Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

CA 2011 de Malakoff(2/3): Les conséquences

Après un long calcul consistant à s’intéresser qu’aux réalisations, et à retraiter les dépenses et les recettes de ce qui est exceptionnel, on arrive à un taux d’endettement de 17,3 ans.

Cela veut dire que si les recettes et les dépenses restent stables, la ville mettra 18 ans à rembourser sa dette qui est, selon le CA de 42 898 357,63€.
D’ailleurs, la dette est légèrement supérieure aux dépenses.

 

La conséquence est qu’il n’est pas envisageable de garder un taux d’endettement aussi élevé.

Il faut donc le diminuer en augmentant l’autofinancement.

Pour cela, il y a trois solutions:

  • Augmenter les recettes
  • Diminuer les dépenses
  • Ou les deux à la fois

La première consiste à augmenter les impôts. Mais le concitoyen acceptera-t-il d’être une vache à lait si aucun effort n’est fait?

D’autant que l’état, en faillite lui aussi, doit se désendetter.

 

La seconde consiste à réduire les dépenses, notamment de personnels. Sur ce point-là, les transferts à Sud de Seine devraient jouer plein pot pour faire des économies d’échelles.

Par ailleurs, on peut imaginer une organisation des services différents. C’est à dire faire mieux, avec autant de moyens, voire moins.

Il est vrai qu’à Malakoff, nous sommes attachés à notre service public.

 

Mais quoi qu’il en soit, il y a urgence. L’état devant se désendetter, une partie des recettes de Malakoff risque d’être compromises. Et le taux d’endettement risque d’augmenter à nouveau, même si l’encours de la dette diminue.

C’est notre capacité à rembourser notre dette qui est en jeu ainsi que celle à maintenir un service public de qualité.

Publicités

29 juin 2012 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire

La fourmi Merkel veut imposer sa vision de l’Europe aux cigales

J’ai souvent l’occasion de parler du duel entre la cigale Hollande et la fourmi Merkel.

Dans le Figaro, on apprend que la fourmi Merkel est soutenue par sa population.

Pour mémoire, l’Allemagne a fait une politique centré sur la compétitivité de ses entreprises.

Elle a modéré sa masse salariale afin de doper son appareil productif et sa capacité d’enrichissement.

La France, que ce soit la droite (loi Teppa) ou la gauche, ayant une classe politique peu courageuse fait une politique de relance par la consommation.

On donne de l’argent aux ménages pour qu’ils consomment.

Cette politique de relance Keynésienne est injuste. Ce n’est pas tout le monde qui en profite.

Sous la droite, c’est les riches par déduction d’impôts. Sous la gauche, c’est les plus modestes par dépenses publiques.

Elle est économiquement inadaptée. Comme l’appareil productif français est fortement dégradé, on achète des produits à l’import.

On développe l’économie de nos concurrents dans la mondialisation.

Pire, on fabrique de la dette, laissant notre souveraineté aux mains des banques étrangères.

L’Allemagne qui a fait une politique de l’investissement s’en sort mieux que nous.

Mais le changement n’est pas venu que de la classe politique allemande.

La population aussi a changé.

On peut lire dans l’article: »Depuis, la chancelière et son ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, ne cessent d’offrir des cures de rigueur budgétaire à leurs concitoyens, qui redemandent encore de l’austérité. L’épargne a été élevée au rang de culte, dans un pays où la majorité des citoyens continuent d’acheter leur voiture en cassant leur tirelire plutôt qu’à crédit. Et aux yeux des Allemands, l’Europe souffre d’une faute originelle, qu’ils avalent telle une couleuvre depuis ses débuts: sa prospérité s’est bâtie à crédit, en creusant des dettes »

Décomplexé, ne souffrant plus de la culpabilité de la seconde guerre mondiale, l’Allemagne espère imposer sa vision de l’Europe.

De toute façon, c’est l’Allemagne qui a les sous, c’est donc elle qui décide.

29 juin 2012 Posted by | International, Politique | , , , , , , , , | Laisser un commentaire

CA 2011 de Malakoff (1/3) : Etat des lieux

Le CA (Compte administratif), qui a été adopté au conseil municipal du 20/06/2016 est un document important. Il donne l’indication sur la façon dont la ville a perçu ses recettes et a effectués ses dépenses. Par sa nature, ce document est plus important que le budget, car il permet de connaître l’état des finances de la ville.

Mercredi dernier, c’est le CA 2011, qui rends compte de l’exercice 2011, qui a été voté au conseil municipal.

J’en profite pour rappeler les faits d’armes précédents de la municipalité : Un taux d’endettement de 95 ans en 2007 et un autofinancement brut négatif en 2008, ce qui signifie que la ville a dépensé plus que ce qu’elle a gagné en 2008 dans la section de fonctionnement.

Je pense, par ailleurs, que ces résultats sont bruts et non corrigés.

Ayant le CA 2011 entre les mains, je ne peux m’empêcher de l’analyser en détail.

Ce sujet étant calculatoire, je vais en profiter pour définir mes variables.

Soit R, Re et Rc respectivement les recettes de la section de fonctionnement, les recettes exceptionnelles de la section de fonctionnement et les recettes corrigées de la section de fonctionnement.

On a la relation mathématique Rc = R – Re.

Soit D, De et Dc respectivement les dépenses de fonctionnement, les dépenses exceptionnelles de la section de fonctionnement et les dépenses corrigés.

Là encore, on a la relation mathématique Dc = D – De.

Soient CAF et CAFc la capacité d’autofinancement brut et la capacité d’autofinancement brut corrigée.

On a les relations CAF = R – D et CAFc = Rc – Dc.

Enfin soit Dt l’encours de la dette, E le taux d’endettement et Ec le taux d’endettement corrigé.

On a les relations mathématiques E = Dt/CAF et Ec = Dt /CAFc.

Je ne m’intéresserai qu’aux réalisations.

Selon le document, R = 43 328 744,24€ et D = 40 123 623,45€.

On arrive à CAF = 43 328 744,24 – 40 123 623,45 = 3 205 120,79€.

Comme selon le document Dt = 42 898 357,63€, on arrive à E = 42 898 357,63 /  3 205 120,79 soit 13,38 ans.

Déjà, deux remarques. On retrouve bien le chiffre donné en conseil municipal pour l’autofinancement brut (environ 3 200 k€). Néanmoins, on a un taux d’endettement important (supérieur à 10 ans).

Par rapport à l’année dernière, on a une augmentation du taux d’endettement (d’environ 8ans à environ 13 ans) due à une chute de l’autofinancement brut (d’environ 5000k€ à environ 3200k€) (source ici).

Dans la réalité, comme l’explique très bien le blog de l’association des consultants en finances locales, il est d’usage de faire des retraitements comptables, aussi bien pour la capacité d’autofinancement brut que pour le taux d’endettement.

L’objectif avoué est de dégager une tendance si les recettes et les dépenses de fonctionnement n’évoluent pas. En gros, il s’agit d’enlever tout ce qui est exceptionnel. Si, par exemple, on vend un bien immobilier, on ne le revendra pas l’année prochaine. La vente du bien immobilier est donc dans les recettes exceptionnelles.

Selon le document, Re = 917 954,20€ et De = 192 016,32€. J’ai laissé les charges financières, étant donné qu’elles sont payées chaque année.

Du coup, Rc = 43 328 744,24 – 917 954,20 = 42 410 790,04€, et Dc = 40 123 623,45 –  192 016,32 = 39 931 607,13€.

On en déduit donc CAFc =  42 410 790,04 –  39 931 607,13 = 2 479 182,91€ et Ec =   42 898 357,63/2 479 182,91 = 17,30 ans.

Quelle est la conclusion de ce calcul ?

La conclusion est que les finances de la ville ne sont pas aussi saines que le prétend la mairie. Si la situation perdure, la ville remboursera sa dette en 18 ans, soit 3 mandats. Si la municipalité change, le futur maire trainera un boulet en 2014.

Je rappelle qu’un taux d’endettement de 10-15 ans correspond à une situation financière fragile. Au-dessus de 15 ans, c’est du surendettement.

Certes, Malakoff peut rembourser sa dette plus vite en comptant sur les recettes exceptionnelles. Les biens communaux n’étant pas extensibles, il lui suffit de gagner au loto…

27 juin 2012 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , | Laisser un commentaire

Vers une augmentation de la TVA?

Dans les prochains mois, il est fort possible d’avoir une augmentation de la TVA.

 

Il n’est donc pas idiot d’y revenir.

Pourquoi la TVA pourrait-elle être amenée à être augmentée?

La première raison est pour réduire la dette publique qui est devenue intenable.

François Bayrou, en plus de proposer une tranche supplémentaire sur l’impôt sur le revenu, proposait une augmentation de la TVA de 1 à 2 points.

François Hollande, après avoir lutté contre la TVA sociale, pourrait l’augmenter en TVA non sociale.

Son programme étant économiquement intenable, passe au plan B.

 

Mais l’augmentation de la TVA peut avoir un autre objectif.

Aujourd’hui, les charges patronales sont un véritable boulet sur les entreprises, surtout les PME/TPE.

Pour mémoire, pour 1€ de salaire net, un patron paye 1€ de charge.

C’est injuste, car cet impôt, qui pour moi est physiocrate, est indépendant du revenu de l’entreprise. Cet impôt ne dépend que du nombre d’employés et du salaire des employés.

Plus on embauche, plus on paye bien, plus on est utile socialement et économiquement, et plus on paye.

Pire, les charges patronales éloignent de l’emploi les catégories les plus fragiles.

Il faut donc les baisser.

 

Du coup, la baisse des charges patronales impliquent deux possibilités:

  • Soit on diminue les prestations sociales d’autant.
  • Soit on transfert sur les ménages une partie des charges patronales. C’est ce que préconise Jean Peyrelevade.

Si ce transfert se fait via la TVA, on parle de TVA sociale.

Jean Arthuis en est un fervent défenseur.

Le problème est pour que la TVA sociale soit intéressante, il faut l’augmenter de 5 points. Ça dégraderait le pouvoir d’achat des français qui est déjà très dégradé.

François Bayrou n’était donc pas favorable à cette mesure.

Je me suis  déjà exprimé sur cette question. Je pense qu’il est plus saint que ce transfert se fasse sur la CSG. Mais entre la TVA sociale et rien, je préfère la TVA sociale.

Je considère que l’on ne peut pas pousser le bouchon aussi loin en laissant les charges patronales si élevées.

 

On peut néanmoins aller plus loin.

Car il y a aussi les charges salariales.

Les charges salariales représentent environ 25% du salaire brut.

Elles sont élevées, mais je considère, pour ma part, les charges salariales plus juste que les charges patronales.

Effectivement, les charges salariales sont proportionnelles au salaire brut. On est donc au principe tout le monde paye ses impôts à hauteur de ses moyens.

On pourrait envisager de transférer une partie des charges patronales sur les charges salariales. Seulement les charges salariales sont déjà trop élevées.

 

Un jour, un collègue de travail m’a fait la réflexion suivante: Et si on transférait et les charges salariales et les charges patronales sur la TVA.

Ce transfert va plus loin que la TVA sociale (où l’on ne transfert que les charges patronales).

Certes, transférer les charges sur la TVA peut sur le principe sembler injuste.

Mais comme me l’expliquait mon collègue, les riches ont toujours le moyen de s’exiler pour payer moins d’impôt, d’où l’avis de percevoir des recettes sur la consommation.

Seulement, là, l’augmentation de la TVA serait élevée (de l’ordre de 10 points).

 

Je ne sais pas si cette idée est bonne, mais elle mérite d’être réfléchie.

 

Enfin, je rappelle que l’augmentation de la TVA est peut-être injuste, mais laisser une personne qui fait tout pour s’intégrer en dehors de la société est encore plus injuste.

26 juin 2012 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La ZAC Dolet Brossolette est-elle développement durable?

J’ai toujours un peu de mal à parler du dossier de la ZAC Dolet Brossolette, étant donné que je n’ai pas lu le dossier (pour l’instant).

Le projet a été discuté au conseil municipal, mais je dois reconnaître m’être plus concentré sur le compte administratif 2011 (dont je parlerai prochainement).

Néanmoins, la CDD, par l’intermédiaire de son président François Xavier Monaco, a étudié le sujet.

Celui-ci considère que le projet, en l’état actuel des choses, est insuffisant en l’état en ce qui concerne le développement durable.

Il l’a d’ailleurs dit lors de la réunion de concertation du 10/05/2012.

Mieux, dans son rôle associatif en vue de promouvoir le développement durable, celui-ci a saisi les élus.

Une réunion aura lieu entre la CDD et Monsieur Serge Cormier (adjoint à l’urbanisme), et Catherine Picard en a remis une couche lors du conseil municipal du 20/06/2012.

Les élus Jean Emmanuel Paillon et Thierry Guilmart ont suivi.

D’autant que l’autorité environnementale l’écrit.

23 juin 2012 Posted by | Comission de développement durable (Malakoff), Conseil Municipal, Malakoff, Politique, politique locale | , , , | Laisser un commentaire

Le marché de Stalingrad est déplacé

Lors du conseil municipal du 20 Juin 2012, le marché de Stalingrad a été déplacé devant le Shopi.

 

Pour mémoire, ce marché se trouve boulevard de Stalingrad.

 

Jusqu’à 2000-2002 (cela fait 10 ans), il allait du rond-point Henri Barbusse  à la porte du fort de Vanves.

D’ailleurs, c’est dans ce marché, que j’avais trouvé un chaton, perché sur un arbre, qui n’arrivait pas à descendre.

C’est dans les années 2000 que ce marché a décliné pour n’accueillir que 5 commerçants aujourd’hui.

 

Après une concertation et une étude du concessionnaire, le marché de Stalingrad va être déplacé sur le parking devant le Shopi. Le principe a été voté au conseil municipal.

Mieux, un renfort de commerçant devrait venir, notamment des commerçants qui sont sur le marché du centre-ville le dimanche.

 

Personnellement, je soutiens cette mesure que je trouve très bonne.

Je considère que ce marché permet un lien social et investir dedans ne peut être que bénéfique.

Mais je pense que problème ne se limite pas qu’au marché de Stalingrad.

L’état actuel du marché de Stalingrad n’est qu’une conséquence d’un problème plus global: le manque de dynamisme dans le sud de la ville.

Les derniers grands projets urbains sont dans le nord (place du 11 novembre, ZAC Dolet Brossolette…).

Le PLU, dont l’élaboration a été voté également, pourra être une chance pour le sud de la ville. La station gare de Clamart pour le futur métro aussi.

Le marché pourra aussi créer une dynamique dans le sud de la ville.

En tout cas, il faut permettre sur Malakoff une mixité sociale et économique.

22 juin 2012 Posted by | Conseil Municipal, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , | Laisser un commentaire

Son programme étant intenable, François Hollande passe au plan B

Comme je l’ai expliqué précédemment, François Hollande est face à ses contradictions.

Son programme est intenable, et deux choix s’offrent à lui:

  • Soit il l’applique et il nous mène dans le mur.
  • Soit il ne l’applique pas et il déçoit les français.

Selon le canard enchaîné de cette semaine, il semblerait que la solution choisie soit la seconde.

François Hollande a donc commandé un audit et il découvrira que l’état des finances est pire que ce qu’il pensait (alors qu’à priori, il le savait déjà).

Conclusion: il ne pourra pas appliquer son programme.

En particulier, Sarkozy avait l’intention d’appliquer une TVA sociale (augmentation de la TVA tout en diminuant les charges patronales).

François Hollande, et notre nouvelle députée ont fait campagne contre cette mesure.

Or, déficit public oblige, il pourrait y avoir augmentation de la TVA sans diminution de charges, une TVA non sociale (celle-ci) comme l’explique le canard enchaîné. Ce point était d’ailleurs dans le programme de François Bayrou (augmentation de la TVA pour réduire les déficits).

 

Ce plan B (commander un audit pour ne pas appliquer son programme) me donne envie de faire deux commentaires:

Le premier est qu’il y a une forme de malhonnêteté. François Bayrou l’a dit pendant la campagne électorale. Il l’a payé de son score (9%), le PS lui a fait la peau, et le Modem a fait un faible score aux législatives.

Enfin, ce qui est encore plus grave, c’est que les français ne sont pas conscients des dangers qui les menacent. La campagne électorale aurait dû être le moment pour les éclairer.

 

Que François Hollande n’applique pas son programme, c’est un moindre mal. Mais la difficulté subsiste, car les français n’ont aucune idée des dangers qui les menacent. Sur ce point, François Hollande, par une campagne démagogique, prônant dépenses sur dépenses, en est responsable.

21 juin 2012 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

Jean Louis Borloo prend la tête d’un groupe centriste

C’est passé inaperçu, mais il faut relayer l’information: Borloo a pris la tête d’un groupe centriste à l’assemblée.

Pour commencer, je ne suis absolument pas fan du personnage. Je l’ai d’ailleurs écrit précédemment.

Borloo, c’est le centriste qui suit la philosophie suivante:

Ce n’est pas les girouettes qui tournent, mais le vent.

Ensuite, la refondation du centre risque de se faire par le centre droit.
Or, pour moi, le centre va de Raymond Barre jusqu’à Jacques Delors.

Le centre doit donc se reformer par le centre.

Si le centre se recompose par la droite, nous fermons le jeu, notamment dans certaines communes comme Malakoff, qui je le répète est communiste depuis 86 ans et dont la gauche fait 60 à 70% des voix aux élections législatives et présidentielles.

Pour le reste, je ne peux qu’inviter les lecteurs à lire le post de l’Hérétique sur le sujet.

21 juin 2012 Posted by | Politique, Politique nationale | , , | Laisser un commentaire

La refondation du centre doit se faire par le centre

Je sais, ça semble totalement idiot de l’écrire comme ça, pourtant, je pense qu’il faut l’écrire.

Avec la défaite de François Bayrou aux législatives, c’est surtout la démocratie chrétienne qui semble en mesure d’imposer une refondation du centre vers la droite.

Or je pense que c’est une erreur.

Mais avant toute chose, il faut signaler que refonder le centre que par la gauche et le centre gauche est également une erreur.

Le PS ne veut pas de nous et nous n’avons pas intérêt, au niveau national, comme le signale l’Hérétique, à participer au gouvernement socialiste.

Le sort réservé à Bayrou par le PS est emblématique de l’état d’esprit PS. Celui-ci n’est que « l’UMP de la gauche ».

Par ailleurs, nous sommes en désaccord profond avec la politique économique proposé par le PS, une politique Keynésienne.

Mais nous sommes également en désaccord avec l’UMP qui marche sans vergogne sur les terres du FN. Nous sommes pour l’égalité et traiter les personnes selon leurs mérites respectifs.

 

J’ajoute également que refonder le centre par la droite peut avoir des conséquences fâcheuses dans certaines communes.

Je pense à Puteaux, où la mafia UMP de Joëlle Ceccaldi-Raynaud dirige la ville de façon antidémocratique (dernier épisode ici).

Si le centre n’est qu’avec la droite, le changement de Puteaux, qui a été loupé la dernière fois, sera plus difficile. Par ailleurs, une alliance UMP de Puteaux avec le Modem là-bas serait un non-sens.

Je pense aussi à Malakoff où il faut ouvrir le jeu. Malakoff est communiste depuis 86 ans maintenant. Après avoir permis le pluralisme dès le premier tour en 2008 (ce qui était historique), il faut permettre qu’il y ait enfin un second tour.

Par ailleurs, Malakoff étant profondément de gauche, la seule chose à faire est de pousser la ville vers le centre gauche.

Si la refondation du centre se fait par la droite, on aura toujours un affrontement stérile entre la gauche, mené par le PCF, et la droite, qui débouchera encore, sans second tour, sur la victoire du PCF.

Je ne dis pas qu’il faut que sur Malakoff le centre soit avec la gauche. Je dis juste qu’il faut une liste centriste pour ouvrir le jeu, pousser à un second tour (qui serait un échec pour la municipalité qui fait tout ce qu’elle peut pour le rendre improbable) et laisser le plus d’options possibles.

 

De mon point de vue, il faut d’abord concevoir la politique par niveau.

Si une alliance du centre avec la droite ou la gauche est pertinente à un certain niveau (locale, départemental, régional, national), ça ne sera peut-être plus vrai à un autre niveau.

L’alliance du centre avec la gauche ou la droite n’est pas pertinente, pour l’instant, au niveau national.

Cela veut dire qu’aux prochaines municipales, il faudra préparer un discours local, mais aussi intercommunal, même si une alliance locale a une probabilité faible de ne pas être pertinente au niveau intercommunal.

Il faut ensuite refaire un réseau d’élus locaux. Là encore, il faut une bonne stratégie. Nous devons donc avoir une approche purement locale.

Enfin, il faut également reconstruire le centre sur un projet. L’Hérétique et Jean Arthuis ont raison de le signaler.

20 juin 2012 Posted by | Malakoff, Mes réflexions, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , | Un commentaire

La défaite de Philippe Meirieu, une défaite qui me fait plaisir

Il existe un personnage, que je hais aussi bien pour des raisons idéologiques que personnelles, dont j’ai déjà parlé: Philippe Meirieu.

Cet ignoble personnage, que je prends pour un « fasciste stalinien lénifiant », appelé par Gérard Colomb (maire PS sauce centriste de Lyon) khmer vert, est le fossoyeur de l’éducation nationale.

Il a en particulier inventé l’IUFM ayant pour but de formater les futurs enseignants.

C’est ce personnage qui a obligé, souvent par des moyens déloyaux, les enseignants à utiliser des méthodes pédagogiques qui ne marchent pas.

Philippe Meirieu a fait deux victimes: les enseignants et les élèves.

En faisant de l’école Française l’une des plus nulles au monde, il a bloqué l’ascenseur social (bloquant l’égalisation des conditions de Tocqueville) et fait dégrader l’économie française (on est dans le processus de destruction/pas création).

Pire, aujourd’hui, les français ne sont plus conscients des dangers qui les menacent.

Ses méthodes, si bien décrites par Gérard Colomb: le terrorisme intellectuel.

Ce monsieur s’est engagé en politique pour rendre service et avec un grand sens de l’état.

Il a rejoint Europe écologie/Les verts juste après les européennes. Il a conduit la liste des verts aux européennes régionales.

Il est d’ailleurs vice-président de la région (et m’aurait fait voter UMP si j’habitais en Rhône Alpes).

Respectant le travail sérieux des élus locaux, et ne voulant pas faire de carrière politique, il s’est parachuté à Lyon pour les législatives.
Il a été éliminé au premier tour par Thierry Braillard, le candidat dissident adjoint au maire de Lyon.

Mais comme Philippe Meirieu est un grand démocrate, il réfléchit à saisir le conseil constitutionnel pour faire annuler l’élection.

Le scrutin n’était pas sincère, parait-il selon l’intéressé.

Comme on dit, le ridicule ne tue pas.

Monsieur Meirieu était-il sincère lors qu’il a démoli la démocratie française en démolissant l’éducation nationale?

Correction: Philippe Meirieu était tête de liste aux régionales et non aux européennes

19 juin 2012 Posted by | Législatives 2012, Politique, Politique nationale | , , , | Laisser un commentaire