Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Législatives 2017, second tour, je vote Laurianne Rossi

Nous avons donc un second tour entre le PCF et LREM (La république en marche).

 

J’en profite pour confirmer mon vote de premier tour au second tour.

 

A savoir que je voterai donc, au second tour, Laurianne Rossi, candidate de La République en Marche.

Les arguments du premier tour restent, mais je vais me permettre d’en donner de nouveaux.

 

Aujourd’hui, les réformes économiques à faire sont sérieuses.

Il faut flexibiliser le système, en gardant plusieurs points en mémoires, à savoir :

  1. Ça apporte plus de précarité, il faut donc travailler l’accompagnement des gens.
  2. L’idée est plus « Pour qu’il tourne et qu’il arrête d’être grippé » plutôt que « la loi du plus fort » (comme un certain François Fillon qui s’est inspiré de Margaret Thatcher).

Il faut réformer la France.

Or, pour réformer la France, il faut partir d’un diagnostic, poser le diagnostic, qui induisent des solutions qui permettent de faire des réformes pragmatiques dans l’intérêt de tous, et où tout le monde est gagnant.

 

Ça implique d’arrêter de partir sur des schémas éculer genre « C’est un patron donc c’est un voyou » (ça c’est pour la Gauche) ou « C’est un chômeur donc c’est un branleur. (Ça c’est pour la droite).

 

Le monde, il n’est pas noir, il n’est pas blanc, il est gris.

 

Il faut avoir une vision en phase avec l’économie mondialisé dans laquelle évolue la France. Economie mondialisé qui a ses qualités et ses défauts.

 

En fait, je viens de la physique, et la physique ne donne pas d’emploi.

Mais en physique, on apprend une chose fondamentale : On ne va pas contre les équations de Maxwell.

On peut les adorer, ou les trouver chiantes, mais les équations de Maxwell, elles ont fait la peau de la physique de Newton, et ont permis l’avènement de la relativité restreinte.

 

Là, le principe est le même.

On ne va pas contre le principe de réalité.

On fait avec, et on s’y adapte.

Ça ne veut pas dire qu’il faut abandonner ce qui fait que l’on est humain, comme le principe de solidarité, entre-autre.

 

Mais pour réussir, il faut prendre en compte les contraintes extérieurs, le principe de réalité.

Une stratégie gagnante prend en compte le principe de réalité.

 

Il faut bien comprendre qu’il y a vraiment deux philosophies qui s’affrontent.

D’un côté, les gens qui comme moi, partent d’un diagnostic et essayent de construire une stratégie en prenant en compte les contraintes, et de l’autre ceux qui construisent une stratégie en adaptant leurs contraintes à leurs envies.

 

Il est urgent, aujourd’hui, d’élire des politiques qui construisent une stratégie en prenant en compte les contraintes, et d’éliminer les politiques qui adaptent les contraintes à leurs envies.

 

Je connais les communistes.

Sur Malakoff, ils ont des qualités.

Néanmoins, en économie, je garantie qu’ils ont une vision rétrograde.

 

J’aspire à un meilleur service public, à une plus grande solidarité, mais il y a une différence majeure entre moi et les communistes :

  • J’essaye de partir d’un diagnostic pour construire un plan d’action prenant en compte les contraintes.
  • Les communistes adaptent les contraintes à leurs envies, surtout en économie !

 

Ils sont dans un schéma éculé de l’économie, avec les patrons voyous du CAC40 et sacralisent certains aspects pour des raisons idéologiques.

 

Le code du travail en est un exemple. Voir finalement une hypocrisie. Ils veulent le garder très protecteur, empêchant la flexibilité et ils font localement de la flexibilité en ayant recours aux CDD.

 

Je ne sais pas si Laurianne Rossi sera un bon député, mais je sais que je ne peux pas faire confiance, dans un pays où il faut faire des réformes économiques sérieuses, à une personne qui a une faible vision de l’économie et qui est dans des schémas éculés.

 

C’est pour ça que sans hésiter, je voterai Laurianne Rossi.

11 juin 2017 Posted by | Législatives 2017, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

Législatives 2017, premier tour Malakoff

Les résultats sont donc :

  • La république en Marche avec 33,5%
  • Le PCF avec 28,25%
  • Le PS avec 16,5%
  • Et l’UDI avec … 6,16%

Je me suis donc trompé sur mon pronostique.

J’ai sous-estimé l’aspect national et j’ai surestimé le candidat UDI.

 

On aura, sur la circonscription, un second tour entre Laurianne Rossi (LREM) et Yasmine Boudjenah (PCF).

11 juin 2017 Posted by | Législatives 2017, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

Mon avis sur la Fusion du 92 et du 78

J’avais déjà abordé la question lors des départementales.

 

Mais puisque la municipalité communiste (ou plus exactement les élus communistes du conseil général des Hauts de Seine) aborde la question, je me permets de donner mon avis.

 

Je vais aller dans le même sens que la municipalité communiste, et que le PS.

 

En ce qui me concerne, je suis opposé à la fusion des hauts de Seine (le 92) et des Yvelines (le 78), et ceci pour trois raisons.

 

La première est que les départements, c’est un échelon de trop.

Je suis pour réduire les échelons administratifs, et je pense que les départements, c’est vraiment en trop.

Tout comme je suis pour la suppressions des intercommunalités comme Vallée Sud Grand Paris, je suis pour la suppression des départements.

 

Je pense que les échelons restants doivent être la commune (comme Malakoff), les métropoles pour les grandes villes, la région et l’Etat.

 

Ce qui amène à la deuxième raison : Je suis pour un Grand Paris Démocratique.

Certes, il convient de rappeler qu’à cause de François Hollande, le Grand Paris Démocratique a pris du plomb dans l’aile.

Mais un ensemble de problèmes, comme le logement, l’égalité territoriale, le développement économique… se pose au niveau de Paris et la petite couronne.

Il faut donc un échelon, démocratique, qui soit un outil pour traiter les problèmes auxquels sont confrontés Paris et la Petite Couronne.

Il convient d’ailleurs de rappeler, comme le met si bien en avant Philippe Dallier, que l’explosion du département de la Seine (qui a entre autres donné naissance au département des Hauts de Seine), a été une catastrophe.

 

En ce sens, le projet de fusion entre le 92 et le 78 est un non-sens.

Le 92 est un département de petite couronne, avec des problématiques propres à Paris et sa proche banlieue.

Au contraire, le 78 est un département quasiment campagnard, avec d’autres problématiques.

En particulier, je travaille à Elancourt (Yvelines) et les transports, là, c’est un problème (bien qu’en réalité, il y a un bus qui va de Malakoff à Elancourt qui est direct).

 

Si fusion il doit y avoir, ça doit être entre Paris et les départements de petites couronnes pour former le Grand-Paris.

 

Enfin, je me pose des questions sur les réelles motivations de la fusion entre le 92 (Département de Droite) et le 78 (Département également de Droite).

J’ai le sentiment que la raison est plutôt politicienne.

Or, une raison politicienne est rarement dans l’intérêt général.

 

C’est pour ces raisons que je suis opposé à cette fusion.

6 juin 2017 Posted by | Politique | , , , | Laisser un commentaire

Budget 2017 de Malakoff (10/13) : Les 46 CDD de la municipalité de Malakoff

Pour terminer le sujet qui fâche, je vais me permettre de mettre en avant une hypocrisie de la municipalité de Malakoff, les CDD.

 

J’en avais parlé l’année dernière.

 

Je vais juste commenter l’aspect politique. On est dans les législatives, après tout.

 

Donc commençons.

La municipalité de Malakoff est communiste.

Elle est contre la flexibilité du travail, et contre la revue du code du travail.

 

Sauf que là, c’est faite ce que je dis, pas ce que je fais.

 

Effectivement, l’emploi de CDD permet d’avoir une flexibilité dans les embauches.

Je pense qu’il doit être plus facile de licencier, en cas de besoin, des salariés en CDD que des fonctionnaires.

A noter que dans le privé, c’est l’inverse. C’est plus facile de licencier des salariés en CDI qu’en CDD.

 

En France, on a une particularité, il est relativement difficile de licencier un salarié, étant donné que le travail est surprotégé.

Je me suis déjà exprimé à maintes reprises sur le sujet (ici et ici).

 

Je pense qu’en surprotégeant le travail, on crée un mensonge.

Effectivement, on a tendance à penser (communistes compris) qu’en surprotégeant le travail, on lutte efficacement contre le chômage.

 

C’est exactement l’inverse qui se passe.

Effectivement, de fait, embaucher devient un risque. Car si on est face à un coup dur, licencier devient une véritable difficulté.

De fait, on crée des travers malsains, comme des entretiens d’embauches avec questions débiles (comme dans cet excellent film) ou patron qui va faire le fils de pute pour licencier.

La rigidité n’est pas la seule cause de chômage. Il y a plusieurs causes, comme les charges patronales.

Mais c’est l’une des causes, et il faut traiter toutes les causes de chômages (qui sont, j’en conviens, nombreuses).

 

D’autant que les victimes de cette rigidité, contrairement à ce que l’on croit, c’est les jeunes et les vieux, les gens qui sont éloignés de l’emploi.

 

Au contraire, je pense qu’il faut accepter cette flexibilité, mais en échange accompagner beaucoup mieux les gens, et mieux les former tout au long de la vie.

Bref, l’inverse de ce que l’on fait actuellement.

 

Il faut bien comprendre qu’aujourd’hui, on change régulièrement d’entreprise.

Pour mon cas, j‘en suis à ma quatrième entreprise depuis 2008.

En fait, comme actuellement je suis en SSII, j’en suis à ma septième entreprise depuis 2008…

 

Et pour en revenir à la municipalité communiste, elle défend exactement l’inverse !

Elle est pour une rigidité du travail et une surprotection du travail.

Pourquoi pas, sauf que là, elle fait exactement l’inverse, en rajoutant même 2 CDD depuis l’année dernière.

Je rappelle qu’en plus, on a ici du CDD de cador (Médecin, Dentiste…).

 

Par ailleurs, je ne serais pas surpris d’apprendre que le CDD est renouvelé de manière …indéterminé … plus que s’est permis en entreprise et dans le privé…

3 juin 2017 Posted by | Finances locales, Législatives 2017, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , , | Laisser un commentaire

Budget 2017 de Malakoff (9/13) : Répartition du personnel

Toujours dans l’étude du sujet qui fâche, on peut aussi regarder la répartition du personnel.

 

Pour commencer, le sujet fâche tellement qu’encore une fois, quand il s’agit de comptabiliser le nombre de fonctionnaire, la municipalité de Malakoff ne sait pas faire une addition (pourtant, les calculatrices et Excel, ça existe).

 

Donc, commençons par le compte est bon.

5 + 119 +282 + 67 + 54 + 4 + 3 + 2 + 80 + 2 = 618 (Et non 613).

3 + 106 + 249 +60 + 49 + 4 + 2 + 0 + 75 + 1 = 549 (Et non 546).

 

Il est surprenant qu’à chaque fois que l’on comptabilise le nombre de fonctionnaire, il y ait une erreur d’addition, qui fait qu’il est sous-évalué…

 

Par ailleurs, j’en ai un peu marre de vérifier chaque étape intermédiaire pour m’apercevoir que mon total (fait avec Excel) ne correspond pas avec celui écrit dans le budget. Heureusement que je me suis rappelé que c’était le cas l’année dernière

 

Donc, cette remarque étant faite, on peut commencer l’étude.

 

Pour commencer, il faut différentier les postes budgétisés et les postes pourvus.

Effectivement, les postes budgétisés sont ce que la municipalité a l’intention de dépenser en 2017.

Ça prend en compte les futures embauches prévues, qui peuvent ne pas être faite (parce que l’on trouve pas la bonne personne, par exemple).

 

A différentier avec les postes pourvues. C’est des postes existant, qu’il faut continuer à payer.

 

Pour le budget 2017, pour les postes budgétisés, on a :

Poste budgétisé
Catégorie A Catégorie B Catégorie C Total
Emploi fonctionnel 5 0 0 5
Filière administrative 5 23 91 119
Filière technique 0 14 268 282
Filière sociale 2 13 52 67
Filière médico-sociale 18 10 26 54
Filière Médico-Technique 1 3 0 4
Filière sportive 1 2 0 3
Filière culturelle 1 0 1 2
Filière d’animation 0 17 63 80
Filière de police 0 0 2 2
Total 33 82 503 618

 

Et pour les postes pourvus, on a :

Poste pourvu
Catégorie A Catégorie B Catégorie C Total
Emploi fonctionnel 3 0 0 3
Filière administrative 5 23 78 106
Filière technique 0 12 237 249
Filière sociale 2 12 46 60
Filière médico-sociale 17 8 24 49
Filière Médico-Technique 1 3 0 4
Filière sportive 0 2 0 2
Filière culturelle 0 0 0 0
Filière d’animation 0 15 60 75
Filière de police 0 0 1 1
Total 28 75 446 549

 

Pour, les (futurs ?) calculs (de potentielles économies), il est intéressant d’avoir la différence entre ce qui est budgétisé, et ce qu’il est pourvue, soit :

Différence
Catégorie A Catégorie B Catégorie C Total
Emploi fonctionnel 2 0 0 2
Filière administrative 0 0 13 13
Filière technique 0 2 31 33
Filière sociale 0 1 6 7
Filière médico-sociale 1 2 2 5
Filière Médico-Technique 0 0 0 0
Filière sportive 1 0 0 1
Filière culturelle 1 0 1 2
Filière d’animation 0 2 3 5
Filière de police 0 0 1 1
Total 5 7 57 69

Que dire (en se basant sur ce qui est pourvue) ?

Les fonctionnaires de Malakoff sont principalement en catégorie C (446).

Ils sont principalement dans l’administratif (106) et le technique (249).

On retrouve de fait un travers pour Malakoff.

 

Effectivement, il existe deux types de fonctionnaires : ceux qui font tourner la machine, et ceux qui sont au contact de la population pour apporter un service à cette dernière.

 

Or, dans le cas de Malakoff, c’est le premier type qui est majoritaire.

Or, c’est sur le premier type que l’on peut réduire le nombre de fonctionnaire sans altérer la qualité du service public.

 

Si on fait le parallèle avec l’éducation nationale, on a surtout besoin de professeurs et de surveillants (second type) et moins de personnes dans les locaux du rectorat (premier type), surtout si ces derniers écrivent les programmes débiles dont souffre l’Éducation nationale.

 

3 juin 2017 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Budget 2017 de Malakoff (8/13) : Répartition des charges de personnel

Continuons dons dans l’étude du sujet qui fâche. En l’occurrence les charges de personnel.

 

Et intéressons-nous dans la répartition des charges de personnel.

 

Pour le cru 2017, on a :

Valeur %
Services généraux, Administration publique 8 103 246,00 27,44
Sécurité et salubrité publique 274 800,00 0,93
Enseignement et formation 3 589 220,00 12,15
Culture 498 930,00 1,69
Sport et jeunesse 4 811 330,00 16,29
Investissement social et santé 4 643 248,00 15,72
Famille 5 673 276,00 19,21
Logement 0,00 0,00
Aménagement et services urbains, urbanisme 1 936 050,00 6,56
Action économique 0,00 0,00
Total 29 530 100,00 100,00

 

On remarque que la part la plus importante, 27,44%, est encore dans l’administratif.

 

On retrouve ensuite la vocation sociale de la municipalité avec la Famille (19,21%), le Sport et la jeunesse (16,29%), le social (15,72%) et l’Enseignement et la Formation (12,15%).

 

La municipalité en a rien à faire de la sécurité et de la salubrité publique (un ridicule 0,93%).

 

La culture dépend de l’agglomération, à savoir Vallée Sud Grand Paris.

 

En dehors de la sécurité et du nettoyage qui, visiblement, n’est pas une priorité de la municipalité, le principal problème est la part de l’administratif qui est trop élevé.

Trop élevé car pratiquement à 30%.

 

Or, aujourd’hui, il est possible de réduire la part de l’administratif.

L’informatisation des moyens fait que l’on a besoin de moins de personnes pour faire tourner la machine.

On a aujourd’hui besoin de moins de personne pour remplir la paperasse, vu que l’on stocke les données en BDD (Base de données).

 

Je peux comprendre, pour des raisons de génération, que certaines personnes sont allergiques à l’informatique, mais on peut éventuellement accompagner ces personnes (voir leur donner des cours d’informatique comme c’est le cas à la MJQ).

 

Donc, avec l’informatisation, il est possible de réduire la part du personnel dans l’administratif et donc de soit récupérer de la marge de manœuvre pour faire autre chose, anticiper certaines baisses de recettes (inévitables, second sujet qui fâche que j’aborderai), soit réduire les impôts. Au choix…

3 juin 2017 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Budget 2017 de Malakoff (7/13) : Les charges de personnel

Le temps d’aborder le premier sujet qui fâche : Les charges de personnel.

 

Pourquoi le sujet fâche ?

Car entre la municipalité communiste et moi-même, il y a deux visions totalement différentes.

 

Pour les communistes, le nombre de fonctionnaire est synonyme de qualité du service public.

En ce qui me concerne (surtout que je travaille dans l’informatique), je sais que ce n’est pas vrai. La question étant d’abord de savoir comment est organisé le service (qu’il soit public ou privé d’ailleurs).

Par ailleurs, dans l’administratif, l’informatisation permet de réduire le nombre de personnes nécessaires pour faire tourner la machine.

 

D’autant que derrière, c’est l’argent du contribuable.

 

Je reconnais que pour faire tourner un service public, il faut un nombre minimum de fonctionnaire sérieux, mais il n’est pas acceptable de faire tourner un service public avec 100€ quand il est possible de le faire tourner aussi bien, voire mieux avec seulement 50€.

Encore une fois, il s’agit de l’argent du contribuable, qui lui-aussi traverse une situation économique difficile.

 

Je ne suis pas contre le service public, au contraire.

J’ai longtemps été au chômage et je sais ce que c’est que d’avoir un service public de l’emploi inefficace.

 

Néanmoins, j’attends que la collectivité gère au mieux les deniers publics.

 

Par ailleurs, le sujet fâche pour une deuxième raison.

Entre 2005 et 2015, Malakoff faisait partie de Sud de Seine (l’ancêtre de Vallée Sud-Grand Paris).

Or, beaucoup de compétences ont été transférées à Sud de Seine, le but étant de faire des économies d’échelle, notamment sur les charges de personnel.

 

Or, c’est exactement l’inverse qui s’est passé.

Sud de Seine a été l’outil des doublons.

Alors que l’on transférait, les charges de personnels de la ville ont… augmentés.

 

Bref, c’est pourquoi l’étude du budget de Malakoff passe toujours par cette question délicate.

 

Pour le cru 2017, on a :

 

Année Charges de
Personnel
Variation %
(Par rapport année
précédente)
2012 25 299 731,00
2013 26 319 179,00 4,03
2014 26 916 066,00 2,27
2015 27 391 937,00 1,77
2016 29 505 896,00 7,72
2017 29 530 100,00 0,08

 

Après une forte augmentation entre 2015 et 2016, due à la municipalisation des crèches, on a une stabilisation.

 

C’est une très bonne chose, et j’encourage dans un premier temp la municipalité à continuer dans cette voie.

 

Par la suite, j’encourage la municipalité à réfléchir, sur le long terme, à la réorganisation des services en vue de voir où il est possible de réduire le personnel.

L’objectif étant de faire mieux ou aussi bien avec moins.

1 juin 2017 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

11ème Circonscription des Hauts de Seine : Pourquoi Les républicains, l’UDI et le PS ont intérêt à faire élire le PCF (2/2) : Raisons locales

Mon diagnostic pour les prochaines législatives dans la 11ème circonscription (regroupant Malakoff, Bagneux et Montrouge) est une victoire du PCF après une triangulaire UDI/EM (En Marche) /PCF imposé par le candidat UDI.

 

Dans l’épisode précédent, j’avais donné des raisons nationales.

 

Or, à cause d’un mode de scrutin débile, l’élection législative est une élection locale.
Et la 11ème circonscription des Hauts de Seine est une circonscription difficile.

 

Il est donc temps d’énumérer les raisons locales qui font que d’après moi, le candidat UDI va se maintenir et imposer une triangulaire.

 

Pour information, le candidat UDI (soutenu par les républicains) est Philippe Parain. Il habite Malakoff.

 

Il convient d’abord de rappeler une première raison facile et suffisante qui justifie le maintien de Philippe Parain, propre à Malakoff : Emmanuelle Jannès, élue de Malakoff Plurielle.

Celle-ci soutient officiellement (j’ai reçu un mail) le candidat EM.

 

Effectivement, suite à un épisode dramatique, la liste UMP/UDI/Modem a été invalidé.

L’ancien élu UMP, Thierry Guilmart, a une lourde responsabilité dans ce fiasco.

Mais par la façon dont Emmanuelle Jannès (et j’en sais quelque chose) a construit Malakoff Plurielle, celle-ci a aussi une lourde responsabilité dans ce désastre également.

Je pense que les législatives vont être le moment de solder les comptes. D’autant que Malakoff Plurielle n’a pas toujours été correct.

Lorsque Malakoff Plurielle a implosé, j’ai vraiment fait la fête pendant 2 semaines.

 

Mais il n’y a pas que cette raison.

Il y en a d’autres, d’autres propre au PS, aux républicains et à l’UDI.

En fait, chacun va jouer le coup suivant, en l’occurrence les municipales de 2020.

Commençons par le PS.

Sur Malakoff et Montrouge, il est proche de Martine Aubry.

Par ailleurs, le PS participe aux exécutifs de Bagneux et Malakoff avec le PCF.

En fait, le nombre d’élus PS (qui globalement a et va fortement diminuer sur l’ensemble de la France) dépend du PCF sur Malakoff et Bagneux.

Le PS va aussi avoir des vues sur Montrouge.

Le PS a donc intérêt sur la circonscription à ‘entendre avec le PCF, en aidant le PCF à être élu sur Malakoff et Bagneux, et en demandant un soutien du PCF sur Montrouge.

Cet accord commencera dès les législatives, en faisant élire le candidat PCF.

 

Pour l’UDI, on parle de maintien.

Mais, là aussi, il s’agit de jouer le coup suivant en faisant pression sur les républicains.

Déjà, à Montrouge, le maire, UDI, Étienne Lengereau, qui a succédé à Jean Loup Metton, doit faire face aux républicains. Lors des dernières cantonales, ils avaient réussi à imposer un candidat républicain sur Montrouge au détriment du choix de l’ancien maire UDI, Jean Loup Metton.

Si le candidat UDI ne se maintient pas, ça pourrait compliquer la vie au maire UDI de Montrouge.

 

Sur Malakoff, la base militante est principalement chez les républicains. Or, les Etats-Majors ont imposé une candidature UDI.

Il serait mal venu que le candidat UDI ne se maintienne pas s’il a l’occasion de le faire, vis-à-vis des républicains à qui on a imposé sa candidature.

 

A Bagneux, c’est pire.

Le chef de l’opposition est UDI, mais c’est Iznogoud qui a réussi.

C’est un ancien du Modem (comme moi) qui s’est construit contre l’élue Modem de l’époque, qui elle a fait un excellent travail (et était très apprécié, voir le commentaire ici).

Il a rallié la candidature du Berlusconi de service, apportant l’étiquette Modem, toujours contre l’élue Modem qui travaille.

 

Quand le Berlusconi de service a décidé de ne pas siéger au conseil municipal, il est devenu UDI, et c’est comme ça qu’il est devenu le chef de l’opposition sur Bagneux.

Avec un tel pédigré, pour faire pression sur les républicains, il n’a surtout pas intérêt à ce que le candidat UDI ne se maintienne pas.

 

Par ailleurs, côté républicain, j’ai le sentiment (peut-être à tort) que ça se déplace vers le noyau dur.

En particulier, le leader des républicains à Malakoff a annoncé sur Twitter qu’il allait voter blanc au second tour de la présidentielle ce qui :

  1. S’apparente à un appel à voter blanc dans la façon de faire de la politique aujourd’hui (comme le cas Bayrou qui a voté Hollande en 2012).
  2. Revient à placer le Pen et Macron au même niveau.

Privé d’une candidature républicaine, et d’élus au conseil municipal de Malakoff, je pense que les républicains vont pousser à ce que le candidat UDI se maintienne, même si ça fait élire le PCF.

 

C’est pour ça que je parie sur une victoire du PCF à la suite du maintien du candidat UDI au second tour.

1 juin 2017 Posted by | Législatives 2017, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , , | Laisser un commentaire

Il serait souhaitable que Richard Ferrand démissionne

Suite aux nouvelles révélations du Canard Enchaîné d’aujourd’hui, je vais me permettre de donner mon avis sur la question.

 

Je pense qu’il serait souhaitable, pour l’intérêt général, pour le débat démocratique et pour faire avancer la France, que Richard Ferrand démissionne.

 

Passons les mises en examen/affaires du moment.

 

Je ne me prononcerai pas, pour le moment, sur Marielle de Sarnez.

Il y a une plainte pour dénonciation calomnieuse de Marielle de Sarnez, et une autre de Jérôme Lavrilleux.

 

Je vais par contre le faire pour François Bayrou, mis en examen pour une affaire de diffamation.

Je rappelle qu’il m’est arrivé de dire des fois du bien, et des fois du mal de François Bayrou.

Sur ce coup-là, je le défends et j’estime que là, il n’y a pas lieu de démissionner.

En fait, on a juste la droite qui fait sa rageuse.

Effectivement, François Bayrou a expliqué qu’une association vivait en « s’enrichir indûment en instrumentalisant des expériences humanistes et musicales à son profit ».

Peut-être qu’il sera condamné, mais il n’y a pas, contrairement à Richard Ferrand et François Fillon une faute morale grave.

 

Par ailleurs, cette affaire est à mettre en parallèle avec une aventure arrivé à l’ancienne Garde des Sceaux de Lionel Jospin : Elisabeth Guigou.

Effectivement, Lionel Jospin avait décidé d’être intransigeant sur les affaires (ce qui avait conduit DSK à démissionner d’ailleurs).

Or, Elisabeth Guigou avait été mise en examen pour diffamation par Xavière Tiberi.

Sauf que le couple Tiberi, c’est des clients du Canard Enchaîné !

Xavière avait fait un rapport Bidon bourrés de fautes d’Orthographe, et le couple a été condamné définitivement pour l’affaire des faux électeurs.

Heureusement qu’Elisabeth Guigou n’a pas démissionné !

En fait, je pense que Xavière Tiberi a fait mettre en examen Elisabeth Guigou pour la piéger et paraître comme la victime/chevalière blanche, mais sur le long terme, elle a été condamnée.

 

Reste François Fillon et Richard Ferrand.

Là, il s’agit d’argent public ou à minima, de l’argent des assurés dans le cas Richard Ferrand.

 

Or, un député est charger de gérer l’argent public dans l’intérêt de tous !

 

Par ailleurs, la situation de la France est difficile.

Il va falloir faire des efforts.

Sauf que dernièrement, les français ont fait des efforts, et que la situation ne s’est pas améliorée.

Le problème, c’est que les français (notamment sous Nicolas Sarkozy) ont fait des efforts pour financer des politiques clientélistes et enrichir une oligarchie.

 

Il est clair qu’il faut faire des efforts pour que la France s’en sorte.

 

Mais pour demander des efforts, il faut être en mesure de les demander.

 

Comment peut-on voter une réforme des retraites, demander des efforts et avoir des privilèges en tant que parlementaire ?

Vivement la loi de moralisation, d’ailleurs.

 

C’est d’ailleurs ce qui a coulé François Fillon. Il avait un programme draconien, et on s’aperçoit qu’il a payé sa femme à ne rien foutre, sur l’argent des contribuables !

Et il a créé une société de conseil juste avant d’être élu dans une circonscription imperdable pour la droite, ce qui fait conflit d’intérêt.

 

Il ne faudrait pas que Richard Ferrand devienne le François Fillon d’Emmanuel Macron.

Les réformes à faire sont sérieuse, et en plus, il pourrait freiner la recomposition politique dont la France a besoin.

 

Emmanuel Macron ne peut pas laisser le Canard Enchaîné, qui ne fait que son boulot, pourrir son mandat chaque semaine avec une nouvelle révélation.

Il faut avancer et faire les réformes. Et pour faire les réformes, il faut aujourd’hui être irréprochable.

C’est pour ça qu’il serait souhaitable que Richard Ferrand démissionne.

Enfin, je terminerai par un point.

François Hollande a été globalement un mauvais président, mais les ministres mis en cause par les affaires (Cahuzac, Thévenoud…), il les a démissionnés.

31 mai 2017 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

11ème Circonscription des Hauts de Seine : Pourquoi Les républicains, l’UDI et le PS ont intérêt à faire élire le PCF (1/2) : Raisons nationales

Mon pronostique pour les législatives dans la 11ème circonscription des Hauts de Seine est la victoire du PCF à la suite d’une triangulaire EM (En Marche), PCF et UDI.

 

Un excellent article sur la stratégie électorale de l’UDI et du MoDem sur le blog du Centrisme m’a donné envie de compléter l’analyse.

 

D’autant qu’après avoir téléphoné à des « Amis/collègues politiques », mon opinion s’en est trouvé conforté.

 

C’est aussi en particulier dû à l’erreur de casting de EM (le candidat n’habite pas la circonscription) et aux erreurs de campagnes et aux méconnaissances de la circonscription qui me sont remonté à mes oreilles.

 

Ça ne remet pas en cause mon choix de voter EM au premier tour.

 

Néanmoins, j’aimerais faire partager ma réflexion, car il y a des aspects locaux et nationaux qui méritent d’être développés.

 

Pour mémoire, lors des calculs précédents, en me basant sur les résultats des présidentiels sur l’ensemble de la circonscription, j’ai démontré que le candidat UDI pouvait se maintenir pour imposer une triangulaire.

La question est importante car :

  1. S’il ne se maintient pas, le candidat EM gagne.
  2. S’il il se maintient, le candidat PCF gagne.

En ce qui me concerne, je suis persuadé que le candidat UDI va se maintenir.

Je vais donc en donner les raisons nationales.

 

Je vais d’abord rappeler qu’en France, le problème est que nos institutions forcent à un bipartisme stupide et stérile.

De fait, on a construit la vie politique autour du PS et des républicains.

 

Le problème, c’est que ces deux partis sont tenus par les noyaux durs.

Ces noyaux durs ont une vision catastrophique de la politique.

Effectivement, ils ne connaissent rien des problèmes auxquels sont confrontés les français, ni aux problèmes économiques que traverse la France.

Mais ce qui est fort, c’est qu’ils ont déjà les solutions !

Pire, ils ne vont jamais chercher à comprendre les problèmes (des français ou économiques) mais ils vont quand même expliquer aux français en quoi leurs solutions (idéologique) sont les solutions aux problèmes (des français ou économiques).

 

Au contraire, aujourd’hui, il faut avoir une approche cartésienne des problèmes, basé sur l’excellent livre de Descartes, Discours de la Méthode.

 

Il faut partir d’un diagnostic, et à partir de ce diagnostic, construire un plan d’action et un programme de gouvernance.

Ça implique de remettre en cause ses convictions, comme le dit si bien Descartes.

 

Or, le noyau dur est incapable de remettre en cause ses convictions.

 

Il convient de rappeler que Martine Aubry, Benoît Hamon, Nicolas Sarkozy, Laurent Wauquiez… ont un point commun : ils appartiennent au noyau dur de leur parti.

 

Pour aller vers une gestion plus ou moins théorisé par Descartes, la solution est la construction de l’Axe central, réunissant les modérés de la Gauche, de la Droite et du Centre.

Or, la construction de cet axe central passe par l’implosion des républicains et du PS entre les modérés et le noyau dur.

L’implosion des républicains et du PS entre les modérés et le noyau dur est ce que l’on va appeler la « recomposition politique », recomposition politique dont la France a besoin.

 

Il convient de rappeler que le premier qui a tenté (sans succès) de mettre en place cette recomposition politique est François Bayrou lors des présidentielles 2007 et 2012.

 

Il convient de rappeler un épisode. En 2012, après avoir expliqué qu’il voterait François Hollande, François Bayrou a perdu son siège de député à la suite d’une triangulaire entre le PS et les républicains.

En fait, c’est surtout le PS qui a fait la peau de François Bayrou. C’était symbolique. Effectivement, il était important que François Bayrou perde, car il représentait cette recomposition politique, et en particulier, il représentait la fin de l’union de la Gauche au détriment d’une alliance PS/Centre.

 

D’ailleurs, le député PS qui a gagné la circonscription de François Bayrou a été … chez les frondeurs.

 

Aujourd’hui, c’est Emmanuel Macron et EM qui représente cette recomposition politique.

Or, le noyau dur n’a absolument pas intérêt à ce que cette recomposition politique se fasse.

 

Déjà parce que le système actuel permet aux noyaux durs d’imposer des politiques clientélistes, stupides, idéologues et minoritaires à la majorité des français, et contre la majorité des français.

 

Mais si cette recomposition politique se fait, elle montrera que les noyaux durs tels qu’ils sont : des gens conservateurs, sectaires qui cherchent une forme d’hégémonie.

 

Du coup, le noyau dur du PS (le PS à Malakoff, Montrouge et Bagneux est proche de Martine Aubry) et les républicains ont intérêt à faire perdre le candidat EM, même si ça implique de faire gagner le PCF dans la 11ème circonscription des Hauts de Seine.

 

Et l’UDI dans tout ça ?

 

C’est malheureusement un peu pareil.

L’UDI est un parti de Centre Droit qui s’est construit sur le principe que l’alliance du Centre est avec la Droite.

Pire, l’UDI a des élus (à divers échelons) grâce aux républicains.

Et pour sauver ses sièges, l’UDI compte… sur les républicains.

 

L’UDI n’a donc pas intérêt à une recomposition politique. L’UDI a trop à perdre.

L’UDI a donc intérêt à conserver le système politique actuel, même si ça implique de faire élire un député communiste dans la 11ème circonscription des Hauts de Seine.

29 mai 2017 Posted by | Législatives 2017, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , | Laisser un commentaire