Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Election du président de l’UDI

Ça y est, les candidats officiels pour la présidence de l’UDI sont connus.

Etant Modem, je n’ai pas l’intention de participer à une élection que j’estime externe.

Mais rien ne m’empêche d’avoir une opinion sur la question.

 

Parler de l’UDI est toujours un peu délicat.

Pour moi, l’UDI est un parti de droite modérée.

En particulier, à l’UDI, on a Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly, qui est plutôt libéral économiquement, mais qui socialement, est très conservateur (voir rétrograde).

 

Pour en revenir sur le centre, les centristes ayant surtout été présents dans l’UDF via le centre-droit, comme c’est surtout le centre droit qui a permis l’existence du centre, on trouve beaucoup de centristes à l’UDI.

 

Mais ce qui me gêne à l’UDI (je l’avais écrit dans le passé), c’est que l’UDI privilégiera toujours la droite.

Or, je ne veux pas du retour de Nicolas Sarkozy (je l’ai rappelé dernièrement) et entre un bon PS et un mauvais UMP, je préfère (dans l’intérêt général) un bon PS.

C’est la raison pour laquelle je reste au Modem et pour laquelle je ne rejoins pas l’UDI.

 

Mais je sais que la réunion du centre dans les prochaines années est d’une importance capitale.

C’est aussi pourquoi j’ai un avis sur la question de la présidence de l’UDI.

 

Il va de soi, même si à court-terme c’est moins bien pour le Modem, que je souhaite que les centrismes prennent en main l’UDI.

 

Or, il reste deux candidats centristes : Hervé Morin et Jean Christophe Lagarde.

Il y a une subtilité entre les deux.

Hervé Morin est un centre plutôt libéral (il est président du Nouveau-centre), Jean Christophe Lagarde est un centre plus social (il est président de Force Européenne démocrate).

 

De plus, Hervé Morin est pour un centre allié automatiquement à la droite, Jean Christophe Lagarde est pour un centre qui s’assume, assume son projet et essaye, le plus loin possible, de conquérir le pouvoir.

De plus, Jean Christophe Lagarde a fait de sa ville, Drancy, un bastion centriste (Drancy est un ancien bastion communiste).

Il a également une bien meilleure vision tactique (basé sur une approche locale) de la conquête du pouvoir par le centre.

 

Il va donc de soi que ma sympathie est pour Jean Christophe Lagarde.

Mais il reste des interrogations.

Dire que l’on veut être indépendant, c’est aussi accepter de pousser ses valeurs jusqu’au bout.

Or, je considère le centre incompatible avec Nicolas Sarkozy, ainsi que la droite dure en général.

En cas de victoire d’une UMP dure (ce qui pour l’instant n’est pas exclu), Jean Christophe Lagarde acceptera-t-il de ne pas avoir d’élus au nom de la cohérence ? En aura-t-il les moyens ?

 

En cas de victoire d’une droite dure, il sera face à un choix délicat, et face à la contradiction de l’UDI…

 

En plus : Les candidats à la présidence de l’UDI par le blog du centrisme.

15 juillet 2014 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire