Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Premier tour de la présidentielle 2017 : Comptabilisons le bulletin Blanc

Certes, cette fois-ci, je me suis exprimé (et je le ferai au second tour).

Certes, j’espère qu’il y aura peu de bulletins blancs pour le second tour.

 

Mais question de principe, je suis pour comptabiliser le bulletin blanc.

Il doit être pris en compte dans le résultat.

 

Il est scandaleux que celui qui va à la pêche soit le héros de la démocratie, et celui qui met un bulletin blanc pour protester contre ce qu’il estime être un ensemble de choix pauvres (souvent à juste titre), soit le con, de service.

 

Ça devrait être l’inverse.

 

Donc, rétablissons la (ma ?) vérité et comptabilisons le bulletin blanc.

 

Selon le ministère de l’intérieur, on a :

Liste des candidats Voix %
M. Emmanuel MACRON 8 657 326 23,3959362
Mme Marine LE PEN 7 679 493 20,7533975
M. François FILLON 7 213 797 19,4948803
M. Jean-Luc MÉLENCHON 7 060 885 19,0816442
M. Benoît HAMON 2 291 565 6,19282541
M. Nicolas DUPONT-AIGNAN 1 695 186 4,58114474
M. Jean LASSALLE 435 365 1,1765494
M. Philippe POUTOU 394 582 1,06633564
M. François ASSELINEAU 332 588 0,89880035
Mme Nathalie ARTHAUD 232 428 0,62812359
M. Jacques CHEMINADE 65 598 0,1772749
Blanc et nul 944733 2,55308775
Total 37 003 546 100

 

Certes, sur le fond, ça ne change pas grand-chose ici. C’est juste une question de principe.

25 avril 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

Je me mobiliserai au second tour pour Emmanuel Macron

Après m’être mobilisé, par mon vote, et en étant ascenseur, pour Emmanuel Macron, je ferai de même au second tour.

 

Je rappelle que j’ai voté Emmanuel Macron, malgré ses défauts, pour plusieurs raisons :

  1. L’espoir de voir enfin un axe central se concrétiser.
  2. Avoir une approche enfin pragmatique et non idéologique.
  3. Réformer la vie politique française, qui franchement, en a besoin.

Je pense que l’élection, probable, d’Emmanuel Macron est une chance.

 

Une chance de recomposer la vie politique française qui est à bout de souffle.

 

D’avoir une approche pragmatique et non plus idéologique, et mené par les noyaux durs.

Par ailleurs, je rappelle qu’en Allemagne, c’est une coalition Gauche/Droite, SPD/CDU, qui a mené les réformes. Chose que François Fillon, vantant l’Allemagne, n’a bizarrement pas évoqué.

 

Enfin, on va non plus opposer le social et l’économique, mais les rendre complémentaire.

 

Par ailleurs, il serait souhaitable, au regard de l’histoire, que le score du FN, de l’extrême droite, soit le plus bas possible.

 

C’est une question d’honneur.

Or, si les dirigeant de la droite (dans leur immense majorité) ont appelé à faire battre l’extrême droite, les militants ne sont pas de cet avis.

Il faut dire que Nicolas Sarkozy a mis le FN et le PS sur un pied d’égalité, et ça n’a vraiment pas aidé.

Par ailleurs, je rappelle qu’en 2002, les électeurs de Gauche avaient votés massivement Jacques Chirac.

Les militants de droite qui annoncent un vote blanc (ou pire, un vote extrême) sont pour moi des enfants gâtés.

 

De plus, même si contrairement à Jean Luc Mélenchon, Jacqueline Belhomme a appelé à faire battre le FN, certains militants communistes voterons blancs.

 

Il est important qu’Emmanuel Macron soit élu. Déjà pour ce qu’il représente, mais aussi qu’il soit élu avec le score le plus élevé possible. C’est une question d’honneur.

 

C’est pour ça que je me mobiliserai pour Emmanuel Macron au second tour (comme au premier) et j’appelle à voter Emmanuel Macron au second tour, aussi bien pour ce qu’il représente ainsi que pour l’honneur de la France : Que le FN ait le score le plus bas possible.

24 avril 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , | Laisser un commentaire

Parlons de la Taxe d’Habitation (5/5) : Il faut garantir l’autonomie fiscale et financière des communes

J’avais expliqué que la Taxe d’Habitation est un impôt injuste, qui en plus joue contre le Droit au logement.

 

De fait, je ne suis pas contre sa suppression.

Mais contrairement à Emmanuel Macron, je pense que la suppression de la Taxe d’Habitation doit se faire dans une réforme fiscale globale.

 

Il y a un dernier point sur lequel j’aimerais insister.

C’est sur le fait qu’il faut garantir l’autonomie fiscale et financière des communes.

 

Pour commencer, j’aimerais insister sur l’importance que représente les communes à mes yeux.

C’est l’échelon le plus proche de la population. C’est donc à cet échelon que de nombreux problèmes peuvent être résolus de manière pragmatique.

 

C’est un échelon qu’il faut développer.

Par ailleurs, le maire est l’élu le plus proche de la population. C’est l’élu qui voit directement les problèmes auxquels sont confrontés la population.

C’est celui qui est même le plus apte à trouver des solutions.

 

C’est pour ça qu’il faut renforcer le pouvoir du maire, et les compétences de la commune.

 

Seulement, accentuer les compétences du maire et de la commune passe par deux points : l’autonomie financière et fiscale.

 

Par autonomie financière, je sous entends que la commune a les moyens de mener à bien ses missions de services publics.

 

Mais l’autonomie financière est certes nécessaire, mais elle est insuffisante. Elle va avec l’autonomie fiscale.

 

Pour faire vivre la démocratie locale, le maire doit avoir les moyens de fixer les impôts comme il le souhaite.

Avoir la main sur les impôts est un outil, comme un autre, pour imposer sa politique sur laquelle on a été élu.

 

Par exemple, si on veut faire venir des entreprises, on doit pouvoir baisser l’imposition sur les entreprises.

 

Sur ce point, la réforme de la Taxe professionnelle (en plus de ne plus être perçue par la commune), voulue de manière idéologique par Nicolas Sarkozy, est une catastrophe.

Elle s’est faite avec une diminution drastique de l’autonomie fiscale.

Certes, c’est l’intercommunalité qui en est en est victime, mais le principe reste le même.

10 avril 2017 Posted by | Election présidentielle 2012, Election présidentielle 2017, Finances locales, Malakoff, Politique, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

Présidentielle 2017 et Éducation nationale (3/4) : L’École doit être plus sélective !

Je sais que ce que je vais écrire est contraire à une élévation des connaissances du plus grand nombre.

 

Mais la pratique me laisse penser qu’il faut une Ecole qui soit plus sélective, notamment en multipliant les examens d’entrées (6ème, 4ème, 2nd, première et faculté).

 

Ça va à l’encontre du Collège unique mais je pense que ceux qui sous couvert d’expliquer que le collège unique allait apporter une meilleure culture au plus grand nombre, avec le temps, je pense qu’il n’était pas si honnête que ça. Pire, la pratique a, pour moi, montré que le niveau culturel de la société a plutôt tendance à diminuer.

 

Pour ma part, je pense qu’il faut être plus sélectif pour plusieurs raisons.

 

La première, c’est que c’est resacraliser l’Ecole.

La seconde, c’est que c’est un moyen de dire aux élèves que l’on n’est pas là pour rigoler.

C’est recrédibiliser l’école aux yeux des élèves.

Et en ce moment, les professeurs, qui passent plus de temps à être des gendarmes (et des éducateurs ou des assistantes sociales) en ont bien besoin.

 

Par ailleurs, ça ne sert à rien de suivre un cours si on n’a pas les bases.

En ce qui concerne la physique (domaine que je connais bien), on ne peut pas suivre un cours de mécanique sérieux si on n’a pas de bonnes connaissances en calcul infinitésimal.

 

Enfin, la sélection est aussi un rite de passage à l’âge adulte.  Dans une société où l’on explique que tout est acquis (ce qui est un danger), avoir un lieu où l’on explique le contraire est une nécessité.

 

De plus, la concurrence, lié à une économie ouverte, est un fait, auquel il faut être confronté.

La frustration fait partie de la vie et il faut que les jeunes en fassent l’apprentissage. Une école sélective le permet.

 

Enfin, ça crédibiliserait le diplôme. Il est honteux que la personne qui a joué le jeu et qui a cherché à progresser par les études ait un diplôme qui ne vaille rien, ou qui soit au même niveau que celui qui n’a rien glandé…

8 avril 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

Parlons de la Taxe d’Habitation (3/5) : C’est une réforme globale de la fiscalité qu’il faut faire

Ce n’est pas la première fois que j’aborde le sujet. C’est même sur ce sujet que j’ai vraiment des reproches à faire à François Hollande.

 

Je pense que la taxe d’habitation doit être abordée dans un sujet plus global, les impôts en général.

 

Emmanuel Macron a raison de dénoncer la Taxe d’Habitation, comme il a raison de remplacer l’ISF par un impôt sur la rente foncière.

 

Mais c’est insuffisant.

C’est vraiment la fiscalité française qui doit être repenser de fond en comble.

 

Sur quelles bases doit-on imposer ?

 

La question est vaste, et effectivement compliquée.

Mais il y a, je pense, quelques principes de bons sens.

Le premier, c’est que l’on paye à hauteur de ses moyens.

C’est débile de dire ça, mais ce n’est pas vraiment le cas en France.

En particulier, par rapport à ses revenus, c’est surtout les classes moyennes qui sont imposées, ce qui n’est pas juste.

 

Le second, c’est qu’il doit y avoir une logique économique.

Si l’Etat ou la collectivité dépense de l’argent (à plus ou moins juste titre, mais là, c’est une autre histoire, car c’est politique), on doit pouvoir avoir un retour sur investissement (par les impôts).

 

Or, le problème, c’est que les impôts ont été pensé en 1789 par les physiocrates.

Et selon les physiocrates, il est impensable de payer des impôts selon ses revenus. On paye des impôts selon ses biens (ou outil de travail) car, grâce à son outil de travail, on va s’enrichir.

 

Par exemple, si on possède un champ, on va s’enrichir grâce à lui, car on va le labourer.

Le problème, c’est que c’est dé-corrélé des revenus réels.

 

Par exemple, si on a de la grêle, on a moins de récoltes. On a donc une baisse des revenus. Mais on a les impôts quand même, et plein pot, car on possède toujours le dit-champs.

 

On voit bien que l’on a un impôt de fait, injuste.

Exemple concret, on peut habiter l’ile de Ré, être au SMIC, et payer l’ISF (un exemple d’impôt Physiocrate).

Ne rigolez pas, c’est véridique.

Une analyse de l’ISF est à lire ici

 

Et la logique économique est débile. Effectivement, on ne va pas, cyniquement parlant, chercher l’argent où il est.

Pour la petite histoire, en 1789, on a créé 4 impôts physiocrates : La Taxe d’Habitation, la Taxe Foncière sur le bâti, la Taxe foncière sur le non-bâti et la patente (qui est devenue la taxe professionnelle puis la CET).

 

Mais on est arrivé, vers 1840, à des situations où l’Etat dépensait beaucoup, mais avait un faible retour sur investissement.

On a donc passé les 4 vielles aux communes, et on a inventé de nouveaux impôts.

 

La logique économique est débile car on ne va pas chercher, cyniquement parlant, les sous où ils sont. On peut se retrouver à dépenser des fortunes, et avoir un faible retour en investissement.

 

Le problème, c’est qu’encore aujourd’hui, les impôts physiocrates sont légions.

 

Certains font sourire. Je pense à la redevance télé. Si on a une télévision que l’on ne regarde pas (ce qui est mon cas, je l’utilise comme écran d’ordinateur), on paye la redevance télé.

Mais si on n’a pas de télévision et que l’on la regarde sur un écran d’ordinateur, on ne la paye pas.

 

Mais d’autres impôts physiocrates font des dégâts économiques et sociaux terribles, surtout chez les personnes qui n’ont pas les moyens de se défendre.

Je pense en particuliers aux charges patronales.

 

Notons que comme notre système d’impôt est injuste, on a ajouté des injustices en créant les niches fiscales.

 

De plus, j’aurais aussi pu pointer (ce que j’ai fait précédemment) que les impôts physiocrates créent des inégalités territoriales.

 

A terme, surtout dans un pays surendetté, il faudra revoir la fiscalité en France.

 

C’est déjà une question d’efficacité. On doit pouvoir lever des fonds.

C’est aussi une question économique. La fiscalité ne doit pas jouer contre notre économie.

 

C’est aussi une question de justice.

Il faut faire des efforts, mais ceux-ci seront accepté s’ils sont justes, et que tout le monde s’y met. Il est évident qu’il faut élargir l’assiette.

 

Enfin, augmenter les impôts, ce n’est plus possible. François Hollande est passé par là.

La marge de manœuvre est dans la refonte du système fiscal français.

11 mars 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique nationale | , , , , , | Laisser un commentaire

Si Alain Juppé devient le candidat de la droite, je maintiendrai mon choix

On parle d’un Plan B et ce plan B pourrait être Alain Juppé.

 

J’estime l’homme, pour qui j’ai voté à la primaire de la droite, et j’ai de l’estime pour lui.

 

Je pense qu’il ferait un bon président, et il a été un bon premier ministre et un bon maire de Bordeaux.

 

Néanmoins, s’il devait devenir candidat à la place de François Fillon, je maintiendrais mon vote en faveur d’Emmanuel Macron, et ceci pour plusieurs raisons.

 

La première est que mon choix est murement réfléchi. Revenir dessus, ça ne serait pas très pro. J’ai donné « ma parole » et je n’ai pas l’intention de revenir dessus.

 

La seconde raison est qu’il faut casser la coupure Droite/Gauche, refonder la vie politique françaises, et autre chose entre le PS et les républicains, autre chose qui ne soit pas le FN.

Il faut recomposer la vie politique française et celui qui me semble le choix le pertinent pour le faire est Emmanuel Macron.

 

La troisième raison est que, la dynamique est en faveur d’Emmanuel Macron, et Alain Juppé apparaîtrait comme un choix par défaut.

 

Enfin, je pense qu’il y a un problème avec la Droite, et l’élire ne lui rendrait pas service.

Par ailleurs, la ligne politique de la droite a été désignées lors de la primaire de la Droite. Alain Juppé a été clairement battu. Pourrait-il appliquer sa ligne s’il est élu ?

Je ne crois pas.

4 mars 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , | Laisser un commentaire

Le Pénélope Gate sur quelques aspects (3/4) : En France, on a un problème avec la Droite républicaine

Finalement, François Fillon, ce n’est rien.

 

Le vrai problème, c’est que l’on a un problème avec la droite républicaine.

Sur ce point, cracher sur Bayrou, qui le dit à chaque présidentielle ne sert à rien.

Sur ce point, François Bayrou a raison.

 

Mon seul reproche est qu’il ne le dit pas sur la durée. Il ne faut pas se contenter de le dire en 2012 (en votant après Hollande contre Sarkozy) et en 2017 avec un François Fillon qui pose problème.

 

Il faut aussi le dire sur la durée, notamment en évitant de soutenir des Peltier, des Wauquiez et en lâchant Blanche Mühlmann, candidate Modem qui se battait contre un maire dur de l’UMP.

 

Le problème avec la droite républicaine, les républicains, tiens en deux points.

 

Le premier est sa capacité à confondre argent public avec argent privé, et donc à s’enrichir sur le dos du contribuable.

Pire, en plus de confondre argent public (d’un pays en faillite, je tiens à le rappeler) avec argent privé, et donc de s’enrichir sur le dos du contribuable, il est mal vu de voir la justice enquêter et demander des comptes.

 

Dans tous les membres qui s’enrichissent ou ont été condamné ou ont des noms associés à des affaires politico-judiciaire, on a Alain Juppé (certes, il a payé pour d’autres, mais il a été condamné), Patrick Balkany, Charles et Joëlle Ceccaldi-Raynaud, Manuel Aeschlimann, Charles Pasqua, Philippe Pemezec, et si je cherchais vraiment, je pourrais allonger la liste.

 

Je pense que le problème s’est accentué avec Jacques Chirac, qui a utilisé la présidence de la république pour ne pas rendre des comptes sur les affaires d’emplois fictifs à la mairie de Paris.

 

Certes, ça existait avant, sous Georges Pompidou, on a eu l’affaire des plombiers.

 

Mais avec Jacques Chirac, un pas a été franchi. Il a utilisé le poste de président comme immunité à vie, lui évitant de rendre des comptes et justifiant que finalement, il est normal de piocher dans la caisse mais il est anormal de rendre des comptes, aux électeurs et surtout aux juges.

Le fait que la droite fasse Dimanche une manifestation contre la Justice, bafouant la séparation des pouvoir, n’est pas si anodins.

 

Mais le deuxième problème, que l’on doit à Nicolas Sarkozy est pire.

La droite de gouvernement c’est droitisé, et a rendu la frontière poreuse entre la droite républicaine et le centre.

Elle a mis sur un pied d’égalité le PS et le FN, si ce n’est que pire, elle considère le FN plus fréquentable que le PS.

 

Le fait que ce soit la Manif pour Tous qui organise la manifestation de soutien à François Fillon n’est pas si étranger.

 

Pire, la droite réactionnaire, qui donc inspire les Républicains, veut diriger seule au détriment de l’ensemble des français.

Pire, elle est sur un modèle sociétal dépassé.

Savez-vous que beaucoup de familles sont recomposées ?

 

Évidemment, le fait que le centre soit faible et lâche, et que le scrutin électoral français soit stupide et débile n’aide pas.

 

Que la Droite soit de Droite, c’est normal, c’est la Droite.

Mais lors de la primaire ouverte, elle avait le choix entre être moins de Droite, mais de fédérer les français sur un projet de réformes audacieux où tout le monde s’y retrouve, et d’être dans une démarche de coalition, ou d’avoir une stratégie agressive et d’imposer à une majorité une vision très conservatrice et réactionnaire où seuls quelques individus sont gagnant.

 

Elle a choisi la seconde option, et très clairement.

 

C’est même une question tactique, elle avait le choix de construire un projet de droite de façon plus souple et consensuel, elle a choisi d’imposer par la force.

 

Finalement, François Fillon est dans la continuité de Nicolas Sarkozy.

4 mars 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Présidentielle 2012 : Sur le fond, François Bayrou a raison

François Bayrou va donc soutenir Emmanuel Macron.

Etant un ancien du Modem, je me permets de m’exprimer sur le sujet.

 

D’autant que la droite va railler Bayrou et expliquer qu’il est de Gauche, éludant la responsabilité de Nicolas Sarkozy dans la défaite de la Droite en 2012, et éludant sa responsabilité dans le fait qu’elle n’a pas fait un bilan sérieux du mandat de Nicolas Sarkozy.

 

Pour ma part, je considère que François Bayrou a raison sur le fond.

Certes, la décision a peut-être été prise avec un principe de réalité.

Certes, les désaccords que j’ai avec François Bayrou sur la façon dont le Modem a été géré depuis 2012 restent.

 

Mais l’important, c’est que François Bayrou ait pris la bonne décision.

 

De plus, les demandes de François Bayrou sont loin d’être déconnant et sont réalistes.

Je me permets néanmoins une critique : je regrette que François Bayrou n’ait pas demandé une réforme du mode de scrutin aux législatives.

 

C’est un bon choix, et je vais me permettre d’expliquer pourquoi.

 

Aujourd’hui, selon toutes probabilité, Marine Le Pen sera au second tour.

La question est donc de savoir qui sera contre le Pen.

 

Il faut aujourd’hui réformer la France.

Or, pour y arriver, il faut avoir une vision pragmatique et arrêter avec les visions idéologiques.

 

Le problème, c’est que les deux grands partis de gouvernement, les Républicains et le PS, vont vers leurs noyaux durs.

 

De fait, on a François Fillon qui est un danger sociétal et social, et Benoît Hamon qui est un danger économique.

 

C’est pour ça qu’aujourd’hui, l’axe central doit faire un score, à minima pour des questions symbolique, ou mieux, pour être face à le Pen pour pouvoir être élu et mettre enfin en place une politique de bon sens.

 

Aujourd’hui, Seul Emmanuel Macron, dans l’axe central, est en mesure de faire un score.

 

Dans le contexte politique actuel, qui est difficile, François Bayrou a fait le choix de la responsabilité.

 

Pour ça, il doit être félicité.

22 février 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , , , , | Laisser un commentaire

Aris de Hesselin. Fillon et Le Pen principaux bénéficiaires d’une candidature Bayrou! (Blog du centrisme)

Très bonne analyse de Aris de Hesselin sur le blog du centrisme.

Je me permets donc de la recopier honteusement.

 

François Bayrou va donc indiquer mercredi s’il est oui ou non candidat.

Ce suspens insupportable uniquement pour lui-même trouvera, si l’on en croit ses fidèles supporters, sa résolution dans une quatrième candidature sous la bannière de la «patrie est en danger», une variante de l’union nationale de sa précédente campagne et qui lui permettra de se présenter en endossant le costume du de Gaulle du XXI° siècle qu’il coud patiemment depuis plusieurs années.

Au-delà de ce qu’il va dire et faire au cours de cette campagne, il faut dire que sa candidature est du pain béni pour François Fillon, Marine Le Pen et aussi Jean-Luc Mélenchon, tous ceux contre qui il prétend lutter (même si on a un petit doute sur Mélenchon depuis qu’il en dit du bien…).

Car sa présence à la présidentielle n’enlèvera pratiquement aucune voix à Fillon, aucune à Mélenchon et, si on pouvait aller jusque là, encore moins qu’aucune à Le Pen…

Au contraire, cela va renforcer le camp de Fillon avec des sympathisants de droite qui détestent – et le mot est sans doute faible – Bayrou et qui vont encore plus se rassembler derrière le candidat LR.

De même, le camp Le Pen se félicitera d’une candidature qui empêchera peut-être Emmanuel Macron d’être au second tour alors que le leader d’En marche! est actuellement celui qui représente le meilleur rempart à l’arrivée au pouvoir de l’extrême-droite.

Car là où Bayrou peut puiser ses voix c’est évidemment d’abord chez Macron ainsi que chez ceux qui ne se sont pas encore déterminés et peut-être un peu chez Hamon.

Dès lors, sa candidature aboutira exactement à l’inverse de ce qu’il prétend en renforçant les chances de ses ennemis, de ceux qu’il affirme être des dangers pour la France.

Et tout cela par simple ambition personnelle.

Bien sûr, mercredi, il pourrait dire qu’il ne se présentera pas et qu’il va discuter avec Macron pour savoir si une alliance entre les deux hommes est possible.

Je n’y crois pas un instant comme j’ai toujours cru qu’il se présenterait.

Peut-être même que mes sombres prédictions ne se vérifieront pas et qu’il suscitera un enthousiasme tel qu’il sera le prochain hôte de l’Elysée.

En tant que réaliste, ce n’est pas vraiment ce que je pense qui va se passer mais rien n’est écrit d’avance comme le dirait Donald Trump.

Reste qu’aucun sondage ne montre une envie de Bayrou de la part des Français même s’il demeure haut dans les baromètres d’opinion.

Dès lors, Bayrou pourrait bien être celui qui fera battre son camp, celui du Centre et de l’axe central, celui d’une démocratie équilibrée, refusant le clientélisme, le populisme et la démagogie.

A moins, bien entendu, que son camp ne se résume qu’à sa propre personne…

21 février 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique nationale | , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le Pénélope Gate sur quelques aspects (1/4) : C’est d’abord une question morale et politique

Ça fait un moment que je veux m’exprimer sur le Pénélope Gate, mais j’avais une forme de flemme et peu de temps.

 

Mais bon, comme ça dure…

 

J’aimerais aborder certains aspects du Pénélope Gate.

 

Le premier, c’est que c’est d’abord une question morale et politique.

 

Effectivement, la France est un pays en faillite.

Là, je suis d’accord avec François Fillon.

 

Il va falloir faire des efforts.

Là, je suis aussi d’accord avec François Fillon.

 

Mais sur le reste, je suis en profond désaccords avec François Fillon.

 

Ça ne me gêne pas de faire des efforts. Mais je ne fais pas des efforts pour enrichir François Fillon.

Si je fais des efforts, c’est pour que la France s’en sorte. D’autant que contrairement à François Fillon, je travaille dans le privé, et mes principales sources de revenus viennent du privé.

 

La France est en faillite, mais ça n’a pas empêché, visiblement, François Fillon d’en profiter.

 

Par ailleurs, j’attends que les efforts soient justes, et que tout le monde les fasse, à hauteur de leurs moyens.

Il n’est pas normal que ce soit toujours les mêmes, principalement la classe moyenne, dont d’ailleurs je fais partie.

 

Et on ne peut plus faire des efforts pour enrichir l’unique catégorie qui a voté l’un des clans, PS ou Républicains.

Ça a un nom : c’est du clientélisme.

Encore une fois, si je fais des efforts, c’est pour que la France s’en sorte, pas pour enrichir les uns et les autres. Pas pour financer une politique clientéliste.

 

Pour parler de ma modeste personne, je gagne un peu au-dessus du salaire médian, mais une fois les dépenses courantes, le loyer (1/3 de mes revenus) et les impôts déduits, il me reste peu à mettre de côté pour épargner.

 

De plus, et ça a été évoqué très tôt par le Canard enchaîné, il a créé une société de conseil, juste avant les législatives 2012. Société de conseil qui a comme client, entre-autre, AXA.

Ça tombe bien François Fillon a tenté de supprimer la Sécurité sociale.

Franchement, je crois que ça s’appelle un conflit d’intérêt…

 

De plus, il a créé sa société avant les législatives, où il est parti de sa circonscription de la Sarthe (où il allait perdre) pour se présenter à Paris, dans la circonscription la plus à droite.

 

De plus, il faut certes libéraliser le système, pour le dérouiller, mais cette flexibilité augmente la précarité.

 

De là, il y a deux options :

  • Celle de François Fillon qui estime que c’est chacun pour soi.
  • Mon approche qui considère qu’il faut aussi réfléchir à la manière d’accompagner les gens pour leur donner les moyens de s’en sortir.

Bref, c’est vrai qu’il faut faire des efforts, mais pour les demander, il faut aujourd’hui être exemplaire.

 

Enfin, je suis plus sur une réflexion sur le fonctionnement du service public que sur une suppression pure et simple.

 

Les français ont trop fait d’efforts pour financer des politiques clientélistes.

Ça suffit.

 

Et on ne peut pas se permettre de refaire des efforts pour refinancer des politiques clientélistes.

 

Pour demander des efforts, il faut être en mesure de pouvoir les demander.

 

Ce n’est plus le cas de François Fillon.

 

Celui-ci peut certes encore gagner la présidentielle (face à Marine Le Pen, par exemple), mais il n’est plus en mesure de gouverner et de faire des réformes.

15 février 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , | Laisser un commentaire