est honteux que certains membres du PS ne soient pas clairs vis-à-vis de l’extrême gauche.

Je pense en particulier à Benoit Hamon qui lors de la présidentielle expliquait qu’il voterait au second tour pour Jean Luc Mélenchon.

 

Mais ça n’excuse pas.

 

Ça crédibilise RN, voir pire, certains électeurs sont passé de LR à RN.

Je pense que c’est ce qu’il s’est passé lors des européennes.

 

En ce qui me concerne, même si je ne suis pas foncièrement de Droite, je trouve l’Etat de la droite républicaine inquiétant.

 

Déjà parce que ça implique un débat démocratique de faible qualité, ce qui ne permet pas à la majorité de s’améliorer.

 

Mais aussi parce que s’il faut une alternative à Macron, elle ne s’appelle pas LR. Et comme elle ne s’appelle pas PS non plus…

 

Et pire, je pense que la faiblesse de LR permet à RN d’être fort.

 

Le problème de LR, c’est qu’ils vivent dans l’illusion que Nicolas Sarkozy a été un grand président.

 

Le problème, c’est que LR doit remettre en cause la présidence de Sarkozy pour pouvoir avancer.

5 juin 2019 Posted by | Européenne 2019, Politique, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Réaction aux européennes 2019 (1/4) : Les français sont des veaux (Charles de Gaulle)

Toute ma pensée est résumée en une phrase :

« Les français sont des veaux » (Charles de Gaulle).

 

Effectivement, Marine le Pen, est en tête, devant Emmanuel Macron.

 

Comme on est en démocratie, je suis sensé être bon joueur, et accepter le verdict des urnes.

En général, c’est le cas, mais là, je reconnais avoir du mal.

 

En fait, j’ai plutôt l’impression d’être dans « Le train sifflera trois fois », excellent Western dont j’ai déjà parlé.

 

Certes, la majorité s’en sort bien, mais Le Pen est arrivé en tête, et dans le contexte actuel, c’est vraiment tout un symbole.

 

Alors résumons.

 

D’un côté on a Emmanuel Macron.

Celui-ci a beaucoup de défauts, mais il a quelques qualités.

Déjà, il fait le job. Ce n’était pas arrivé depuis … 1974, soit 43 ans.

Avec une mention spéciale pour les deux derniers mandats.

 

On a un président qui explique que les problèmes de la France sont d’abord liés à la France, et qu’ils sont économiques. En particulier, si on a un problème récurrent de déficit, c’est parce que la France a signé les chèques de déficit, avec une mention spéciale à Nicolas Sarkozy qui a fait en 5 ans autant de dettes que François Mitterrand en 14 ans (Dixit Thierry Bretton).

 

On a un président qui a baissé les charges patronales (les charges patronales jouaient contre l’emploi dans les TPE/PME) et qui a baisé les charges salariales (ce qui favorise les gens qui travaillent).

On a un président qui favorise les gens qui travaillent et essaye de faire du travail une norme.

 

On a un président qui a des résultats sur la lutte contre le chômage, et sur le front de l’économie.

 

Et puis de l’autre on a une bonimenteuse, Marine le Pen. Elle pratique la politique du bouc émissaire.

Ce n’est jamais de la faute des français, c’est toujours celle des autres. Celle des immigrés, de l’Europe…

On a un dirigeant politique qui n’a été au parlement que pour toucher de l’argent (du contribuable européen dont fait partie … la France).

 

La politique du bouc émissaire n’a aucun avenir. Elle empêche de faire un diagnostic sérieux du problème et donc d’y apporter des solutions.

 

Et puis il y a les Gilets Jaunes.

Samedi prochain, ça sera l’acte 29.

Ça fait 29 semaines que les gilets jaunes manifestent pour stopper la politique d’Emmanuel Macron.

Dernier exemple en date : la veille des européennes, ils manifestaient (ce qui est contraire au code électoral) mais surtout, ils ont essayé de faire pression en s’introduisant chez Marlène Schiappa.

Quand je dis que les Gilets Jaunes sont des fachos et des voyous, ce n’est pas une blague.

 

L’épisode avec Marlène Schiappa est juste inadmissible et intolérable dans une démocratie.

Le problème, c’est que ce n’est pas le premier, et que certains journalistes, par haine de Macron, les justifient et les excusent.

 

Malheureusement, tout ce petit monde, en arrivant en tête devant Macron, même si c’est de peu, a été légitimé lors du scrutin européen !

 

Alors, soyons clair.

Déjà, ça veut dire que les Gilets Jaunes ne vont plus se sentir pisser, vont se sentir légitimé et maintenant, on va les avoir pendant trois ans.

 

Mais c’est le jeu de la démocratie, les français l’ont choisi. Peut-être pas en connaissance de cause. Peut-être par lâcheté. Mais les français l’ont choisi démocratiquement.

 

Les réformes économiques, nécessaires à la France, vont être plus difficiles. Encore une fois, les français l’ont choisi.

 

Quand ils seront au chômage, en ce qui me concerne, je dirai : « Bien fait ».

Il y a un moment, soit on veut s’en sortir et on accepte les réformes, soit-on continu de vivre dans le déni en écoutant les sirènes, les bonimenteurs et on continue la politique du bouc-émissaire en accusant les immigrés, les patrons, les riches, les juifs ….

 

Effectivement, Macron est vraiment un con.

Il ferait mieux d’aller faire du pognon dans le privé, surtout à l’étranger, et laisser crever les français de leur belle mort.

 

Après tout, les français sont des veaux.

31 mai 2019 Posted by | Européenne 2019, Politique, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

Le 26 Mai, il est vital de voter Macron

Le 26 Mai, c’est les élections européennes, et il est vital, pour l’avenir de l’Europe et de notre pays, de voter Emmanuel Macron.

 

On est à un moment charnière, aussi bien pour l’Europe que pour la France.

 

Et il est fondamental, aussi bien pour la France que pour l’Europe, que Emmanuel Macron fasse le plus de voix possible, et qu’il soit en tête.

 

Certes, Emmanuel Macron a des défauts, il a peut-être plus de défauts que de qualités.

 

Mais comme j’aime à le dire, Macron, ce n’est pas le président que l’on mérite, mais celui dont on a besoin.

 

C’est le seul qui fait le job depuis 2002.

Et c’est le seul qui a compris que les problèmes de la France sont avant tout économiques, c’est le seul à l’expliquer et c’est le seul à mettre un politique qui profite au plus grand nombre ou à ceux qui font avancer les choses par leur travail (en baissant les charges salariales, par exemple…).

 

Mais aujourd’hui, alors qu’il a été démocratiquement élu, sa politique est remise en cause par des fachos/voyous (les gilets jaunes) et les réformes sont bloquées.

C’est très dommageable, d’autant qu’il reste beaucoup à faire, comme la réforme des retraites.

 

Le 26 Mai, il faut envoyer un signal fort et placer Emmanuel Macron en tête.

 

Et ceci, pour trois grandes raisons.

 

Des raisons européennes

Aujourd’hui, l’Europe est un bien précieux.

L’Europe a permis la paix sur le continent, aussi bien à la suite de trois guerre Franco-allemande entre 1870 et 1945 qu’en Irlande.

 

Mais aussi, il faut un espace pour lutter contre deux blocs que sont la Chine, et les USA, dirigé par Trump qui nous fait une véritable guerre économique.

 

Mais aujourd’hui, l’Europe est attaquée par les extrêmes, les poujadistes, les réactionnaires.

Ces gens là détestent l’Europe car l’Europe symbolise la coopération entre les peuples.

 

Ces gens là veulent le repli sur soi.

Ces gens-là veulent le rejet de l’autre.

 

Leurs armes : le mensonge et la fake-news.

 

Ces gens là sont responsables de guerre (comme celle de 1938-1945, de la guerre d’Espagne) mais aussi de désastres humains et de génocides (Shoah, Génocide Bosniaque).

 

Ils sont d’ailleurs soutenus par Vladimir Poutine qui est responsable de génocides (Guerre de Tchétchénie), meurtre d’opposants en Russie, de journalistes.

 

Par ailleurs, il finance des partis populistes en Europe, et est accusé d’avoir financé la campagne de Donald Trump, un autre réactionnaire notoire.

 

Par ailleurs, ses gens sont des bonimenteurs n’ayant comme politique la politique du bouc-émissaire.

En ce qui me concerne, je suis pour le diagnostic et les réformes.

 

Des raisons économiques

Les problèmes de la France sont avant tout liés à des problèmes économiques.

Par idéologie stupide, la France s’est mise des règles contre-productives.

En résumé, on se tire une balle dans le pied.

 

En particulier, c’est la France, notamment sous Sarkozy, qui a signé les chèques de déficit.

 

Le mérite de Macron est de lutter contre ça.

Il a fait de nombreuse réformes économiques, favorisant entre autres l’enrichissement collectif, et les gens qui travaillent.

 

C’est pour ça qu’il gène les feignants, notamment les gilets jaunes qui usent de toutes les méthodes de voyou possible et inimaginable pour le stopper.

 

Or, il reste à faire. Il reste en particulier les retraites.

Il faut soutenir Macron, il en va de l’avenir de la France, de l’avenir des jeunes et du vivre-ensemble.

Si Marine le Pen arrive en tête, ça va être beaucoup plus dure d’imposer des réformes pour Macron.

Les Fachos/voyous/profiteur/feignant de Gilets Jaunes se sentiront renforcé.

 

Sur ce côté-là, il faut envoyer un message fort.

 

Et vis-à-vis de l’opposition

L’opposition (LR et PS) ont été au pouvoir. Le bilan, que ce soit celui de Nicolas Sarkozy ou de François Hollande, a été une catastrophe.

 

Le problème, c’est que le PS et LR n’acceptent pas les défaites méritées et ne se remettent pas en cause.

 

S’assurer qu’ils aient un score le plus bas possible, c’est essayer de leur forcer la main.

 

Je ne pense pas que la faiblesse de l’opposition républicaine soit une bonne chose. Ça implique un débat politique de faible qualité, ça n’aide pas la majorité à s’améliorer et pire, ils pourraient arriver au pouvoir où ils feraient une politique catastrophique.

 

Vu l’Etat de la France, je n’y tiens pas trop.

 

Pour toute ces raisons, il est vital de voter la liste LREM et qu’elle arrive en tête.

23 mai 2019 Posted by | Européennes 2019, Politique, Politique nationale | , , | Laisser un commentaire

Aux européennes, je voterai la liste « La république en marche »

Ce n’est pas une surprise, mais je me permets donc de le confirmer ici, et d’apporter, comme d’habitude, ma pierre à l’édifice.

 

Pour plusieurs raisons, je voterai la liste LREM (La république en marche) aux prochaines européennes.

 

Il y a plusieurs raisons à cela.

 

La première est que l’on est dans une élection européenne. Je pense que l’Europe est un bien précieux, malgré ses imperfections.

L’Europe a permis la paix.

Déjà en mettant fin à trois guerre Franco-allemande entre 1870 et 1945, les deux dernières ayant eu un bilan humain sévère.

L’Europe a également été primordiale pour la paix en Irlande du Nord. Avec le Brexit, les anglais s’en mordent les doigts.

 

Ensuite, l’Europe est nécessaire pour que la France puisse peser, aussi bien politiquement qu’économiquement.

Beaucoup de problèmes économiques se posent au niveau européen.

Il faut consolider une entité politique qui puisse régler des problèmes au niveau européen.

C’est au niveau européen que l’on luttera contre le dumping des chinois ou contre le protectionnisme de Donald Trump.

 

Enfin, la France ne peut pas peser seule. Elle ne peut peser qu’au sein de l’Europe.

De plus, certains problèmes mondiaux ne peuvent se régler qu’au niveau européen. Je pense entre-autre au terrorisme.

Et il serait souhaitable que quand la France se salisse les mains (car des fois, il faut se salir les mains), l’Europe mette la main au porte feuille (je pense au Mali, par exemple).

 

Bref, il faut solidifier l’Europe et Emmanuel Macron est un dirigeant pro-européen.

 

Par ailleurs, l’Europe est attaquée de toute part par des régimes poujadistes, réactionnaire ou conservateur.

Il faut donc défendre l’Europe face à ces régimes. Voter une liste pro-européenne est envoyer un signal fort.

 

Mais au-delà des raisons européennes (légitime pour une élection européenne), il y a aussi un tas de raisons nationales.

 

La première est que les deux premières places seront partagées entre la liste FN (de Marine Le Pen) et la liste LREM.

Il serait plus saint que la liste LREM soit en tête.

 

La seconde raison est que beaucoup trop de personnes n’ont toujours pas compris qu’Emmanuel Macron a gagné, qu’il est donc légitime jusqu’en 2022.

Je vais donc me permettre de le répéter une fois encore, notamment vis-à-vis de ce mouvement d’ânes bâtés que sont les gilets jaunes.

J’ai même l’espoir de voir Emmanuel Macron en tête pour qu’on leur montre qu’ils ne sont pas légitimes et surtout qu’ils ne sont pas majoritaires !

Je sais qu’on aura ces fachos et voyou jusqu’aux européennes en mai prochain (minimum).

Une victoire de Macron devrait les remettre à leur place, voir, soyons fou, les stopper.

 

J’en profite pour répondre à une critique que j’ai entendu il y a quelques mois.

On accuse Emmanuel Macron d’être en campagne.

Très franchement, c’est vrai.

Mais il faut replacer dans le contexte.

Sa légitimité, réelle car je le rappelle, elle est due à l’élection présidentielle 2017, est remise en cause aussi bien par les Gilets Jaunes (que je déteste) mais pire, également par une partie de l’opposition.

Personne n’a condamner la violence et les méthodes des Gilets Jaunes fermement. Pire, certains mettent de l’huile sur le feu (Hollande, Wauquiez…).

J’espère rappeler qu’il y a des gens qui sont pour Macron, qui sont pour les réformes, qui ont envie d’être dirigé sérieusement.

Je profiterai donc des européennes pour le rappeler.

 

Enfin, l’opposition républicaine, en l’occurrence LR et PS, ont perdu en 2017.

J’ajouterai que c’est mérité. Il y a eu le mandat de Nicolas Sarkozy, qui a été une catastrophe, et le mandat de François Hollande, qui a été également une catastrophe.

Je ne me réjouis pas de l’état actuel de l’opposition.

Déjà parce que ça implique un débat démocratique de faible qualité, que ça empêche la majorité, de fait, de s’amélioré, vu que l’opposition maintien un débat de faible qualité.

Mais surtout, s’il faut une alternative à Emmanuel Macron, je ne sais pas où elle est.

Pire, LR et PS pourrait être au pouvoir ! Et donc empirer la situation de la France qui est déjà critique.

Ou pire, on pourrait penser que c’est le FN ou la France Insoumise qui sont les alternatives à Macron.

 

Le problème de fond, c’est que l’opposition ne se remet pas en cause, et ne tire pas le bilan de leurs années de pouvoir.

Le problème, c’est qu’ils sont encore dans cette logique binaire, moi je suis le gentil, eux c’est les méchants.

J’espère donc favoriser un score faible (traduction : moins de 10%) pour leur permettre une claque méritée afin qu’ils se remettent enfin en cause.

 

Pour toutes ces raisons, je revoterai la liste LREM aux européennes.

30 mars 2019 Posted by | Européenne 2019, Européennes 2019, Politique, Politique nationale | , , , | Laisser un commentaire

Non, les Gilets Jaunes ne sont pas les « Gentils de l’histoire »

En manifestant hier, j’ai compris que je devais absolument écrire cette note.

 

Effectivement, hier, je tiens à signaler deux incidents, liés aux gilets jaunes et à leurs supporteurs, qui ont émaillé la manifestation d’hier.

 

Le premier est la banderole polémique.

On pouvait lire, dans le devant du cortège, « Bellana, Castaner » avec des cœurs, laissant penser que les foulards rouges soutenaient l’odieux Bellana.

En réalité, il ne s’agissait pas de la banderole de l’avant du cortège, mais de pro-Gilets Jaunes, qui vers la fin de la manifestation, se sont mis devant pour la décrédibiliser.

 

Dans ces pro-gilets jaunes, il y avait une élue « soi-disant centriste », mais qui en réalité est une élue de droite, qui n’a pas digéré la défaite de Sarkozy à la primaire, puis la défaite de Fillon à la présidentielle, et qui soutien les Gilets Jaunes car elle espère faire dégager Macron.

Très démocratique cette façon d’accepter le verdict des urnes.

 

Mais on voit surtout une méthode « Gilet Jaune » pour décrédibiliser les opposants des « Gilets Jaunes ».

 

Après, la manifestation s’est déroulée dans le calme.

Et il y avait peu de forces de l’ordre, sauf à Bastille, qui était le lieu de fin de manifestation.

Effectivement, des Gilets Jaunes s’étaient donnés rendez-vous à Bastille, comme par hasard le jour de la manifestation des opposants aux Gilets Jaunes histoire de les attendre.

Et là, il y avait beaucoup de force de l’ordre, histoire que ça ne dégénère pas.

 

Heureusement que je me suis éclipsé discret vers le métro L1…

 

Mais ces deux anecdotes sont à mon avis révélateurs des méthodes des gilets jaunes.

 

Ce qui m’a amené à la réflexion suivante : Pourquoi passent-ils pour les « Gentils de l’Histoire » ?

 

La réponse est que ça fait de l’audience, ou bien qu’ils arrangent des partis qui ont perdu la présidentielle et qui refusent de se remettre en cause.

 

C’est pour ça qu’il est urgent de rappeler qu’en réalité, les Giles Jaunes sont les « Méchants de l’Histoire ».

 

Ce sont des gens frustrés, qui n’acceptent pas les réformes, qui n’acceptent pas l’effort et qui n’acceptent pas le résultat des urnes et la démocratie.

 

Ce sont des gens qui sont noyauté par les extrêmes, aussi bien l’extrême gauche que l’extrême droite.

 

Et surtout, c’est des gens qui n’acceptent pas le débat, qui n’acceptent pas la négociation, la discussion, la contradiction, et qui vont utiliser des méthodes de voyou pour imposer leur point de vue à la majorité des gens.

 

Les Gilets Jaunes, c’est la voyoucratie et l’inverse de la Démocratie.

 

Des petits rappels s’imposent.

 

Quand Edouard Philippe a accepté de recevoir des Gilets Jaunes, ceux-ci ont refusé. Pourquoi ?

Car ils étaient menacés par d’autres Gilets Jaunes.

Je trouve ça délirant. Et après, on explique que Macron et Philippe ne veulent pas discuter.

 

Un peu avant la Mi-Décembre, Macron a fait un geste (que j’avais critiqué d’ailleurs).

On est fin Janvier et le mouvement continu.

 

Il y a l’épisode avec la vielle dame dont le père est mort à Auswitch (voir blog du centrisme).

 

Il y un chef étoilé, qui a critiqué les Gilets Jaunes et qui a retrouvé son restaurant brulé après être tagué (voir ici et ici).

 

Une des leaders des Foulards Rouges menacée chaque matin sur Facebook (ici et ici)

 

Et évidement le leader es Gilets Jaunes qui appelle à l’insurrection et à prendre d’assaut l’Elysée…

 

Et j’en oublie (commerce vandalisé, biens publics dégradé…).

 

En ce qui me concerne, je n’oublie pas, je n’ai jamais oublié et je n’oublierai jamais que le but des Gilets Jaunes est de faire la peau de Macron, élu démocratiquement.

 

C’est pour ça qu’ils emploient des méthodes de voyous et de fachistes.

 

Et c’est pour ça que l’on ne doit pas l’accepter et les présenter tels qu’ils sont : comme les « Méchants de l’Histoire ».

28 janvier 2019 Posted by | Politique nationale | , , | Laisser un commentaire

J’appelle le 27/01/2019 à participer à « La Marche Républicaine des Libertés »

La blague pas drôle des Gilets Jaunes continue. Ils ont fait assez de dégât comme ça, notamment dans l’économie du pays.

 

Je les hais, et depuis le début, je m’efforce d’expliquer en quoi je les hais, aussi bien pour des raisons idéologiques que personnelles.

 

Il est temps de montrer à ces gens, qui sous couvert de grandes causes (Pouvoir d’Achat …) sont en réalité des fachos, des terroristes et des voyous qui bloquent le pays et n’ont comme seule ambition de virer Emmanuel Macron, démocratiquement élu, qu’ils ne sont pas, comme ils le prétendent, majoritaires.

 

Comme j’aime à le dire, Macron, ce n’est pas le président que l’on mérite, mais celui dont on a besoin.

 

Je mettrai donc mes paroles en accords avec mes actes, et j’irai donc manifester le 27/01/2019.

 

Et j’appelle tous les lecteurs de mon blog, tous les sympathisants centristes, tous ceux qui aiment la démocratie et tous ceux qui savent qu’il faut faire des réformes économiques à venir manifester le 27/01/2019.

 

J’avais un engagement le 27/01/2019 où je me suis empressé de ne pas confirmer ma présence.

J’aurais préféré être à cet évènement, mais j’estime que j’ai le devoir (moral) d’être présent à la manifestation du 27/01/2019.

 

Nous devons être le plus nombreux possible. La chienlit doit stopper. Et la farce des gilets jaunes doit s’arrêter maintenant. Stop, ça suffit !

 

Il est impératif que l’on soit le plus nombreux.

 

Nombreux pour montrer aux soutiens directs (Jean Luc Mélenchon, Florian Philippot, Nicolas Dupont Aignan) qu’il n’y a des français qui n’apprécient pas les méthodes des gilets jaunes.

 

Nombreux pour montrer aux soutiens indirects, comme Laurent Wauquiez, qu’ils feraient mieux de travailler plutôt que de jeter de l’huile sur le feu.

 

C’est le moment de montrer aux médias, en quête d’audience, qu’il y a autre chose que les gilets jaunes.

 

J’appelle à manifester le 27/01/2019 pour deux raisons.

 

La première, c’est qu’il faut défendre la démocratie mise à mal par les gilets jaunes. Emmanuel Macron est légitime. Il a été élu démocratiquement et il est urgent de le rappeler.

Emmanuel Macron est légitime jusqu’en 2022, date de la prochaine élection présidentielle.

 

Enfin, il est également urgent de dire à l’exécutif qu’il ne faut pas baisser son froc fasse à des fachos, et qu’il est nécessaire de tenir bon, qu’il y a des gens qui veulent que ça change et qui veulent des réformes économiques pour vivre enfin dans un pays qui marche sur des bases saines.

 

Pour toutes ces raisons, j’invite les gens qui croient que la démocratie est un bien précieux, et les gens qui pensent qu’il faut des réformes économiques en France, à venir manifester le 27/01/2019.

 

Il faut que nous soyons nombreux pour faire passer un message fort aux gilets jaunes, à leurs soutiens, aux médias et à l’exécutif.

 

Ne pas venir serait irresponsable.

4 janvier 2019 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , | Laisser un commentaire

Conseil du 19/12/2018 : Pour moi, le bureau de poste Henri Barbusse est déjà fermé.

Le sujet est revenu sur la place public. Il y a même une pétition sur le sujet.

 

La fermeture a déjà été évité sous François Hollande, sans doute pour qu’il puisse être réélu.

Ça n’a visiblement pas marché.

 

J’ai déjà parlé de ce problème précédemment.

Pas directement, mais je l’ai évoqué dans le contexte global de la réhabilitation du Sud de la ville.

 

En ce qui me concerne, je considère le bureau de Poste du Rond-Point Henri Barbusse déjà fermé.

 

Je considère que ce n’est plus qu’une question de temps.

 

Je pense d’ailleurs la même chose du bureau de Poste Rue Jean Jaurès à Vanves.

 

Je tiens à préciser que certaines rumeurs sur la fénéantise, sur la gauchisation et sur la mauvaise volonté de ce bureau de poste est remonté à mes oreilles, notamment de la part de mes proches habitant dans le Sud de la ville, proches qui attendent avec impatience sa fermeture.

 

En plus d’être peu ouvert, et jamais en dehors des heures de travail ou seulement le Samedi Matin, certaines personnes (de mon entourage) se plaignent de l’inefficacité de ce bureau, et de la mauvaise volonté de son personnel.

 

Néanmoins, dans mon opinion, cet aspect ne rentre pas en ligne de compte.

De plus, je ne fréquente pas ce bureau.

 

C’est totalement pour d’autres raisons que je suis persuadé que ce bureau de poste va et doit fermer.

 

En ce qui me concerne, contrairement aux trente-glorieuses, on est aujourd’hui dans une réduction des ressources, et en particulier des ressources financières.

 

On doit faire de mieux en mieux, avec de moins en moins de ressources.

 

On doit optimiser les ressources financières.

 

Entretenir un bâtiment (et son personnel), c’est des dépenses de fonctionnement. Et la société actuelle va vers la nécessité de réduire les dépenses courantes, les dépenses de fonctionnement.

 

Les ressources sont limitées, il faut donc les utiliser à bon escient.

 

Intégrer cette idée, c’est ce que l’on appelle faire du développement durable.

 

Les ressources de la Poste étant limitées, ça ne me choque pas qu’ils cherchent à dépenser moins.

Car derrière se pose la question de qui paye.

 

D’après ce que j’ai compris, la poste est une Société anonyme dont l’actionnaire majoritaire est l’Etat.

La Poste doit donc réduire ses dépenses de fonctionnement (comme tout le monde d’ailleurs), déjà parce que l’Etat est surendetté, et ne peut pas financer exagérément des services publics.

En ce qui me concerne, ce n’est pas le service public qui est en cause. C’est le fait de le financer 100€ là où l’on peut le financer 50€ en rendant le même service.

Il faut rappeler que derrière, c’est le contribuable qui paye.

 

Mais aussi parce qu’en tant que société anonyme, la Poste doit être compétitive. Elle doit faire face à une concurrence acharnée, et elle doit rendre les meilleurs services possibles aux usagers, et à coût le plus bas possible.

 

Dans cette logique, je considère qu’une petite ville comme Malakoff n’a pas besoin de deux bureaux de Poste.

Pour rappel, la superficie de Malakoff est de 2,47 km2.

 

On a un changement des modes de consommation.

Internet a changé la vie des utilisateurs. Le réseau de transport à Malakoff est largement plus que correct. En plus, il est même compétitif.

Et faire 2 km (en 30 min selon Mappy) pour aller à la Poste n’est pas une fin en soi.

Je pense même que c’est quelque part égoïste de demander le maintien de la Poste Henri Barbusse.

 

Vu les problèmes de ressources financières que tout le monde rencontre (Poste compris), je préfère que l’on mette les moyens pour maintenir les bureaux de postes dans les très petits villages ruraux.

 

Après, l’un des arguments du maire pour maintenir le bureau de poste Barbusse est que sa fermeture va accélérer la désertification du quartier, désertification du quartier dont je parle sur ce blog depuis presque le début.

 

Très franchement, l’argument du maire est tout à fait pertinent, et d’une certaine façon, je le partage.

 

Ce qu’il fait que je dois revenir sur le projet de réhabilitation du Rond-Point Henri Barbusse.

 

Pour rappel, je suis en désaccord avec le projet présenté par la municipalité.

 

La principale raison étant le manque de réflexion économique.

 

A partir de là, il y a une véritable différence d’appréciation entre la municipalité et moi-même.

 

Je pense que le développement économique est une question primordiale.

Faire venir des entreprises, donc des gens qui travaillent, c’est fabriquer un cœur de ville.

Je pense que la Poste n’a pas à être un cœur de ville. C’est aux entreprises et en particulier aux gens qui travaillent de construire le cœur de ville.

 

En particulier, on investit dans le commerce de proximité pour créer du lien social, mais c’est les gens qui travaillent sur place qui font vivre le commerce de proximité.

 

C’est en particulier le cas dans le Centre-Ville.

 

Le Marché Boulevard Stalingrad, en particulier, a arrêté d’être un marché intéressant le jour où le Fort de Vanves (un autre sujet qui fâche) a arrêté d’être un cœur de ville.

 

Se battre pour la Poste Henri Barbusse ne sert à rien pour moi. Il faut se battre pour un cœur de ville.

Ce n’est pas au bureau de Poste Barbusse de devenir un cœur de ville. Mais aux entreprises qui vont travailler sur place.

 

C’est pour ça, et je me permets de le répéter, qu’il faut avoir une vraie réflexion pour faire venir des entreprises dans le Sud de la ville.

 

Peut-être, d’ailleurs, que si on faisait venir des entreprises dans le Sud de la ville, la Poste verrait un intérêt à rester dans le coin.

3 janvier 2019 Posted by | Malakoff, politique locale | , , , , | Laisser un commentaire

Conseil municipal du 19/12/2018 : Je suis opposé au vœu relatif aux mouvements sociaux

Lors du conseil municipal du 19/12/2018, il y a eu un vœu relatif aux mouvements sociaux.

C’était un vœu de soutien aux gilets jaunes.

En ce qui me concerne, c’est d’abord une déclaration de guerre en bonne et due forme à Emmanuel Macron.

 

Et comme indiqué par Malakoff 21, les forces de l’ordre ont été stigmatisé.

 

Je regrette que l’opposition, dans son ensemble, se soit abstenu face à ce vœu.

Et je regrette que Malakoff Plurielle, soi-disant proche de « En Marche », se soit aussi abstenu.

 

En ce qui me concerne, si j’avais été conseiller municipal, j’aurais, sans hésiter, voté contre ce vœu.

 

Et il y a quatre raisons, à mon sens, pour lequel il fallait voter contre ce vœu.

 

La première, c’est qu’Emmanuel Macron a été élu, et il a été élu démocratiquement.

J’en ai marre de voir sa légitimité remise en cause, surtout que les gilets jaunes sont noyautés par l’extrême gauche et l’extrême droite.

Emmanuel Macron a fait des gestes, et il y a eu un acte 5, voir 6.

 

On peut contester, comme moi d’ailleurs, le mode de scrutin.

Mais les règles du jeu sont néanmoins claires, et Emmanuel Macron les a respectés.

Il est donc légitime jusqu’en 2022, date de la prochaine élection présidentielle.

 

Que dirait la municipalité, élu avec 68,14% des voix dès le premier tour, si des Malakoffiots mécontents de la hausse de la taxe d’habitation, venaient casser les locaux de la mairie.

Là aussi, augmenter fortement la taxe foncière en 2015, ça joue contre le pouvoir d’achat. D’autant que la taxe foncière, c’est un impôt injuste, car physiocrate !

Et que derrière, la municipalité n’a aucune vision économique et n’a fait aucun investissement productif !

 

La seconde raison est que je trouve que c’est injuste de s’en prendre à Emmanuel Macron.

Certes, j’ai certains désaccords avec lui, notamment sur sa vision globale des impôts (bien que François Hollande, soi-disant grand fiscaliste soit pire), et sur sa réforme institutionnelle (j’y reviendrai un jour).

Certes, il a des problèmes de communication et comportementaux (trop direct, n’a pas forcement de tact, peut paraître méprisant…).

Mais il n’a pas démérité. Que ce soit sur sa politique économique (point 4) ou même sur le pouvoir d’achat.

C’est celui qui en a même fait le plus. Il a diminué les charges salariales, ce qui est une augmentation du pouvoir d’achat par le haut, où tous le monde en profite, et il a même supprimé la taxe d’habitation, impôt injuste et physiocrate, ce qui pose de réels problèmes d’autonomie fiscale.

 

Il a hérité d’une situation difficile, laissé par les mandats Chirac, Sarkozy et Hollande.

Il fait ce qu’il peut, et il n’est pas déméritant. Au contraire.

 

C’est celui qui a fait le plus pour la France.

 

En résumé, Macron, ce n’est pas le président que l’on mérite, mais c’est celui dont on a besoin.

 

Ce qui amène la troisième raison.

L’opposition a perdu en 2017.

L’opposition républicaine a perdu en 2017.

En particulier, LR a perdu une élection imperdable, alors que le président de l’époque, un certain François Hollande, était l’un des présidents les plus mauvais (égalité avec Nicolas Sarkozy) de la France.

 

En ce qui me concerne, je considère que la défaite du PS et de LR était méritée.

Ils devraient prendre leurs temps pour réfléchir. Se remettre en cause, analyser les raisons de leurs défaites, analyser la situation (économique, sociale …) de la France et construire un projet cohérent, pragmatique et sérieux qui marche en cas de retour au pouvoir.

 

Le problème, c’est que LR et le PS surfent sur le mouvement Gilets Jaunes et soufflent sur les braisent. C’est vraiment irresponsable, vu qu’ils sont responsables de la situation actuelle.

Et s’ils étaient au pouvoir, ils auraient eu aussi un mouvement Gilets Jaunes. Et ils n’auraient pas fait mieux !

 

Ce qui amène à la dernière raison.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, j’ai connu le chômage, et franchement, ce n’est pas rigolo.

C’est très humiliant, et pour survivre, on doit faire preuve de cynisme, de haine. On devient une bête sauvage.

Souvent, je sentais ma haine, je la touchais, je la palpais. Elle m’étouffait. Elle était physique.

 

Lorsque j’étais au chômage, on m’expliquait que j’étais une merde car j’étais au chômage.

Ça, je l’ai bien compris. Je l’ai même intégré.

 

Mais si je disais « OK, je prends n’importe quel boulot », on m’expliquait que « j’étais une merde car avec un DEA, j’osais postuler … pour la plonge ».

 

J’en étais même arrivé à payer … pour travailler.

 

De tout ça, j’en ai retenu une leçon fondamentale :

Le développement économique est une question clé.

 

Trouver un emploi, ce n’est qu’une question de chance. Tout ce que l’on peut faire, c’est optimiser la fonction probabilité qui dépend du domaine de recherche, de l’expérience, du réseau, de la formation …

 

Le chômage (et un moment, Emmanuel Macron l’a très bien dit), ce n’est qu’une question d’inadéquation entre l’offre et la demande.

 

Le problème, c’est que l’on est dans une économie ouverte et que la France n’est pas capable de tirer son épingle du jeu.

 

Le problème, c’est que l’on se tire une balle dans le pied.

 

Le problème, c’est que l’on a plein de gens narcissiques, qui se croient beaux, magnifiques et intelligents, qui ne connaissent rien à l’économie, et qui ont mis des règles dogmatiques, bibliques, stupides et contre-productives que l’économie français doit suivre.

Il est vrai que le capitalisme est un mauvais système et qu’il produit de la misère.

Sauf que l’on n’a pas d’alternative au capitalisme, le socialisme ayant échoué.

 

Et en France, on a mis des règles qui ne luttent pas efficacement contre les travers du capitalisme, mais qui aggravent les défauts du capitaliste français.

 

Il est donc urgent de remettre à plats touts ces dogmes qui pourrissent l’économie française, et qui fait que du coup, l’économie française n’est plus capable d’intégrer les gens.

 

En ce sens, le mérite d’Emmanuel Macron, c’est d’avoir essayé de remettre à plats toutes ces règles débiles et contre-productive qui empêche l’économie française de marcher convenablement, et d’intégrer les gens.

 

Le problème, c’est que face aux gilets jaunes, peu aidé, y compris au sein de « En Marche », Emmanuel Macron a dû baisser son froc de 15%.

 

 Je crains que les Gilets Jaunes aient mis un coup d’arrêt sérieux au programme de réforme dont la France a besoin.

En ce sens, pour moi, les Gilets Jaunes sont égoïstes.

Pour moi, la fin des réformes dont la France a besoin, c’est le plus grand crime des Gilets Jaunes.

22 décembre 2018 Posted by | Conseil Municipal, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Selon un sondage, si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, Emmanuel Macron serait au second tour face à Le Pen

Alors qu’Emmanuel Macron est de plus en plus impopulaire, un sondage donne des indications sur le premier tour (donc pas le second) si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui.

 

Selon un sondage récent, on aurait :

  • Macron à 24%.
  • Le Pen à 21,3%
  • Fillon à 20%
  • Mélenchon à 19,6%

L’hypothèse Wauquiez a été testé ce qui donne :

  • Macron à 27,5%
  • Le Pen à 27,5%
  • Mélenchon à 13%
  • Wauquiez à 10%

Pour mémoire, en 2017, on avait :

  • Macron à 24,01%
  • Le Pen à 21,3%
  • Fillon à 20,01%
  • Mélenchon à 19,58%

De ce sondage, j’en tire trois enseignements, en ce qui me concerne.

 

Le premier est que malgré son impopularité, Emmanuel Macron serait au second tour. Je pense que même s’il est impopulaire, les français comprennent qu’il faut réformer notre pays, que les problèmes sont d’abord économiques, et que malgré ses nombreux défauts, Emmanuel Macron a la volonté de remettre de l’ordre dans notre économie qui est grippé par des concepts idéologiques fait par des idéologues fous qui ne connaissent rien à l’économie.

En résumé, Macron n’est pas le président que l’on mérite mais celui dont on a besoin.

 

Le second enseignement est que la crise des gilets jaunes profite à Marine Le Pen, ce qui ne m’étonne pas, vu le profil type du Gilet Jaune.

 

Enfin, dernier enseignement, que j’ai déjà exprimé, c’est que non seulement la défaite de l’opposition républicaine (en résumé PS et LR) est méritée, mais en plus, ils ne l’on pas compris, aussi bien chez LR qu’au PS.

 

Ils étaient au pouvoir, et ils ont laissé la situation pourrir.

En 2002 (soit il y a exactement 16 ans), le PS a subi une sanction sévère.

Jean Marie Le Pen les a éliminés du second tour. Chirac s’est retrouvé face à Le Pen (Le père, bien évidement).

Au lieu de se remettre en cause, de réfléchir aux problèmes de la France, de remettre en cause les dogmes, et de construire un projet de gouvernance pragmatique, le PS s’est construit sur la nullité des autres, en l’occurrence de LR.

Ça a marché car l’UMP/LR était médiocre. Mais ils ont fini par être élu, élu en 2012. Ça a donné le mandat de François Hollande.

Entre temps, en tant que première secrétaire, Martine Aubry a confirmé les dogmes.

 

Bref, le PS n’est jamais rentré dans le 21ème siècle, aspect que j’ai déjà mentionné.

 

Pour LR, c’est pareil.

Ils ont subi une défaite méritée en 2012, suite au catastrophique mandat de Nicolas Sarkozy.

Il y avait d’ailleurs plein de bonnes raisons de virer Nicolas Sarkozy (Dette, enrichissement d’une oligarchie, affaires…).

 

Le problème, c’est que LR ne l’a jamais compris. LR ne l’a jamais accepté.

Au lieu de se remettre en cause, et d’avoir une analyse de la situation française en vue d’être prêt à exercer le pouvoir, ils se sont construits sur la nullité du PS.

Pire, ils ont élu à la tête de LR en 2014 Nicolas Sarkozy, le responsable de la défaite de 2012.

 

En ce sens, le mandat de Laurent Wauquiez est une catastrophe, car il donne des voix à Marine le Pen.

 

Ayant voté Macron, on pourrait penser que la faiblesse de l’opposition m’arrange.

En réalité, ce n’est pas le cas.

Déjà parce que ça induit un débat démocratique de faible qualité, mais aussi parce que s’il faut une alternance à Emmanuel Macron, elle n’est ni à LR, ni au PS.

 

Pire, si Emmanuel Macron était remplacé, ça serait par une politique débile et idéologue (LR ou PS), ou pire, par des extrêmes.

Je ne m’en réjoui pas.

16 décembre 2018 Posted by | Politique, politique locale | , , , | Laisser un commentaire